Jeu de l'oie
  JEUX DE SOCIETES
   
  LE JEU DE L'OIE
         
 

Jeu d’oie (Le)

D’après un article paru au XIXe siècle

 

Le jeu d’oie qui occupe les personnages représentés sur la gravure ci-contre est, comme on le sait, un des plus anciens jeux connus ; on le fait remonter aux Grecs. Médiocrement en faveur aujourd’hui, il était en usage au dernier siècle.

 

Ce n’était point seulement le jeu des enfants, mais celui des jeunes filles, des grands parents : c’était surtout le jeu du foyer. En attendant le souper, les familles le jouaient près du feu, et il éveillait un intérêt toujours renouvelé.

 
 
         
 

Malgré la simplicité de ses combinaisons, le jeu d’oie offre, en effet, plus de distraction et de retours que beaucoup d’autres. Il est égayé par les images grossières, mais reconnaissables, qui le composent ; il prête à une série continuelle de jeux de mots, de surprises, d’espérances remplies ou trompées ; il a enfin l’avantage de procéder du hasard et d’égaliser, par conséquent, les forces des joueurs. Il donne une leçon aux ambitieux en leur montrant que celui qui va trop loin peut se trouver forcé de revenir sur ses pas ; il devient enfin l’occasion de mille enseignements familiers

 
         
 

Le plateau

 

Son tracé en forme de spirale rappelle le labyrinthe à parcourir pour arriver à cette connaissance.

 

Pont, puits, prison, mort sont autant de figures du parcours qui font référence à la mythologie et qui ont leur correspondance ésotérique dans les images du tarot.

 

Le tracé du jeu, imprimé sur une feuille de papier ou de carton, a donné lieu à de multiples variantes qui en font un des archétypes de l'imagerie populaire de tous les pays. Il est à l'origine d'un genre graphique et littéraire très répandu en Espagne et surtout en Catalogne, l'auca (« oie »), feuille imprimée avec une succession d'images accompagnées de textes rimés.

 

Les collectionneurs de jeux de l'oie sont appelés ocaludophiles.

 
 
 

Les différentes cases


La règle de base est intangible.

Le jeu se joue avec 2 dés.

Un premier coup décide de celui qui va commencer.

 

 

L'oie signale les cases fastes disposées de 9 en 9. Nul ne peut s'arrêter sur ces cases bénéfiques et on double alors le jet.

 

Qui fait 9 au premier jet, ira au 26 s'il l'a fait par 6 et 3 ou au 53 s'il l'a fait par 4 et 5.

Qui tombe à 6, où il y a un pont, ira à 12.

Qui tombe à 19, où il y a un hôtel, se repose quand chacun joue 2 fois.

Qui tombe à 31, où il y a un puits attend qu'on le relève.

Qui tombe à 42, où il y a un labyrinthe retourne à 30.

Qui tombe à 52, où il y a une prison attend qu'on le relève.

Qui tombe à 58, où il y a la mort, recommence.

 

Le premier arrivé à 63, dans le jardin de l'oie, gagne la partie. A condition de tomber juste, sinon il retourne en arrière, sur autant de cases qu'il lui reste à parcourir.

 
         
 
 
         
   

Jeux de sociétes