Comment Dagobert aimait la chasse
  LE ROI DAGOBERT                                                   3/14
  Comment Dagobert aimait la chasse passionnément.
 
     
 

Il n’est pas difficile d’imaginer quelle fut la première jeunesse de Dagobert. La vie des grands personnages du septième siècle ne ressemblait pas beaucoup à la nôtre. Ils passaient la moitié de leur journée à la chasse, accompagnés d’une foule de serviteurs qui leur faisaient comme une armée, et le reste du temps devant leur table, sur laquelle fumaient à la fois les grands quartiers de venaison rôtis et les larges vases pleins de cervoise et d’hydromel.

 

Dagobert, de très-bonne heure, prit goût à ces longs repas et à ces robustes exercices. Il n’était encore qu’un jeune enfant qu’il montait à cheval et suivait son père à la poursuite des daims, des élans, des sangliers et des cerfs qui remplissaient nos forêts.

 

Avec les années les forces lui vinrent vite et ce fut l’un des plus déterminés chasseurs parmi les Francs. .

 
 
         
 

Les plus lointaines retraites de la grande forêt de Cuisy, qu’on appelle aujourd’hui la forêt de Compiègne, retentissaient du matin au soir du bruit qu’il y faisait en chassant. Il avait un bon chien qui se nommait Souillart comme le chien de saint Hubert. Ce chien-là, Dagobert l’estimait grandement parce que c’était l’animal à la fois le plus hardi et le plus sage

 

Si jamais il y eut bête à laquelle il ne manquât que la parole pour qu’on la pût considérer comme l’égale de l’homme, ce fut bien ce bon chien-là, qui d’avance, le matin, indiquait le temps qu’il allait faire, et par des signes non équivoques disait : « Il fera chaud » ou « Il pleuvra » ou même « il y aura défaut ». Pour dire « Il fera chaud, » il tirait la langue longue d’un demi-pied et regardait Dagobert fixement ; pour dire : « Il pleuvra, » il se courbait en pliant les jambes et les cachait sous lui ; pour dire : « Il y aura défaut, » c’est-à-dire « les chiens perdront la trace du gibier, » il courait dix ou douze fois autour de la chambre en changeant de direction à chaque tour. C’était un ami précieux, d’autant qu’il avait une valeur grande et ne craignait pas le danger.

 
         
   

Le Roi Dagobert