13 Jeux de billes
  TREIZE JEUX DE BILLES
   
  LES BILLES
         
 

Edition La belle Jardinière, CPA collection LPM 1900

 
         
 

Histoire

 

L'origine du jeu de bille reste inconnue. La première apparition connue semble remonter à la Grèce antique où l'on pratiquait la troppa ; le but du jeu était de lancer un maximum de petits objets ronds dans un trou. Pareillement, les Romains jouaient à l’orca, jeu où il fallait lancer des noix ou des noisettes dans un vase.

 

Entre le Moyen Âge et la Renaissance, la bille, qui était jusqu'alors un objet écologique, devient un objet artisanal. Certains maîtres verriers vénitiens auraient en effet produit des billes au XIVe siècle. En bois ou métal, de forme grossièrement sphérique, elles sont alors appelées gobilles. Toutefois, malgré cette évolution progressive de la bille, ce n'est qu'au XVe siècle que les jeux s'organisent et que les règles se mettent en place, de façon orale.

 

Règles

 

Il existe beaucoup de façons de jouer aux billes. Le but du jeu peut être de lancer ses billes dans un trou ou de les lancer sur d'autres billes.

 

Les règles du jeu de billes se transmettent oralement, et font partie de la culture enfantine.

 

Techniques de tir

 

Le jeu de la bille avec le pied est strictement interdit

Le lancer de la bille est autorisé au premier coup d’une partie.

Après ce premier coup, les seuls tirs autorisés sont :

 

La pichenette

 

La pichenette est un coup roulé : sur la bille posée à terre, on détend d'un coup brusque l’index ou le majeur replié contre le pouce.

   

Le pointage

 

Pointer est la méthode la plus souvent utilisée pour tirer une bille sur le sol. Le pouce, placé derrière l'index, se détend pour projeter la bille à la distance requise. La main reste immobile et l'articulation du pouce est au sol

 

Le pouce se détend pour projeter la bille avec la force requise.

   

Le calage

 

Caler est la méthode qui donne le plus de puissance à la bille jouée. La bille est placée entre l’index et le pouce, le dos des autres doigts touche terre.

 

D’un coup sec, le pouce se détend et pousse la bille.

 

 

Quelques expressions liées aux billes

 

Bande de trouvaille

 

Utilisée lorsqu'on est le premier à apercevoir une bille égarée et que l'on veut s'en affirmer le propriétaire.

La chique

Expression désignant l'acte pendant lequel le joueur lance sa bille et la touche.

Queuter (à la clotte)

Abuser, soit en avançant exagérément sa main avant de lancer sa bille, soit en allongeant subtilement la distance mesurée lorsque le joueur a droit à une, deux ou trois mains.

Carreau (à la clotte)

Lorsque la bille d'un joueur frappe celle d'un autre et reste sur place.

 

Types de billes

 

Les billes sont des sphères qui peuvent être de tailles différentes (de 1,5 cm à 7 cm de diamètre). Elles portent des noms différents, fonction de leur taille : du plus petit au plus grand, on a : tétine (micros billes), mini (minis billes), normale (billes), mini calot, calot (galot), maxi calot, super calot géant, boulets (berlons), maxi boulets (bisquaillin) , boulard, maxi boulard, mammouth, aigle, caille, bigaro.

 
         
 

Billes de terre

 

Créée en 1876 dans la Drôme par Alexandre Barral, la société familiale commença par fabriquer des billes en pierre, avant de se lancer en 1928 dans la production de billes en terre cuite. Celle-ci cesse en 1935 et durant la Seconde Guerre mondiale, la pénurie de combustible conduisant à abandonner la cuisson. Les billes sont désormais fabriquées avec un mélange de chaux et de ciment artificiel, mais on continue de les appeler "billes en terre".

 
 
         
 

Face à la concurrence des billes en verre d'origine asiatique ou américaine, les Barral sont contraints à fermer l'usine en 1984. De 1985 à 1998, la bille reste présente dans la région par l'intermédiaire du musée qui lui est dédié, exploité par la famille Guilhot, propriétaire du bâtiment. En 1998, Monsieur Desbois relance la production de billes en terre en créant la société Billes et Traditions, mais des difficultés économiques le contraignent à fermer fin février 2009. L'usine a été rachetée (machines et savoir faire) par M. Yves Renou et s'est installée à Saint Maurice les Brousses en Haute Vienne près de Limoges depuis mars 2009. Au sein du bâtiment d'origine à Mirabel et Blacons, le musée de la bille est aujourd'hui géré par l'association "L'Usine à Billes", qui a pour but sa réhabilitation et la rénovation du bâtiment.Il retrace l’histoire des fabriques drômoises (Saoû, Cobonne et Mirabel et Blacons) qui ont été les principales usines françaises de billes à jouer  

 
         
 

Saoû Usine de bille

 
         
   
13 Jeux de billes
  TREIZE JEUX DE BILLES
   
 

Jeu conventionnel, Le tac,

la poursuite, le cercle glouton

         
 

Jeu de bille CPA collection LPM 1900

 
         
 

Jeu conventionnel

 

Le premier à jouer lance sa bille le plus près possible du trou. Le deuxième fait de même. Si les deux billes entrent dans le trou la première fois, on recommence au début. Sinon à tour de rôle les joueurs essayent de rentrer une bille dans le trou à l'aide de son doigt. S'il réussit il rejoue, s'il ne réussit pas c'est à l'autre. Le joueur qui fait rentrer les deux billes gagne. Si chacun fait entrer une bille, cela fait égalité. On a parfois le droit de tirer directement et de mettre des murs.

