Etienne de Blois-Mathilde
  LA NORMANDIE DUCALE
 

ETIENNE DE BLOIS

MATHILDE L'EMPERESSE

         
 

Le temps de la discorde

 

- Mathilde et Etienne de Blois, derniers descendants du Conquérant, se disputent le pouvoir plongeant le royaume dans une guerre civile dont l’issue verra l’avénement de la dynastie Plantagenêts.

 
         
   Etienne de Blois  
         
 

Bien né, et courageux, fils d’Etienne II, comte de Blois, et d’Adèle de Normandie, fille de Guillaume le Conquérant, Etienne, futur comte de Boulogne et de Mortain mais aussi futur roi d’Angleterre, est né à Blois au cours de l’année 1096. En 1115, il se voit remettre le comté de Mortain avant d’épouser Mathilde, fille du comte de Boulogne et de Marie d’Écosse, vers 1125, dont il aura cinq enfants.

 

En décembre 1135, au lendemain de la mort du roi Henri Ier d’Angleterre et bien qu’ayant prêté serment d’allégeance à Mathilde l’Emperesse après la disparition de Guillaume Adelin, Etienne, rejetant l’idée qu’une femme puisse régner sur le royaume mais aussi préféré à sa cousine par une majorité de barons, profite de l’absence de cette dernière pour s’emparer du trésor, se faire couronner roi d’Angleterre à l’abbaye de Westminster, avec la bénédiction du pape Innocent II, et prêter l’hommage vassalique à Louis VII, roi de France, pour le duché de Normandie.

 

 

Etienne de Blois

 
         
 

Si les premières années de son règne se montrent relativement paisibles, en 1138, tandis que Geoffroy V d’Anjou et son armée entrent en Normandie, David Ier d’Ecosse, l’oncle de Mathilde, envahit le nord de l’Angleterre.

 

Défait à Cowton Moor près de Northallerton, à la bataille de l’Etendard, David Ier met bas les armes et signe le traité de Durham en 1139. Malgré ce premier succès qui lui apporte le soutien des barons du nord, Etienne ne peut empêcher l’Angleterre de sombrer dans une guerre civile qui durera près de dix neuf ans ; guerre au cours de laquelle barons anglais et normands, partisans de Mathilde et d’Etienne n’auront de cesse de s’affronter.

Mathilde de retour en Angleterre en août 1139, après avoir conquis la plupart des provinces de l’ouest de l’Angleterre, relance les hostilités.

 

Etienne, désormais surnommé "l’usurpateur", défait et capturé lors de la bataille de Lincoln, le 2 février 1141, est déposé et emprisonné à Bristol. Libéré quelques mois plus tard, suite à un échange de prisonniers après la capture de Robert de Gloucester, demi-frère de Mathilde, lors de la déroute de Winchester, Etienne retrouve son trône en novembre 1141.

La guerre que se livre les deux camps n’en est pas pour autant terminée. En décembre 1142, Etienne n’est plus maître du duché de Normandie. Geoffroy V d’Anjou, époux de Mathilde l’Emperesse, s’est entre temps emparé de la couronne ducale et fait reconnaître, officiellement, duc de Normandie par le roi de France.

Geoffroy d’Anjou, après avoir remis de l’ordre dans les affaires du duché, ne tarde pas à revendiquer le trône de Henri 1er Beauclerc au bénéfice de son fils Henri et menace Etienne d’une intervention militaire outre Manche.

 

Au cours de l’année 1148, Mathilde quitte l’Angleterre pour la Normandie alors que Etienne dont l’autorité semble en partie restaurée, plus enclin à assurer sa succession, ne parvient pas, faute de volonté, à mettre un terme à l’anarchie qui ruine le pays
 
Il lui faut malheureusement vite déchanter quand les troupes de Henri Plantagenêt, après une première tentative avortée en 1149, débarquent en Angleterre en janvier 1153, mais aussi et surtout lorsqu’il apprend le décès de son fils, Eustache IV de Boulogne, au mois d’août de cette même année.

