Chansons de Belles méres
         
 

 CHANSONS DE BELLES-MERES

 
         
 
 
         
 

Chanson des belles-mères

Version donnée par Charles Fleurance

Sur l'air de " Sur le plancher des vaches "

     
         
 

 

 

Vraiment c'n'est pas une affaire,
Quand on est marié,
D'avoir chez soi une belle-mère,
Qui n'fait qu'vous embêter.
La vie, pas besoin d'vous l'dire,
N'est plus qu'un martyre,
Et la seule chose qu'on désire,
C'est d's'en débarrasser.

 

 

Ah non vraiment ce n'est pas rigolo
Quand on a une belle-mère.
Cet animal qui ressemble au chameau
Et qu'il faut qu'on vénère.
C'est très coriace, ça vit cent ans
C'est de la race des éléphants
Ah non vraiment pas moyen d's'amuser
Quand on a une belle-mère.

 
 
         
 

 

 

Il n'est pas de par le monde

D'animal plus méchant

Qu'une belle-mère quand elle gronde

Et vous montre les dents

Méfiez-vous de sa morsure

Car je vous assure

C'est plus dang'reux qu'la piqûre

D'un venimeux serpent.

 

 

Si vous avez chez vous un d'ces oiseaux

Qu'on appelle une belle-mère

Mettez bien vite sur son vilain museau

Une bonne muselière

Alors les femmes et les maris

Je le proclame seront ravis

Car vraiment y'a pas moyen d's'amuser

Quand on a une belle-mère

 

 
 
         
 

 

 

Quand on possède une belle-mère

Y'a d'quoi devenir fou,

En place de ce calvaire

Mieux vaut avoir des poux.

Ça crie, ça vous exaspère,

C'est une vraie misère,

Et pour pouvoir s'en défaire

On f'rait un mauvais coup.

 

 

Ah ! oui quand est-ce qu'on va les supprimer

Toutes ces sacrées belles-mères

On d'vrait voter une loi pour les noyer

Ou les mettre en fourrière

Alors les femmes et les maris

Je le proclame seront ravis

Car vraiment y'a pas moyen d's'amuser

Quand on a une belle-mère.

 
 
         
 
 
 

 

 
 

AH ! SI Y’AVOT PUS D’BELLES MERES

Paroles et Musique de Simon COLLIEZ

 
     
 

 

 

V’là qu’alle trouve que j’sus rimpli d’défauts

Je n’fume pas j’vais jamais au bistrot

J’n’i’ai jamais rien dit jamais rien fait

Je n’vos pas c’qu’alle a à m’arprocher

Tous les jours y’a quette-cosse ed nouvieau

Y’a pas i faut qu’alle dise su min dos

Alle critique ch’est tout c’qu’alle sait faire

Je m’demande c’que j’ai bien pu i faire

 

 

Ah si y’avot pus d’belles-mères

Cha s’rot l’paradis sur terre

Si y’avot pus ches chameaux

Cha s’rot einne vie d’catieau

Ah si y’avot pus d’belles-mères

Cha s’rot l’paradis sur terre

Si y’avot pus ches chameaux

Cha s’rot einne vie d’catieaux

 

 
 
         
 

 

 

Quand alle vient qu’y’a du monte à l’maison

Pour faire bien alle m’appelle min garchon

Aussitôt qu’i nous ont tourné l’dos

Cha r’comminche alle a r’est su min dos

Ti t’acoutes té dis rien té laiches faire

Té pourros quand même i dire de s’taire

Car si cha n’va pus intre nous autes

Té sais bien que ch’est gramint de s’faute

 

 

Ah si y’avot pus d’belles-mères

Cha s’rot l’paradis sur terre

Si y’avot pus ches chameaux

Cha s’rot einne vie d’catieau

Ah si y’avot pus d’belles-mères

Cha s’rot l’paradis sur terre

Si y’avot pus ches chameaux

Cha s’rot einne vie d’catieaux

 
 
     
 

 

 

T’as bieau dire que j’ai pas querre et’ mère

T’as bieau dire que je n’peux pas l’sintir

Mais faut avouer qu’du côté belle mère

J’sus servi j’pouvos pas trouver pire

Y’a des jours té sais j’m’in iros bien

Mais seul’mint t’mère alle s’rot trop continte

Rien qu’pour cha té vos j’m’in irai pas

J’voudros pas i faire ech plaisir là

 

 

Ah si y’avot pus d’belles-mères

Cha s’rot l’paradis sur terre

Si y’avot pus ches chameaux

Cha s’rot einne vie d’catieau

Ah si y’avot pus d’belles-mères

Cha s’rot l’paradis sur terre

Si y’avot pus ches chameaux

Cha s’rot einne vie d’catieaux

 
 
         
 
 
     
 

CHARLOTTE T' MERE ALLE RADOTTE

Paroles de Jean-Marie LEFEVRE

 

