Faut que j’tabate !
 

CONTES NORMANDS

  LES JOYEUX BOCAINS
  FAUT QUE J'TABATE !
         
 

Les Joyeux Bocains

Contes drolatiques

en patois bas-normand

Faut que j’tabate !


Par

Charles Lemaître,

Le Chansonnier du Bocage

 

A Monsieur Edgard Piquet.


Vo n’avé pas connu l’ bouen abbé Dalibert,
    Qu’était t’churé amont l’ Bocage ;
    Il avait p’t’êtr’ chinquante ans d’âge,
Mais comm’ no dit quiqu’fais, il était co bi vert.
    Sûr’ment qu’ c’était la crèm’ des hommes,
Je l’ vais co là d’vant mé, çu paur’ bon vieux t’churé,
D’avec san teint bi frais, un p’tit brin couleuré,
    Surtout l’s’ années qu’y’avait dé pommes.

    J’ cré bi que l’ bon Dieu l’ protégeait,
    Tell’ment qu’ tout l’i réussissait ;
    Il avait terjous eu d’ la chance,
    Mais dam’ la plus grand’ qui l’i vint,
    Cha fut l’année où qu’ c’est qu’i print
    Comm’ chambérièr’ la gross’ Constance.

 
 
         
 

Ah ! dam’, no n’en fait plus, dé bouenn’s servant’s comm’ cha ;
L’ moule en est bi perdu, jamais no n’ le r’trouv’ra.

N’import’ qui qu’ no voulût, oll’ tait propre à tout faire ;
O vo dressait un lit dans tout’ la perfection,
Et brin faignant’ du tout, l’ cassait à l’occasion ;
Y’en a qui critiqu’nt cha, qui f’raient bi mue de s’ taire,
Et pus, au surplus d’ tout, Constance et san t’churé
Faisaient de c’ qu’i voulaient, cha n’ dait pas vo r’garder.

Là d’ssus, o n’était pas comme eune vieulle effrontée.
    J’ vo dirais bi’n éiou ;
Qu’i faut qu’ san paur’ bouenhomm’ l’y’en baill’ core eun’ touernée,
    Quand c’est qu’i n’ plus l’ sou.

Agissant prudemment, Constanc’, bi’n au contraire,
    Quand s n maîtr’ voulait jastouaiser,
    Avait bi soin de l’ modérer ;
Quand c’est qu’ nos ainm’ lé gens, c’est comm’ cha qu’i faut faire.

    No sait bi qu’ l’homm’ n’est pas parfait ;
    L’ bon t’churé Dalibert prisait,
Au point qu’il eût plutôt ombélié sa périère
Que d’ prendr’ du bon taba dans sa gross’ tabatière ;
    N’importe à quel temps qu’ no l’ véyait,
    Y n’n’avait l’ nez tout talboté,
    Et il airait vendu sa c’minse
    Plutôt que de s’ passer d’eun’ prinse.

Or, v’là t’i pas qu’un coup, au biau mitan d’ la nieut,
    Y vint quiqu’un au presbytère,
    D’mander lé soins d’ san ministère,
Por un malad’ tout preux d’ s’en aller t’chu l’ bon Dieu.

L’agonisant d’meurait à l’autr’ bout d’ la commeune,
    Et comme y n’était pas hardi,
    Il emm’nit Constanc’ d’avec li ;
C’était dans l’ mouais d’ juillet, par un biau clair de leune,
    Y s’en fur’nt tous lé deux d’visant,
    Sû l’ malheureux qu’était mouérant ;
    Mais v’là t’y pas qu’ su la bér’yère,
    L’ t’churé trachit sa tabatière
    Por prendre eun’ bouenn’ prins’ de taba ;
    Y trachait dont, par ci, par là,
    D’vant sa servant’, tout’ ébaubie,
    Qui le r’gardait, la goul’ baîllie.
    « - Ah ! mais qu’ dit, n’y’a pas moyen,
    Ma pauvr’ fill’, j’en ai trop besoin,
    Faut que j’ la trouv’ ; tiens-moi ma canne,
    Que je déboutonn’ ma soutane. »
    Et apreux cha, comm’ de raison,
    Y fouillit dans san pantalon.

Oui mais, v’là qu’la bouenn’ gross’ Constance
    Véyant tout c’te manigance,
    L’i dit : « - Moussieu l’t’churé,
    Qui qu’c’est dont qu’vo traché ? »

« - Tu t’en dout’s peut’êtr’ bien, qu’i l’i dit, scélérate,
Hélas ! ma bonn’ Constanc’, n’y a pas, faut que j’ tabate. »

    Y voulait dir’, par là,
    Prendre eun’ prins’ de taba ;
Mais Constanc’, compernant c’ mot là d’eune autr’ manière,
L’y dit : « - Moussieu l’ t’churé, j’ devrais m’ mettre en colère,
    J’sai bi qu’d’avec un maîtr’ comm’ vous
    No n’y guett’ pas, mais enter nous,
    Por çu coup-là faut que j’ dispute.
        En vérité, j’cré bi
        Qu’ vo dev’né enragi

    Vo z’en parté, y’a chins minutes ! »

 
     
   

Contes Normands Charles Lemaître