Histoire des zouaves français
  ET SI ON EN PARLAIT...
   
  HISTOIRE DES ZOUAVES FRANCAIS
         
 

Le terme zouave vient du berbère zwava, ou zouaoua (zouaoui au singulier), qui est le nom d'une tribu kabyle. Ceux-ci fournissaient des soldats aux Turcs sous la régence d'Alger et, après la prise d'Alger (1830), ils entrent au service de la France.

 

Texte Wikipedia

Conquête de l'Algérie

 

Le 15 août 1830, le recrutement des 500 premiers zouaves est fait par le général en chef de l'expédition d'Alger, le comte de Bourmont, sur les conseils et un Mémoire du colonel Alfred d'Aubignosc.

 

Le 1er octobre 1830, le général Clauzel crée le corps des zouaves, formé de deux bataillons. Deux escadrons de zouaves à cheval sont également formés, mais intégrés dès 1831 aux chasseurs d'Afrique. Il y eut une tentative de leur incorporer les « Volontaires parisiens », ce fut un échec et ces volontaires formèrent le 67e régiment d'infanterie.

 

D’octobre 1830 à janvier 1831, ils combattent le bey de Tittery et occupent Blida et Médéa. Leur premier succès remarqué a lieu le 3 juillet 1831 au col de Mouzaïa, lorsqu'ils couvrent la retraite de la garnison de Médéa.

 
CPA Collection : "Les costumes militaire du petit manchot"
 
         
 

Après l’euphorie des débuts, deux erreurs majeures empêchent le développement normal du corps des zouaves.

 
         
 

En effet, les capacités de recrutement en indigènes de la région d’Alger ont été largement surestimées, et plus grave encore, aucun des cadres français n’a pensé à l’adaptation à l’activité militaire d'indigènes ayant d’autres habitudes de vie et une autre religion. Ceci provoque l’ordonnance du 7 mars 1833 qui dissout les deux bataillons pour en créer un seul, mais mixte. Ainsi on peut recruter aussi parmi les Français qui vivent à Alger. Les résultats ne se font pas attendre et, dès 1835, un deuxième bataillon mixte est levé, puis un troisième en 1837.

 

Le premier régiment est placé sous le commandement de Lamoricière. Ils s’illustrent encore à la bataille de l'Ouarensis (1842), à l’Isly (1844), et prennent Zaatcha en 1849.

 

L’ordonnance du 8 septembre 1841, qui réorganise la composition de l’Armée française, indique la formation d’un régiment de zouaves formé de trois bataillons constitués dorénavant presque exclusivement de Métropolitains et de Français d'Afrique du Nord avec une forte minorité de Juifs algériens (souvent près d'un quart) Les autochtones forment alors les tirailleurs algériens, les Turcos (7 décembre 1841).


 
         
 

Le 13 février 1852, Louis-Napoléon signe un décret portant à trois le nombre de régiments de zouaves, chacun des trois bataillons existants formant le noyau des nouveaux régiments ainsi créés.

 

Et pour les distinguer entre eux, une couleur est appliquée au tombeau de la veste :

 

     -Le 1er cantonne à Blidah, en Algérois, tombeau garance ;

     -Le 2e à Oran (caserne du Château Neuf) en Oranais, tombeau blanc ;

     -Le 3e à Philippeville (caserne de France) en Constantinois, tombeau jaune.

 
         
 
 
 
         
   

Et si on en parlait...