Élevage bovin en Italie

LES VACHES ITALIENNES
   
         
 

 

 

 

 

   Burlina


   Cabbanina


   Sarda

 

 

 

Agerolese


Brune italienne

Burlina


Cabannina

Calvana (race bovine)

Chianina

Cinisara


Garfagnina

Grigio alpina


Istriana


Marchigiana

Maremmana

Modenese

Modicana


Pasturina

Piemontese

Pisana

Podolica

Pontremolese

Pustertaler


Razzeta d'Oropa

Reggiana

Rendana

Romagnola

Rouge sicilienne


Sarda (race bovine)

Sardo-modicana


Tarentaise (race bovine)


Valdostaine pie noire

Valdostaine pie rouge

Varzese

 
         
   

LES VACHES ITALIENNES
   
  ELEVAGE BOVIN EN ITALIE
         
 

Piemonteser Bulle Peter von Wesendonk — Travail personnel

 
     
 

Les races bovines italiennes sont aussi diverses que les terroirs de l'Italie, pays d'élevage

 

Origine des races

 

L'Italie a été peuplée par l'arrivée de multiples populations ; chaque peuple a voyagé avec le bétail servant à la traction des charriots.

     

 Rameau blond et rouge :

 

Elevé dans les zones où le peuple Ibère est passé, il pourrait être à l'origine de la race blanche romaine qui a donné la Chianina. Deux races claires seraient issues de croisement entre blondes et podolica : la Regianna et la Modenese.

 Rameau Grise des steppes :

 

Il est arrivé avec les grandes migrations qui ont mis fin à l'Empire romain. Les Ostrogoths, notam-ment, ont amené cette race venue de la steppe d'Ukraine. La grande race issue de ce rameau est la Podolica. Elle a donné une grande diversité de races, chaque région ayant sélectionné les animaux les mieux adaptés à son milieu : de nombreuses races en sont issues.

 Rameau Pie rouge des Montagnes :

 

La frange alpine du nord du pays est peuplée naturellement par les races de cette origine ; Razzeta d'Oropa (nom local de la Simmental), Valdostaine pie rouge, Pezzata rossa italiana...

 Rameau brun :

 

Issu de l'est de la Méditerranée, ce rameau a été amené par les peuples de la Méditerranée. Ils ont introduit ces races dans les îles dans l'Antiquité. Elles ont donné des races originales après des siècles d'élevage sans introduction de sang exogène : Sarda, Modicana. Est-ce par l'Italie que la brune des Alpes est devenue une grande race du massif montagneux ? Elle est à l'origine de la Griogio alpina.

 Bos indicus :

 

Ce zébu pakistanais serait arrivé il y a 25 ou 30 000 ans, accompagnant un peuple en marche. Il aurait fait souche dans le haut de la vallée du Pô. Croisé avec les races locales, il a donné la race Piemontese.

 Bubalus bubalis : 

 

 

 le buffle asiatique a été introduit pour mettre en valeur des zones marécageuses. Leur lait est utilisé pour élaborer la Mozzarella di Bufala Campana, un fromage d'appellation.

 
     
 

Antiquité

 

Les Romains étaient amateurs de fromages très variés, mais ils ont très vite adopté les fromages à pâte pressée découverts dans les Alpes. Produits par le peuple celte des Helvètes, ils constituaient une nourriture riche et facile à transporter et à conserver, pour expédier aux légions qui gardaient les frontières de l'empire.

 

Le transport sur les voies était très tributaire de la traction animale. Il existait une race bovine blanche de bonne puissance qui a donné la Chianina. De plus, ces animaux blancs étaient recherchés entre autres pour les sacrifices à Jupiter. Ils ont été introduits dans ce but en Espagne. (Blanca Cacereña).

 

Moyen Âge

 

Suite à l'introduction de toutes ces races d'origine différente, le Moyen Âge a créé un gel de la situation. Les bovins voyagent peu dans un pays montagneux et l'élevage en autarcie presque complète a façonné des dizaines de variantes locales. Dans les Alpes, les races brune et Pie rouge des Montagnes font merveille ; dans les plaines, les podolica et chianina sont de bonnes races de trait, et dans les montagnes centrales et le sud du pays, des races issues du métissage de podolica et de brunes à robe fauve sont créées.

 

Époque contemporaine et moderne

 

Les races du sud du pays, bien adaptées mais peu productives sont délaissées par la modernisation de l'agriculture. L'élevage intensif en plaine ferme les portes de la rentabilité aux races anciennes. Victimes de croisements non planifiés, elles se fondent dans une population qui ne sert que de support à des mâles reproducteurs à hautes performances.

 

Cet état de fait entraine la raréfaction des races locales. En 1985, l'État prend conscience de la richesse génétique de ce potentiel et crée le registro anagrafico delle populazioni bovini autochtone et gruppo etnici a limita diffusione (registre des races autochtones et groupes ethniques peu diffusés) Il va travailler à sauvegarder les races les plus menacées. Une liste est établie : Agerolese, Bianca val padana (Modenese), Burlina, Cabannina, Calvana, Cinisara, Garfagnina, Modicana, Mucca Pisana, Pezzata Rossa d'Oropa, Pinzgau, Pontremolese, Pustertaler, Reggiana, Sarda, Sardo-Modicana et Varzese. Elles vont bénéficier d'un programme ambitieux :

 

    - Stockage de semence.

    - Sélection des taureaux les plus représentatifs.

    - Établissement d'un programme de maitrise de la consanguinité.

    - Aide au maintient du cheptel en pure race accordée aux éleveurs qui travaillent avec une des races de la liste.


 

 

 

 


 

Chianina

 

 Reggiana

 

Modenese.

 

Maremmana

 

Agerolese

 
         
   

Les vaches Italienne