Ech Dimanche matin-là j' faisos l' grasse matinée

Quand l' téléphone soudain i s' est mis à sonner

Ch' est vrai qu' si j' avos su j' me s' ros jamais lévé

Des jours comme cha té sais vaut mieux rester couché

Dins l' gaz j' ai décroché et j' ai été surpris

Ch' étot m' belle-mère au bout qui poussot des grands cris

In plein mois d' mai pas d' chance i avot neigé tout' l' nuit

Alle s' étot mis dins l' tête ed vouloir faire du ski

 

Einne demi-heure plus tard alle sonnot à l' maison

Et comme pour faire du ski faut einne combinaison

J' l' ai im' née dins un grand magasin de l' région

Où pendant plus d' einne heure in a fait ches rayons

Tout c' qu' alle a essayé ch' étot trop p' tit  pour elle

Pour mette sin popotin faut plus que XXL

In désespoir ed cause alle a pris un cal' çon

Un vert fluo bien sûr des fos qu' in l' verrot pas

 

Charlotte t' mère alle radotte

J' te jure y' a des momints alle est vraimint pas bien

Charlotte t' mère alle radotte

J' vos d' ichi el' tableau cha va ête rigolo

 

Mais rintrés à l' maison i a fallu l' intraîner

Pour qu' alle aille à Olhain sans s' ridiculiser

Alors sur deux bouts d' planque ch' est mi qui ai dû l' pousser

Dins l' voyette de ch' gardin alle s' est mise à glicher

Arrivée à l' deschinte alle s' est pas vue partir

Et mi bien intindu j' ai rien fait pour l' artenir

Dins ch' l' hayure de ch' voisin alle s' est bien incrinquée

Y' a fallu tros quarts d' heure pour nous l' ardessaquer

 

Charlotte t' mère alle radotte

J' te jure y' a des momints alle est vraimint pas bien

Charlotte t' mère alle radotte

J' vos d' ichi el' tableau cha va ête rigolo

 

Ed parels émotions cha met in appétit

Et comme avec tout cha in attrapot midi

J' ai décidé tout l' monde qu' i fallot coûte que coûte

Avant de s' mette au sport surtout casser la croûte

Après einne goutte ed' jus et un bon pousse-café

Quand in s' est mis in route i étot trois heures passées

Comme in avot traîné plus qu' i n' aurot fallu

Arrivés à Olhain l' neige alle avot fondu

 

Charlotte t' mère alle radotte

J' te jure y' a des momints alle est vraimint pas bien

Charlotte t' mère alle radotte

J' vos d' ichi el' tableau cha va ête rigolo

 
     
 
 
     
 

Ma belle-mère est épatante

Chansons du cahier de Maximin au 30ème RI

(1912 - 1914)

 
 

 

 

Ce fut pour moi un jour radieux

Celui où je devins amoureux

Ce n'est pas que ma femme soit un doux mésange

Ni même un ange

Tombé des cieux

Mais sa mère comme une tartine de miel

Est sucrée et pour moi c'est le ciel

Lorsque chaque jour la voit

Etre aux petits soins pour moi

Et me rendre plus heureux qu'un roi.

 

 

Ma belle-mère est épatante

Elle est douce elle est charmante

Si elle me quittait ça serait un grand malheur

Rien qu'd'y penser mes yeux se mouillent de pleurs

Chaque matin sans épates

Elle me fait mon noeud d'cravate

C'est encore elle qui me donne mon chocolat

Et quatre sous pour mon tabac.

 
 
         
 

 

 

Dès que je suis sorti de mon lit

Elle s'inquiète si j'ai bien dormi

Puis elle s'occupe de ma toilette

Reprise mes chaussettes

Mes vieux habits

Comme elle craint de me voir malade

Elle me fait boire un verre de limonade

Et quand je pars travailler

Elle ne peut pas s'empêcher de pleurer

Ça lui fait tant de peine de me quitter.

 

 

Ma belle-mère est épatante

Elle est douce elle est charmante

Le soir quand je rentre comme je suis fatigué

C'est elle qui veut me retirer mes souliers

Puis sans reprendre son souffle

La voilà qui me mets mes pantoufles

Y a pas d'erreur, des belle-mères comme celle là

Vraiment y en a pas des tas.

 
 
         
 

 

 

Nous causons politique très souvent

Belle maman explique son sentiment

Au sujet de notre loi nouvelle

Dit que la querelle

De tant de braves gens

Finirait si les mauvaises belle-mères

Pour cinq ans partaient à la frontière

Ça ferait au gouvernement

Plus de cinquante régiments

Et pour les gendres quel soulagement.

 

 

Ma belle-mère est épatante

Elle est douce elle est charmante

De la Joconde elle a le rire enchanteur

Et c'est chez moi comme un bouquet de fleurs

Quand ma femme me fait une scène

Et qu'elle me voit dans la peine

Pour m'consoler elle me dit mon petit coco

Viens je paye le pernod.

 
 
         
 
 
     
 

Les nouveaux comandements de la belle mére

Henri Ermice

 
         
 
 
         

Chansons de Belle Mere