Frétillon
  LES CHANSONS DE BERANGER
 

FRETILLON

   
         
 

Air : Ma commère, quand je danse

 

Francs amis des bonnes filles,

Vous connaissez Frétillon :

Ses charmes aux plus gentilles

Ont fait baisser pavillon.

Ma Frétillon, (bis.)

Cette fille

Qui frétille,

N’a pourtant qu’un cotillon.

 

Deux fois elle eut équipage,

Dentelles et diamants,

Et deux fois mit tout en gage

Pour quelques fripons d’amants.

Ma Frétillon,

Cette fille

Qui frétille,

Reste avec un cotillon.

 

Point de dame qui la vaille :

Cet hiver, dans son taudis,

Couché presque sur la paille,

Mes sens étaient engourdis ;

Ma Frétillon,

Cette fille

Qui frétille,

Mit sur moi son cotillon.

 

Mais que vient-on de m’apprendre ?

Quoi ! le peu qui lui restait,

Frétillon a pu le vendre

Pour un fat qui la battait !

Ma Frétillon,

Cette fille

Qui frétille,

A vendu son cotillon.

 

En chemise, à la croisée,

Il lui faut tendre ses lacs.

À travers la toile usée,

Amour lorgne ses appas.

 Ma Frétillon,

 

 

Illustration de Marcel Bloch,

collection CPA LPM 1900

 

Cette fille

Qui frétille,

Est si bien sans cotillon !

 

Seigneurs, banquiers et notaires

La feront encor briller ;

Puis encor des mousquetaires

Viendront la déshabiller.

Ma Frétillon,

Cette fille

Qui frétille,

Mourra sans un cotillon.

 
         
   

Les chansons de Beranger