Jeannette
  LES CHANSONS DE BERANGER
  JEANNETTE
 
         
 

 Fi des coquettes maniérées !

Fi des bégueules du grand ton !

Je préfère à ces mijaurées

Ma Jeannette, ma Jeanneton.

 

Jeune, gentille, et bien faite,

Elle est fraîche et rondelette ;

Son œil noir est pétillant.

Prudes, vous dites sans cesse

Qu’elle a le sein trop saillant :

C’est pour ma main qui le presse

Un défaut bien attrayant.

 

Fi des coquettes maniérées !

Fi des bégueules du grand ton !

Je préfère à ces mijaurées

Ma Jeannette, ma Jeanneton.

 

Tout son charme est dans la grâce ;

Jamais rien ne l’embarrasse :

Elle est bonne, et toujours rit.

Elle dit mainte sottise,

À parler jamais n’apprit ;

Et cependant, quoi qu’on dise,

Ma Jeannette a de l’esprit.

 

Fi des coquettes maniérées !

Fi des bégueules du grand ton !

Je préfère à ces mijaurées

Ma Jeannette, ma Jeanneton.

 

À table dans une fête,

Cette espiègle me tient tête

Pour les propos libertins.

Elle a la voix juste et pure,

Sait les plus joyeux refrains.

Quand je l’en prie, elle jure ;

Elle boit de tous les vins.

 

Fi des coquettes maniérées !

Fi des bégueules du grand ton !

Je préfère à ces mijaurées

Ma Jeannette, ma Jeanneton.

 

Belle d’amour et de joie,

Jamais d’une riche soie

Son corsage n’est paré.

Sous une toile proprette

Son triomphe est assuré ;

Et, sans nuire à sa toilette,

 


Illustration de Marcel Bloch,

collection CPA LPM 1900

 

Je la chiffonne à mon gré.


Fi des coquettes maniérées !

Fi des bégueules du grand ton !

Je préfère à ces mijaurées

Ma Jeannette, ma Jeanneton.

 

La nuit tout me favorise ;

Point de voile qui me nuise,

Point d’inutiles soupirs.

Des deux mains et de la bouche

Elle attise les désirs,

Et rompit vingt fois sa couche

Dans l’ardeur de nos plaisirs.

 

Fi des coquettes maniérées !

Fi des bégueules du grand ton !

Je préfère à ces mijaurées

Ma Jeannette, ma Jeanneton.

 
             
   

Les chansons de Beranger