Histouère de cats
  CINQ CONTES EN PATOIS NORMAND
   
  HISTOUÈRE DE CATS
         
 

Cinq contes en patois normand

 par

François Enault

HISTOUÈRE DE CATS

 

 Eun sé, que l'baron des Hauts-Vents et san garçon étaient à la cache illo le long, le temps qui n'était pé gentil dedpis eune pose, se gâtit tout à tra !... Nos deux cachous s'encourûtent bi vite t'chu les Loustalot, qui sont yeux fermiis. En arrivaint, il s'taient déjà trempés coutume des soupes !

 

 Justinément, Catheraine était en train de faire la sienne !...

 

— Seigneur, dans qui z'état que vous êtes, mes pouorres messieurs, qu'o yeux dit, Assizous !... j'vas vite faire eune belle fiaimbée pour vos séqui !...

 

— C'est cela, Catherine, que dit le baron !... Et pendant ce temps-là, Pierre pourrait atteler pour venir nous reporter à la gare !...

 
 
       
 

— Quaint à cha, moussieu l'baron, ch'est bi n'impossible !... Pierre est parti d'aveu l'cheva et la carriole à la saint Denis et j'crais bi que je m'y en serais allée itou si le temps n'avait pé ménéchi !... Ch'est dû pour eune ferre de m'n'âge de passer eune gnit de vaôcre dans l't'chu d'eune carriole sus l'chaimp d'faire!...

— Ah ! que dit le baron, nous voilà bien !... Avoir couru toute, la journée après un lièvre pour le manquer ! Etre éreintés, trempés et gelés, et nous reconduire à la gare en cet équipage. !... Voilà une partie dont je me, souviendrai !...

— Vère, que fit Catheraine, et pis Moussieu l'baron n'est pas seûr, à l'heure qu'il est, d'pouver happer san train !...

— Eh bien, nous coucherons près de la gare !...

— Hélos, dites, Moussieu l'baron, cha n'vaudrait-y pé mûs d'mouégi la soupe d'aveuc mé et d'couchi ichin que d'vos en r'tourner courri sous l'ieau jusqu'au quemin de fé !... Y pieut à paîlées que no n'mettrait pé eun t'chi dehors et il n'y a pé si longtemps que moussieu l'baron était pinchi d' sa sciatique à c'que Pierre m'a dit. Pis que j'avons eun lit en haôt qui n'fait ri, profitez-en c'te gnit si le coeu vos en dit !...

— Vous avez raison, Catherine, que li répounit l'baron et nous acceptons !... Mais, ma bonne Catherine, vous pourriez peut-être nous prêter quelques effets de Pierre ; nos vêtements sécheraient mieux et nous serions plus à notre aise pour souper !...

— Catheraine s'en fut don dans la chaimbre en haôt trachi des hardes. O sortit pour moussieu Anatole qu'ol aimait bi, l'habit d'neuches de s'n'homme qui n'pouvait pus entrer dedans !... Pis, o mint d'côté pour l'baron un gros caneçon de laine, eun gilet de droguet d'avec eune quéminze de taile. O posit tout chenna sus eune t'chulotte, enco bouonne, ma fé, qu'était abaindounnée sus le haôt d'eun vûs bingot !... Mais la pouorre Catheraine ne s'avisit pé qu' sa catte avait catouné dedpis quéques jours déjà dans l'fond de c'te t'chulotte !...

 

 O descendit les hardes pour moussieu Anatole et l'poussit à se chaingi dans le cabinet. Pis o fit monter l'baron dans la chaimbre sains li bailli d'chaindelle, car y avait enco eun rai d'jou à entrer par la fenêtre !...

 

 Ch'est eun bouon homme que l'baron des Hauts-Vents, pas fiyr pour eun sou, et qui serait bi préchaint si y n'entendait eun miot du !... Y print la queminze et s'coulit dans le caneçon de laine qu'y trouviu eun miot rude ! Pis, il emmainchit la t'chulotte !... Les petits cats miaôlaient bi n'eun miot, mais l'baron ne l''s'entendit pé !... Ces petites bêtes là, cha s'accroche de naisseté, vous savez bi !... Ceuses chin s'accrochîtent si bi n'â leu fond qu'y n'en tumbit pé ieun !...

 

 Bi mûs que chenna !... quand y fûtent entre yeux niche et l'caneçon, y s'trouvîtent assez gentiment majaine, pour se taire !

 

 Le baron descendit dans la t'chusaine d'aveuc toute sa cargaison !...

 

 Ys'en fut coumme eun bouon homme qu'il tait tendre le dos au feu pour se caoffer, car il' tait eun miot frayou !

 

 Anatole était assis sous l'coin du mainté ; il annonchait, ma fé, raide bi dans l's'habits de neuche à Loustalot et Catheraine li faisait des compliyments !...

 

 Vère, mais, à forche de moustrer l'fond d'la t'chulotte au feu, cha rémoustillit les petits cats qui s'mmenchitent à miaôler d'aise tout douchement !

 

— Tiens, que fit Moussieu Anatole à Catheraine en l's'entendaint, vous avez des petits chats dans un coin de la cheminée !...

— Lo, que fit Catheraine, je n' m'en étais pé enco avisée !... Mais cha n'm'étounnerait pé car not' catte trache tréujous les foûnettes pour catounner !

 

 Seulement, la chaleur v'nait probable, à inc'mmoder les p'tites bêtes car o commenchîtent à hermounner dans yeux niche. Cha catouillait l'baron mais pé d'trop enco. Et y creut que ch'était l'étoffe qui s'tendait, et qu'erprenait ses plus !... Y voulut, coumme de juste l'aingui pour se mettre à s'n'aise !... Mais dème, y n'avait pas plutôt porté la main du côté qu'fut grimé juste à c' tendrait-là par ieun d'ses locataires !...