C’est ainsi que, contraint forcé et privé d’héritier, Etienne se résout enfin à accepter un compromis. Par le traité de Wallingford (ou de Winchester) , signé le 6 novembre 1153, Etienne reconnaît officiellement Henri, le fils de Mathilde et de Geoffroy V d’Anjou, comme son unique successeur. Suite à une appendicite, Etienne décède à Douvres le 25 octobre 1154 ouvrant ainsi la voie au futur Henri II d’Angleterre, comte d’Anjou et du Maine, duc de Normandie et premier roi de la dynastie des Plantagenêts. Etienne de Blois repose aux côtés de son épouse à l’Abbaye de Faversham qu’ils avaient, tous deux, fait construire en 1147

 
         
 

Gravure de l'abbaye de Faversham de William Stukeley (1722)

 
         
   Mathilde l’Emperesse  
         
 

Mathilde, en fait Adélaïde de par son nom de baptême, fille de Mathilde d’Ecosse et de Henri 1er Beauclerc, duc de Normandie et roi d’Angleterre, petite-fille de Guillaume le Conquérant, est née en février 1101 à Sutton. Mariée, le 7 janvier 1114, à Mayence avec l’empereur romain germanique Henri V, d’où son surnom d’Impératrice ou d’"Emperesse", elle revient en Angleterre à la mort de ce dernier en 1125. Guillaume Adelin, son frère, disparu en mer le 25 novembre 1125 lors du naufrage de la Blanche Nef, Mathilde devient, dès lors, la seule héritière légitime au trône d’Angleterre.


En août 1139, après que Geoffroy d’Anjou, son époux, ait envahi la Normandie et que son oncle, David 1e d’Ecosse, ait été battu à la bataille de l’Etendard, Mathilde arrive en Angleterre. Bénéficiant du soutien de barons anglo-normands et de l’église, Mathilde prend rapidement le contrôle de l’ouest du pays.

 

En février 1141, la chance lui sourit. Etienne , défait et capturé au cours de la bataille de Lincoln, dépossédé de son trône, est emprisonné à Bristol. Mathilde, autoproclamée "Domina Anglorum" puis "Angliae Normanniaeque domina"

 
 

Portrait de Mathilde

dans Histoire d'Angleterre

des moines de Saint Albans (XVe siècle)

 
 
         
 

Enfin débarrassée de son rival, tente, vainement, de se faire couronner reine d’Angleterre au cours de l’été 1141.

 

Hautaine, arrogante et despotique, Mathilde doit fuir précipitamment Londres sous la pression d’une population révoltée lui préférant Mathilde de Boulogne, l’épouse d’Etienne de Blois

 

En novembre 1141, cette dernière, aidée de Guillaume d’Ypres, après avoir assiégé la ville de Winchester, mis en déroute l’armée de Mathilde et fait prisonnier son demi-frère, parvient à faire libérer Etienne.

Les partisans d’Etienne et de Mathilde de Boulogne ayant repris l’avantage, Mathilde l’Emperesse est, à son tour, prise au piège au château d’Oxford, au cours de l’hiver 1142. Elle ne doit son salut qu’à une fuite éperdue, en pleine nuit, dans une effroyable tempête de neige.

Le 17 juin 1128, elle épouse Geoffroy le Bel, comte d’Anjou et du Maine, dit aussi Geoffroy Plantagenêt, âgé seulement de 15 ans.

 

Par cette union, qui donnera le jour à trois enfants dont le futur roi d’Angleterre et duc de Normandie, Henri II Plantagenêt, Mathilde met ainsi un terme aux conflits qui opposent de manière chronique Anjou et Normandie.


En décembre 1135, au lendemain de la mort du roi Henri 1er, Mathilde entre en conflit avec son cousin Etienne de Blois qui, profitant de son absence, s’est emparé du trésor royal et fait couronner roi d’Angleterre le 22 décembre 1135 à l’abbaye de Westminster, reniant ainsi le serment d’allégeance qu’il avait prêté quelques années plus tôt. Ainsi débute une guerre de succession opposant Mathilde et Etienne qui plongera le royaume dans l’anarchie ; une guerre qui verra aussi de nombreux renversements d’alliances et dont aucun des protagonistes ne sortira vainqueur.

 

Dans les premiers mois de 1148, au lendemain de la mort de son demi-frère Robert, comte de Gloucester, Mathilde quitte l’Angleterre pour la Normandie laissant à son fils Henri le soin d’achever ce qu’elle a commencé ; ce qu’il fera en accédant au trône d’Angleterre le 19 décembre 1154, après avoir ceint la couronne ducale de Normandie en 1150. Treize ans après la disparition d’Etienne de Blois, Mathilde l’Emperesse, dernière descendante du Conquérant, meurt à Rouen, le 10 septembre 1167. Bien que n’ayant jamais été couronnée reine d’Angleterre, elle aura été, néanmoins, la première femme à diriger, de manière souveraine, entre février et novembre 1141, l’un des plus puissants états d’Europe de l’époque.

 
     
 

Les noces de Mathilde, fille d’Henri Ier, avec l’empereur germanique

 
     
   

Normandie ducale