De 1850 à 1914
 

Grand trait de l’évolution de l’agriculture

en manche de 1789 à 2000                    - 3/6

     
 

Hambye jour de marché, CPA collection LPM 1900

 
     
 

De 1850 à 1914 

 

Par son désenclavement (voie de communication maritime Carentan-Brighton en 1851, ligne de chemin de fer Paris-Cherbourg en 1858 et Paris-Granville en 1870), La Manche rompt son isolement et assure le développement de son commerce, principalement du beurre, de la viande salée, du cidre et des pommes de terre. Les produits les plus rémunérateurs sont issus de l’élevage, ce qui conduit les agriculteurs à transformer progressivement leur type d’exploitation. En vingt ans, 30 % de labours se transforment en herbages, principalement destinés à l’élevage laitier.

 

La révolution agricole dans la Manche, que représente ce « couchage en herbe », est favorisée par un climat océanique tempéré. Celle-ci est la conséquence de la crise céréalière liée à la concurrence des blés des pays neufs, notamment des Etats Unis ; concurrence accrue avec les lois sur le libre échange décidées dans les années 1860.

 

Sous l’impulsion de cultivateurs aisés, plusieurs modes de conversion en prairie artificielle sont testées employant principalement le trèfle, la luzerne et la trémaine.

 

La spécialisation de l’agriculture (avec le développement de l’élevage laitier et bovin) apparaît donc être la mutation fondamentale de cette seconde moitié du XIXe siècle ; s’y ajoutent :

   
 

    1 -Le développement de l’usage des engrais, notamment industriels (usine d’engrais Dior à Granville)

    2 -Concours, comices et expositions agricoles (lieux d’émulation)

    3 -Meilleure formation des agriculteurs (loi du 1879 sur l’enseignement départemental et communal de l’agriculture) avec la création en 1886 de l’école départementale d’agriculture et de laiterie de Coigny

    4 -Meilleure sélection du cheptel (naissance du herd book et de la race normande pure)

    5 -Naissance du syndicalisme agricole (création du Syndicat des Agriculteurs de la Manche, à Coutances en 1886)

    6 -Débuts du machinisme agricole (l’entreprise Simon à Cherbourg fabrique concasseurs à grains, broyeurs à pommes, faneuses…)

 

A l’aube du XXe siècle, l’élevage laitier triomphe dans la Manche. Dans son sillage, sont créées les premières coopéra-tives laitières.

 

Le système bancaire va également répondre aux besoins des agriculteurs par l’octroi de prêts pour investir en matériel.

 

Ainsi est créée la caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel

de la Manche. Gérée par les agriculteurs eux-mêmes, elle bénéficie de l’aide financière du gouvernement et accorde des prêts aux agriculteurs.

 

Accompagnant l’effort de mécanisation, la Coopérative Agricole du Syndicat des Agriculteurs de la Manche (CASAM) est mise en place en 1912 afin de procurer à ses adhérents toute marchandise ayant un caractère professionnel.

 
     
 

Encore une automobile, no v'val plus qu'cha !... CPA collection LPM 1900

 
     
   

Agriculture en manche de 1789 à 2000