L' Airou
  COUR D' EAU DE LA MANCHE
   
  L'AIROU
         
 

Xfigpower 2014 Pont du Guibel

 
     
 

Rivière du socle armoricain, l’Airou se jette dans le petit fleuve de la Sienne, en amont de Cérences. Il se situe dans un bassin versant d’une superficie de 114km2 pour une longueur d’environ 25 km.

 

La tête de bassin s’inscrit dans le massif granitique de Carolles-Vire riche en aquifères qui permettent ainsi un bon soutien d’étiage. Le reste du bassin versant est composé de formations cambriennes du synclinal de la zone bocaine qui se caractérisent par des aquifères locaux de moindre capacité.

 
     
 

Communes traversées

Beauchamps

Bourguenolles,

Champrepus,

La Haye-Pesnel,

La Meudraquière,

La Lande-d'Airou,

La Trinité,

Le Mesnil-Amand,

Le Mesnil-Rogues,

Le Mesnil-Villeman,

Le Tanu,

Rouffigny,

Ver

 

Caractéristiques

Longueur

25 km

Bassin

Bassin de l'Airou

Bassin collecteur

Bassin de l'Airou

Débit moyen

 

Régime

Pluvial océanique

Cours

Source

Le Tanu

Altitude

 

Se jette dans

la Sienne a Ver

 
 

Bassin de l'Airou

 

Le paysage, au relief accentué, est dominé par le bocage et les herbaes. La nature géologique du substrat, combinée à la pluviosité forte à très forte (1000 à 1200 mm de pluie par an) est parfois à l’origine de crues relativement importantes, notamment pendant les saisons automnale et hivernale.

 
     
 

Avec une proportion importante d’habitats très favorables, l’Airou, aux eaux globalement de bonne qualité, exprime de façon remar-quable son potentiel naturel vis à vis de la reproduction des almoni-dés migrateurs (le tiers de la capacité de production de saumon de tout le bassin de la Sienne).

 

 

On y relève une densité exceptionnelle de jeunes saumons : deux juvéniles au mètre linéaire.

 

Lamproie de planer

 
         
 

A ce jour, la réalisation d’aménagements pour la libre circulation des poissons migrateurs et le nettoyage du cours aval a permis de développer très largement ce potentiel

 

Intérêt européen

 

La présence de trois espèces animales reconnues d’importance communautaire, liées aux habitats naturels aquatiques et présentant pour deux d’entre elles des populations remarquables, ont permis de retenir le bassin de l’Airou au titre des habitats d’espèces au sens de la directive

 

Le site associe au cours d’eau proprement dit (milieu de vie) le lit majeur, correspondant aux prairies inondables de fond de vallée, et les coteaux adjacents pentus qui constituent des espaces de protection rapprochée des milieux naturels aquatiques.

 

L’importance quantitative et la diversité des milieux aquatiques bien éclairés à fonds caillouteux et pierreux, le courant rapide et la bonne qualité des eaux sont très propices à la reproduction du saumon atlantique, poisson migrateur qui remonte les rivières de la Sienne puis de l’Airou pour se reproduire au niveau de frayères. Ils apparaissent également très favorables au chabot, comme le révèlent les densités importantes de cette espèce. Enfin, la lamproie de Planer, poisson d’eau douce, présente un effectif moyen du fait de la plus faible proportion d’habitats qui lui sont favorables.

 
     
 

L’Airou au Tanu

 
         
 

Agir pour une conservation durable

 

De façon à s’assurer de pouvoir maintenir les habitats dans un état de conservation favorable, il a été décidé de définir des modalités d’actions pour une gestion appropriée. Elles ont été consignées dans un document d’objectifs.

 

Ce document, élaboré par Manche Développement, est le fruit d’une concertation menée avec tous les acteurs locaux réunis à plusieurs reprises lors des comités de pilotagelocaux ou dans le cadre de groupes de travail. Ce document d’objectifs a été validé par le comité de pilotage le 28 janvier 2002.

 

 

Saumon juvénile

 

Chabot

 
         
 

Sa mise en oeuvre, étalée sur 6 années, se fera avec le concours de l’ensemble des acteurs locaux.  

 

L'état des lieux

 

Les inventaires écologiques réalisés sur ce site attestent d’un bon état général de conservation. Les dégradations sont localisées, liées aux pollutions diffuses ou accidentelles, à la modification des habitats des trois espèces mais aussi au blocage migratoire et au braconnage en ce qui concerne le saumon atlantique.

 

Préconisations de gestion

 

Elles ont été définies en fonction des caractéristiques propres de chaque type d’habitat concerné et des exigences écologiques des espèces présentes.

 

Restaurer et entretenir les fonctionnalités du cours d’eau Le colmatage résultant de points d’érosion et du piétinement des animaux dans le cours d’eau ainsi que les embâcles et l’éclairement inadapté du cours d’eau affectent les habitats d’espèces. Il faut y remédier par la gestion de la végétation de la berge, en assurant l’intégrité physique de la rivière et en limitant le ruissellement.

 

Assurer la libre circulation des poissons

 

Les ouvrages hydrauliques sur le Bassin de l’Airou ont un impact limité sur la diversité physique de cette rivière. Cependant, ils rendent difficile la montaison et la dévalaison des poissons le long du cours d’eau. Ainsi les mesures proposées concernent l’aménagement des ouvrages hydrauliques pour la libre circulation du saumon atlantique et l’aménagement des ouvrages hydrauliques en aval du site.

 

Gérer les espèces

 

Même si les espèces aquatiques, visées par la directive «Habitats», ne sont pas affectées par des pathologies et des parasites, ni concernées par des croisements génétiques avec des sujets déversés; il faut y prendre garde.

 
         
   

Cour d'eau de la Manche