CC 13.05 Helleville Augustin Lecarpentier

HELLEVILLE
  CC 13.05 DES PIEUX
   
  Augustin LECARPENTIER
         
 

Helleville, CPA collection LPM 1900

 
     
 

Augustin Lecarpentier

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche,

tome 2, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier

 

Augustin Lecarpentier, né à Helleville en 1762, y décédé en 1846, une figure singulière du Cotentin sous la Révolution.

 

Né à Helleville où son père est un paysan aisé, Augustin Lecarpentier fait ses humanités au collège des Eudistes de Valognes avant de se faire prêtre.

 

Comme bien d’autres ecclésiastiques d’humble condition, Augustin accueille la Révolution avec ferveur.

 

Le 22 décembre 1791, il signe avec son frère une lettre des patriotes valognais qui félicite l'Assemblée nationale de sa fermeté vis-à-vis du Roi : « Vous avez applaudi aux intentions du Roi,... salut aux intentions du Roi. Deux décrets que le Roi a sanctionnés ont été promulgués pour comprimer l'évasion des personnes, du numéraire, des vivres, des munitions : salut à la double sanction du Roi ! ». Le 24 juin 1792, les deux frères sont aussi parmi les signataires d'un appel à une répression implacable des prêtres réfractaires.

 

Sans surprise, il devient un de plus fidèles soutiens de son frère qu’il félicite d’avoir voté la mort de Louis XVI. Il est alors curé de Flamanville depuis deux ans. Sa popularité lui vaut d’être élu officier public et membre du conseil municipal de la commune. Ses paroissiens ont un jour la surprise de l’entendre entonner la Marseillaise pendant une procession !

 

Dans le diocèse de Coutances, il est un des premiers à remettre ses lettres de prêtrise. C’est en février 1794. Revenu à l’état laïc, il se retire alors à Helleville où il mène pendant longtemps une existence obscure.

 

Au début de la Restauration, on le soupçonne d’avoir caché son frère Jean-Baptiste recherché par toutes les polices du royaume.

 

Puis le temps fait son œuvre. En 1830, Augustin Lecarpentier veut renouer avec son lointain passé en sollicitant une cure et en demandant l’autorisation d’ouvrir une école catholique. Il se heurte au refus poli de l’évêque qui l’autorise toutefois à célébrer à nouveau la messe. Il meurt après avoir reçu les derniers sacrements de son église.

 
     
 

Eglise de Flamanville, CPA collection LPM 1900

 
         
   

Communes de la manche