 

Il existe également une variante dans laquelle le gagnant est celui qui fait rentrer la dernière bille en jeu dans le trou.

 

Le tac

 

La règle du tac est très simple. Celui qui arrive à toucher la bille de l'autre gagne. Et on peut faire des paris: quand on touche la bille de l'autre, on gagne la bille de l'adversaire.

 

La poursuite

 

Elle se joue à deux, il faut tracer un circuit. Un joueur lance une bille devant lui. L'autre joueur lance la sienne. Le premier à être arrivé au bout du circuit gagne la bille de l'autre.

 

Le cercle glouton

 

Tracez un cercle de 30 cm de diamètre sur le sol. Chaque joueur dépose une bille au centre du cercle. Les billes doivent former un tas. Chaque joueur tient sa bille à hauteur des yeux et la laisse tomber sur le tas. Si une bille sort du cercle, elle devient la propriété du joueur. Si un joueur ne réussit pas à faire sortir une bille du cercle, celle qu'il a laissé sur le tas demeure au milieu du cercle. Le jeu continue jusqu'à ce que le tas ait disparu.

 
         
   
13 Jeux de billes
  TREIZE JEUX DE BILLES
   
  L'enclo, la capite, La ville fortifiée, le pot
         
 

L'enclos

 

Un jeu pour plusieurs joueurs.

 

Tracez deux cercles - un cercle de 20 cm de diamètre appelé l' "enclos" et autour de ce dernier, un cercle de 3,5 m de diamètre appelé la "barrière".

 

Chaque joueur dépose une ou plusieurs billes dans l'enclos. Le premier joueur tire un calot, de n'importe quel point en direction de l'enclos. Les billes qu'il chasse de l'enclos deviennent sa propriété. S'il ne capture aucune bille, son calot demeure où il se trouve à condition qu'il soit à l'intérieur de la barrière et à l'extérieur de l'enclos. S'il se trouve dans l'enclos, il doit le ramasser et payer une bille à l'enclos.

 

Les joueurs suivants peuvent tirer en direction de l'enclos ou du calot d'un adversaire. Si un calot touche un autre calot, le propriétaire du calot touché doit payer une bille à l'enclos. En plus de cette amende, le propriétaire du calot touché doit céder toutes les billes qu'il a capturées au cours de la partie au propriétaire du calot qui a touché le sien.

 

Jeu de bille CPA collection LPM 1900

 
 

La capite

 

Un jeu pour quatre joueurs normalement. Aux quatre coins d'un carré d'environ 1,5 m de côté, on creuse le sol sur environ 10 cm de diamètre et quelques centimètres de profondeur (un « pot »), et au centre du carré, on creuse un trou de la taille d'une bille (« le mille »). Les quatre joueurs partent des pots et cherchent à conquérir le mille et les pots adverses.

 

La ville fortifiée

 

Nombre de joueurs de 2 à 4

But  : toucher un adversaire, après avoir pris possession de la ville (être passé dans le trou).

 

Le jeu se joue avec un trou (la ville fortifiée). Chaque joueur à son tour, lance sa bille pour essayer d’arriver dans le trou. Une fois ceci réalisé, il faudra défendre la ville fortifiée (le trou) en essayant de « tuer » (toucher) les billes des adversaire qui essayent de rentrer aussi dans le trou. Chaque bille touchée est gagnée par le défenseur. Si un adversaire rentre à son tour dans le trou, il pourra aussi « tuer » des adversaires et emporter leur bille. On peut repasser autant de fois qu’on le souhaite dans le trou. A chaque passage dans le trou et à chaque fois qu’on touche la bille d’un adversaire, on peut relancer sa bille et les autres doivent attendre leur tour. La partie se termine quand il n’y a plus d’adversaire. 

 

Le pot

Nombre de joueurs de 2 à 4

But  : être le premier à atteindre le score de 110 points et ainsi gagner les billes de jeu de tous les adversaires (ou la mise décidée au départ).

 

Les joueurs lancent à tour de rôle une bille vers le pot (le trou). Chaque joueur essaye ensuite de rapprocher sa bille du pot en la relançant de l’endroit où celle-ci s’était arrêtée. Lorsqu’un joueur rentre dans le pot, il marque 10 points à son score et recommence à lancer de la ligne de départ. Il peut parfois être intéressant de dégager les billes d’un adversaire. Dans certains cas, le fait de toucher une bille d’un adversaire peut aussi donner 10 points et le droit de relancer, si cela a été convenu à l’avance.