 

 Y fit un haôt le corps assez violent mais n'dit ri, car y creyait aver affaire à eune pus petite bête !...

 

 Catheraine qui le guettait li dit : « Vot' figure viit de chaingi, Moussieu l'baron. Chest-y vot' sciatique qui vos recatouillerait après aver été trempé coumme vous l'étiez ! Gensous eun miot de côté, si vous piaît, que j'dépense la marmite ! La soupe vos ermettra tout à fait.

 

 L'baron des Hauts-Vents obéit, mais cha fit probablement grilli dans sa niche ieun de ses petits avers !... L'petit cat s'rattrappit coumme y peut le long d'la pieau du baron !...

 

« Ho !... Bigre de nom de nom, que s'écryit l'baron, qu'est-ce que cela ?

 

— Ch'est vot' sciatique, Moussieu l'baron, que li répounit Catheraine !...

— Oooh ! oh    ! oh !... qu'faisait le baron en s'tenaint la position !...

— Ch'est pour seûr vot' sciatique qui vos rehappe.

— Mais ce n'est pas de la sciatique ça ?

— Eh bi, mé, j'sis seûre que si, que dit Catheraine !... Qui que cha peut être aôt'sé ?

— Oh ! Hu !... Mais c'est dans ma culotte !

— Pour seûr, Moussieu l'baron, je l'viyons bi !

— C'est des épingles qui s'enfonçent dans mes chairs ! Oh...

— Ch'est bi cha, que fit Catheraine, cha vos élaince !...

— Oh !...

— Cha vos grappinne !...

— Oh !... là, là !...

— Cha vos dévore !.. Ch'est bi la sciatique, mais, qui que no z'y fait, Moussieu Anatole ?

— C'est drôle, que fit Anatole, les urs tout écarquillis, jamais je n'ai vu mon père pris comme cela !...

 

 L'baron n'bougeait pus et les petits cats n'tout. Cha fait que l'pouorre homme se sentit mûs ; mais il en suait à grosses gouttes !...

 

— Prenez eune quaire, Moussieu l'baron et reposous eun miot l'temps que j'vais drechi la soupe !... Cha va s'passer !...

 

 L'baron s'laissit, tumber sus le siège que Catheraine li appréchait. Ch'est à peine s'il y touquit, dème !... Les 24 pattes de six petits cats s'étaient enfoncées en pieine chai !...

 

 L'baron dainchait et jurait coumme eun posésdé à travers la maison.

 

— Mon doux Jésus, qu'fit Catheraine trainsie, de poux, Moussieu l'baron perd l'esprit !... Ah ! Moussieu Anatole, marchiz vite trachi le merchin !...

— Bon Dieu ! que fit l'baron en s'arrêtaint court, voilà que ça descend !... Oh ! là, là, oh ! la cuisse ! ...

— C'est bi cha, que dit Catheraine la sciatique se promène !

 

 Pour lors v'la l'baron qui coule sa main dans l'fond d'sa t'chulotte et dème qui la retire pus vivement qu'y ne l'y avait minse ! Ol' tait en saing !...

 

— Tonerre ! qu'est-ce, donc que j'ai dans cette culotte ?... Et v'là qui commenche à lâqui ses boutons dans l'mitan d'l'aire !...

— Oh ! Moussieu l'baron ! Oh ! Moussieu l'baron, qui que vous faîtes, que faisait Catherine !... Ah Moussieu Anatole, vot, pourre père est fo !...

 

 Et o se signit d'appréhension !...

 

 Vère, mais v'là qu'y tumbe des braies du pouorre homme eun p'tit cat, pis deux, pis trais !... L'quatrième devalit dans la marmite, !...

 

— Seigneur !... que dit Catheraine ! no dirait des p'tits cats !... Et ch'en est itou !... V'la c'que janmais j' n'érais creu !.. Et pourtaint no m'avait bi dit que les nobles n'étaient pé des gens coumme d'aôtres !... Ah ! benèdicite, Moussieu l'baron, janmais j'n'avais  veu cha !...

— Ah ! ma pauvre Catherine, fit le baron impatienté, que vous êtes stupide !... Voilà au moins huit jours que ces petits chats étaient dans ce pantalon !...

— En êtes-vous seûr, Moussieu l'baron !... que li répounnit Catheraine en pieuraint coumme eune Madeleine !... Hélos que j'vos en demainde bi pardon !... Cha n'est pé mé qui les y avais mins, bi seûr !... Mais j'vas vos soingni cha !...

— Merci, fit sèquement l'baron, servez-nous plutôt la soupe que j'aille me reposer !...

 

 A la premire cuillir-à-potée, v'là l'petit cat tumbé dans la marmite qui s'ertrouve sus le piat. Cha soupit du coup ces Messieurs des Hauts Vents qui demainditent yeux chaindelles pour aller s'couchi !... Catheraine proposit de yeux r'faire de la soupe !... Mais ouah !... y n'avaient pus faim !... Et Catheraîne les urs tout rougis et toute confusionnée, de honte les laissait aller en répétaint :

 

« Hélos, mon Dieu, que j'sis débaôchie. d'tout chenna !... Vous allez vos couchi à jeun et j'sis seûre que les pouorres fesses de Moussieu l'baron n'ont seulement figure humaine !..

 
         
   

contes en patois normand Francois Esnaut