Deux bouennes affaires
  BONNES GENS DE NORMANDIE
  DEUX BOUENNES AFFAIRES
     
  LEMAÎTRE, Charles Ernest (1910 ?)

 

Comment, vo v'la à pied, la maîtress' Valérie,
Vos allez vendr' vos oeufs, montez donc d'avec mei ;
J'allons causer d' vot' vieau qu'est bon por la bouch'rie,
I dait r'êt' déjà gras, vo l'i donnez tant d' lait ;
Allons montez bi vit' je n' somm's pas en avance,
Mais à caus' du paquet, j' vas r'culer un brin l' banc.
- J'veux bi moussieu Cornet, merci d' vot' complaisance,
L' marchi n'ouvr' qu'à huit heur's et j'allons y'être avant ;
Mais quant à man p'tit vieau, j'en veux quarant' pistoles.
- Mei qui comptais l' pouayi l's environs d' chent écus ;
- Trouais chents francs d' man bon vieau, faut pas qu' vo comptiez d'ssus,
C'est pas preus à c' prix là, qu'i mont' dans vot' carriole.
- Allons n' vo fachez pas, pus que j' pouvons causer,
J'ai core une aut' question plus grave à vo poser ;
J' sieux veuf depus deux ans, ma bouch'rie est prospère,
Mais je n' peux pas rester tout seu dans ma maison ;
J'ai envie d' me r'marier, tout l' mond' dit qu' j'ai raison ;
Et j' trouv' que votre aînée f'rait eun' gentil' bouchère.
- Eh bi, v'n'ous en dinmanch' nos en caus'ra un miot,
P't'êt' bi qu'avec la fill' vo pourriez aver l' vieau !

 
     
 
 
     
   

Bonnes gens de normandie