 
         
   
13 Jeux de billes
  TREIZE JEUX DE BILLES
   
  La clotte, La pyramide
         
 

La clotte

 

Nom originaire du Béarn ou de la Vendée, venant du catalan, signifie le trou, le creux, la grotte…

 

Hautement stratégique, véritable jeu d'échec de la bille, la clotte, qui tient à la fois du golf et du billard, se pratique sur un terrain quelconque, plus ou moins accidenté, entre un nombre variable de joueurs, individuellement ou par équipes. La clotte proprement dite, d'où le jeu tire son nom, est un creux dans le sol que chaque joueur tentera d'atteindre pour gagner un point, et un tour supplémentaire à jouer.

 

La particularité de la clotte est qu'un joueur dont la bille frappe celle d'un autre peut compter autant de points que le nombre de pieds (au sens propre) qui sépare sa bille de celle de son adversaire.

 

Ce jeu exige donc une force et une technique particulières lors du lancer de la bille, lequel doit se faire uniquement avec le pouce, sans aucun mouvement de la main.

 

Si la bille d'un joueur entre dans « la clotte », celui-ci gagne un point et un tour supplémentaire à jouer.

 
 
         
 

Le score atteint par un joueur lui donne également certains avantages, c'est-à-dire qu'il peut s'avancer avant de tirer d'une distance d'une main (à 12 points), de deux mains (à 42 points), voire de trois mains (à 72 points). Le gagnant est le premier qui atteint 100 points.

 

Ce jeu était pratiqué par les élèves de l'École des Roches à Maslacq et à Clères, durant les années 1940-1950.

 

Expressions

 

Queuter : abuser, soit en avançant exagérément sa main avant de lancer sa bille, soit en allongeant subtilement la distance mesurée lorsque le joueur a droit à une, deux ou trois mains.

Carreau : lorsque la bille d'un joueur frappe celle d'un autre et reste sur place.

 

 
 

La pyramide

 

Nombre de joueurs de 2 à 4

 

But : toucher une pyramide de billes pour remporter les mises des autres joueurs.

 

Pour débuter la partie, chaque joueur donne un certain nombre de billes que l’on place sur le terrain sous forme de pyramide. Ceci étant fait, chaque joueur à son tour va essayer de toucher la pyramide et renverser les billes entassées afin de remporter celles-ci.

 
 
         
   
13 Jeux de billes
  TREIZE JEUX DE BILLES
   
  Le parcour, le triangle, la poursuite
         
 
 
     
 

Le parcours (ou Tour de France )

 

Nombre de joueurs de 2 à 6

But : franchir un parcours prédéfini en un minimum de coups

 

Avant la partie, on prépare un parcours ; cela peut être un piste creusée dans du sable, avec des virages, des montées, des descentes, des obstacles, des ponts etc… Le départ, l’arrivée et les limites du parcours devront être très claires. L’arrivée peut par exemple être un trou. En cas de sortie de piste d’une bille, le joueur doit replacer sa bille à l’endroit de la sortie, et rejouer au coup suivant à partir de là (on peut définir au début, que le joueur aura une pénalité, par exemple passer un tour ou recommencer le parcours depuis le début).
Le gagnant est celui qui termine le parcours le premier : il gagne les billes des adversaires ou la mise décidée au départ.

 

Le jeu du triangle (du carré ou du cercle)

 

Nombre de joueurs de 2 à 6

But : faire sortir le maximum de billes de la figure pour les empocher.

 

On trace une de ces figures au sol. Chaque joueur place une plusieurs billes comme convenu dans la figure. Tour à tour, chaque joueur va viser les billes de la figure pour tenter de faire sortir celles-ci. S’il arrive de faire sortir une ou plusieurs billes de la figure, il les gagne et rejoue de l’endroit où s’est arrêté sa bille. S’il ne fait sortir aucune bille, c’est le tour du joueur suivant. Si sa bille s ‘arrête dans la figure, elle est « en jeu », c’est à dire que le joueur n’a pas le droit de la rejouer. Il doit alors en prendre une autre de sa réserve pour continuer de jouer au tour suivant. La partie s’achève lorsque toutes les billes ont été sorties de la figure.

 
     
   
         
 

La poursuite (ou touche-touche)

 

Nombre de joueurs 2

But : toucher la bille de l’adversaire avant que celui-ci ne vous touche.

 

Le premier joueur lance sa bille où il veut. Son adversaire lance la sienne en essayant de toucher la bille de son adversaire. Chacun son tour essaye de toucher l’autre. Le gagnant est celui qui réussit le premier. Il gagne alors la bille de jeu de son adversaire ou la mise décidée au départ.
Les billes ne doivent pas être lancées au cours du jeu, les seuls tirs autorisés sont : la pichenette, le pointage, le calage. Il est interdit de jouer avec les pieds. Si la bille est arrêtée par un obstacle, elle doit rester à l’endroit où elle s’est arrêtée.

 
         
   

Jeux de billes