Artiste vétérinaire

 

  ET SI ON EN PARLAIT...
   
  ARTISTE VETERINAIRE...
         
 
Artiste vétérinaire

 

"Le pouvoir de guérir les animaux est ancien. Toutefois, de nouvelles approches, de nouvelles connaissances se diffusent dès le moment où s’ouvrent au XVIIIème siècle les premières écoles vétérinaires avec Bourgelat à Lyon 1762, puis à Alfort en 1813. On notera au passage ce goût pour la transmission des savoirs et la progression de l’esprit humain au service de l’intérêt commun (.......)

 

Elèves-vétérinaires pensionnaires à l’Ecole d’Alfort.

 

Beaucoup de ces élèves sont des fils élevés à la forge maréchale. Ils jouissent parfois de la recommandation de..?.. lié à l’exercice de la maréchalerie par le père. Elle y contribue fortement, sans être forcément nécessaire. Le critère de choix est plus lié au contact avec les populations rurales, mais déjà, une distinction s’établit entre villes et villages.

 

Medecins vétérinaires 1er Empire 1805

 
         
 

On exige de ces garçons de bonnes moeurs, sachant lire et écrire. Dans l’exercice de leurs missions, ils devront rédiger des mémoires lus et étudiés dans les bureaux des ministres. Il n’y avait aucune raison d’en faire une élite, tout au moins fallait il en faire des rapporteurs fidèles (......) D’un autre côté, on oublie aussi trop souvent, l’aspect pénible ou sportif des tournées, qui devaient exiger effectivement une bonne constitution physique et une bonne monture, bien docile et suffisamment robuste à porter ou tirer le char à banc (......)

Il est sûr que certains élèves ont eu de la peine à suivre les quatre ans d’école, faisant d’eux des « vétérans » d’après Ronald Hubscher.

Certains sont déjà des hommes, des garçons vivant sous le toit de leur père. Ils n’ont d’autre horizon que la cheminée de la maison familiale. Il leur faut s’adapter à une culture qui leur est étrangère. Ils sont aussi patoisants (.......).

Le travail de la forge n’est pas abandonné. Il est  vrai qu’il s’oppose à la spéculation médicale. Sa persistance ne s’explique que par la nécessité de gagner sa vie. Là aussi, l’organisation des
métiers manque de nuire à l’épanouissement d’une profession reconnue nécessaire, qui doit être protégée de tout troubles.

 
 

 

 
 

Il a fallu un arrêt du Conseil pour permettre aux élèves de l’Ecole royale vétérinaire établis en Champagne, d’exercer la profession de
maréchal et de tenir boutique, sans être obligés de se faire recevoir dans les maîtrises ou jurandes.

 

Au 19ème la dénomination "artiste vétérinaire ne désigne pas la même chose:

 

"L'école vétérinaire de Lyon, créée par Claude Bourgelat, qui fut son premier directeur, et inaugurée le 10 janvier 1762 est le premier établissement d'enseignement de la médecine vétérinaire ouvert en Europe. Louis XV lui donna en 1764 le titre d’« École royale vétérinaire ». C'est également Bourgelat qui créa l'école vétérinaire d'Alfort (Val-de-Marne) en 1766 ; il publia L'art vétérinaire en 1761 est considéré comme le fondateur de la médecine vétérinaire scientifique en France et même au niveau mondial

 

Suite à la réforme des études résultant du décret du 15 janvier 1813, les artistes-vétérinaires prennent un nouveau titre :

 

"Artiste vétérinaire" en 1782


 
 

    · Médecin-vétérinaire s'ils sortent de l'école d'Alfort considérée comme école de première classe (cinq ans d'études) ;
    · Maréchal-vétérinaire s'ils sortent de l'école de Lyon considérée comme école de seconde classe (trois ans d'études).

 

Le titre d'artiste-vétérinaire fut alors réservé aux maréchaux-ferrants et aux maîtres de poste ayant obtenu un agrément au niveau du département par le préfet

 

À partir de l'ordonnance du 1er septembre 1825, la situation est unifiée avec un diplôme de vétérinaire associée à quatre ans d'étude

 
         
   

Et si on en parlait...