CC 17.18 Le Vast Le Tellier Jésuite

LE VAST
  CC 17.18 DU CANTON DE SAINT-PIERRE-EGLISE
   
  Michel LE TELLIER Jésuite
         
 
 
 

CPA COLLECTION LPM 1900

 
     
 

Michel Le Tellier, né à Le Vast, Manche, le 16 décembre 1643 et mort le 2 septembre 1719 à la Flèche, est un jésuite français.

 

Entré au noviciat en 1661, il fut Provincial de France et confesseur du roi Louis XIV de 1709 à 1715, sur lequel il exerça une influence regrettable. Son zèle plein d’âpreté contre les jansénistes l’amena à obtenir de ce dernier la destruction de Port-Royal-des-Champs en 1709. Ce fut également lui qui obtint du Saint-Siège la bulle Unigenitus.

 

Il a travaillé avec les PP. Dominique Bouhours et Pierre Besnier à la traduction française du Nouveau Testament faite à partir de la Vulgate. Il a également produit une édition ad usum Delphini de l’Histoire d’Alexandre le Grand de Quinte-Curce.

 

Après la mort de Louis XIV, il fut exilé, d’abord à Amiens, puis au collège jésuite de la Flèche.

 

Œuvres

 

    - Histoire de la persécution de deux saints évêques par les Jésuites l’un, Dom Bernardin de Cardenas, évêque du Paraguay dans l’Amérique méridionale, l'autre, Dom Philippe Pardo, arche-vêque de l'église de Manille métropolitaine des Isles Philippines dans les Indes orientales, Colo-gne, Gervimis Quentel, 1691

    - Defense des nouveaux chrestiens et des missionnaires de la Chine, du Japon, & des Indes : contre deux livres intitulez, La morale pratique des jésuites, et L'esprit de M. Arnauld, Paris Estien-ne Michallet, 1687-1690

    - Histoire des cinq propositions de Jansenius, Liege, Moumal, 1699

    - Le P. Quesnel heretique dans ses Réflexions sur le Nouveau Testament, Bruxelles, M. Michiels, 1705

    - L'erreur du péché philosophique combattue par les Jésuites, Liège, Pierre Borgelot, 1691

    - Lettre à Monsieur ** docteur de Sorbonne : au sujet de la révocation faite par M. l'abbé de Bri-sacier de son approbation donnée en 1687 au livre intitulé, Défense des nouveaux Chrestiens & des missionnaires de la Chine, &c., Paris, [s.n.], 1700

    - Lettre d'un docteur en théologie à un missionnaire de la Chine, qui lui a proposé divers doutes sur le chemin qui doit suivre dans ces missions [S.l.n.d.], 1636

    - Lettre d'un théologien à une personne de qualité, sur le nouveau livre des jésuites, contre la morale pratique, intitulé défense des nouveaux chrestiens, &c., Paris, [s.n.], 1688

    - Observations sur la Nouvelle défense de la version françoise du Nouveau

 
 

 

 
 

La bulle Unigenitus Dei Filius

 

Cette bulle du pape Clément XI, fulminée le 8 septembre 1713 à la demande de Louis XIV, condamnait 101 propositions tirées de l'ouvrage de Pasquier Quesnel, ami et héritier d'Antoine Arnauld, le Nouveau Testament en français avec des Réflexions morales.

 

On trouvait non seulement dans cet ouvrage des thèmes récurents chez les théologiens jansénistes, mais on pouvait également noter le développement d'idées gallicanes et richéristes (le richérisme est une aspiration à une hiérarchie moins tranchée au sein de l'Eglise, notamment entre évêques et curés).

 

Maladroitement formulée, la bulle Unigenitus ulcéra non seulement une partie du clergé français qui y vit une remise en cause des privilèges de l'Eglise de France, mais également le milieu parlementaire. Elle permit au jansénisme moribond de trouver un second souffle et lui redonna vigueur au moins jusqu'à la Révolution. .

 

Pasquier Quesnel

 
 

 

     
 

Malgré les interventions souvent peu habiles des autorités civiles et ecclésiastiques pour mettre fin à la querelle de l'Unigenitus, celle-ci resta longtemps vivace et l'on peut considérer qu'il s'agit là du premier grand mouvement d'opinion publique en France

 
     
   

Communes de la manche