Infanterie de ligne
 LA GRANDE ARMEE

 

Infanterie

 

L'infanterie constitue le gros des troupes de la Grande Armée. On en distingue trois types : l'infanterie de ligne, l'infanterie légère et l'infanterie de la Garde impériale.

 

 Infanterie de Ligne

 

L'infanterie de ligne est l'infanterie de base qui constitue le gros des troupes. Les régiments d'infanterie de ligne étaient numérotés de 1 à 156 mais il y avait une vingtaine de numéros qui n'étaient pas attribués. La composition des régiments était variable. Elle était généralement de 2 à 3 bataillons mais parfois de 4 voire de 5 mais ce cinquième bataillon était alors un bataillon de dépôt. Les bataillons de ligne comprenaient six compagnies dont deux compagnies d'élite, une de grenadiers, une de voltigeurs et quatre compagnies de fusiliers. Ces dernières étaient appelées compagnie du centre car, en bataille, les compagnies d'élite étaient placées sur les flancs, les grenadiers à droite, les voltigeurs à gauche.

 
Une compagnie de fusiliers comprenait :

   
 

-Trois officiers : un capitaine, un lieutenant et un sous-lieutenant

-Cinq sous-officiers : un sergent-major et quatre sergents

-Quatre-vingt onze hommes de troupes : un caporal-fourrier, huit caporaux, quatre-vingts soldats , deux tambours

 

Les compagnies d'élite avaient un effectif moindre. Les voltigeurs avaient des cornets (petits cors de chasse) au lieu de tambours.

 

Les compagnies de grenadiers de l'infanterie de ligne étaient différentes des grenadiers de la garde impériale. Si les premières sont l'élite de leur régiment, les secondes sont l'élite de l'armée. Malgré son appellation, le grenadier n'est plus, comme à son origine, un lanceur de grenades. Il est sélectionné parmi les soldats des compagnies du centre sur base de sa bravoure, de son ancienneté (minimum quatre ans de service) et de sa grande taille. Les grenadiers de l'infanterie de ligne ne portaient pas le bonnet à poil mais un shako plus haut et plus décoré que celui des autres compagnies. Ils portaient également des épaulettes à franges de couleur rouge.

 

 

   

Les compagnies de voltigeurs de l'infanterie de ligne ont été crées en 1805. En théorie, le voltigeur est un soldat capable de sauter en croupe d'un cavalier afin d'augmenter sa mobilité. Napoléon s'est toutefois opposé à cette pratique car il estimait qu'elle était incompatible avec l'exécution des missions de la cavalerie. Il souhaitait quand même que les voltigeurs soient plus mobiles que les autres fantassins. Pour cela, ils étaient être équipés d'un fusil plus léger.

 

Tout comme la compagnie des grenadiers, celle des voltigeurs était d'élite et la solde était plus élevée. Les voltigeurs étaient généralement de petite taille. Ils portaient des cols de couleur jaune (chamois) et des épaulettes à franges vertes. Les voltigeurs pouvaient selon les circonstances agir comme éclaireurs ou protéger le flanc gauche du bataillon, le flanc droit étant défendu par les grenadiers.

 
     

La Grande Armée