L' clou à Locadie
 

CONTES NORMANDS

  LES JOYEUX BOCAINS
  L'CLOU A LOCADIE
         
 

Les Joyeux Bocains

Contes drolatiques

en patois bas-normand

L' clou à Locadie


Par

Charles Lemaître,

Le Chansonnier du Bocage

 

A Mademoiselle E. Lecointe.


Amen, amen, dico vobis,
Clouso, fessiès, for doloris.

A c’t’ heu, quand j’ vo cont’rai d’s histouères,
J’ lé commench’rai tout’s en latin,
J’ lé finirai d’ la mêm’ manière,
Mais l’ mitant s’ra du pur Bocain.

Y’avait jadis, à Ond’fontaine,
Un t’churé qu’était raid’ savant,
Et qui connaissait la méd’ceine
Bi mue qu’ tous lé méd’cins d’ san temps ;
C’était surtout lé forbétures,
Lé panaris ou lé touerniants,
Qu’y guérissait s’lon leux nature.
Avec plusieurs espèc’s d’onguents
Faut dir’ que çu bouen homm’ de science,
Allait souégni lé gens partout,
Simp’elment par acquit d’ conscience
Et sans qu’ cha l’y rapporte un sou.

 
 
 

 

 
 

Y’avait dans un village, en d’valant su la Beigne,
Eun’ femm’ que nos app’lait, d’ san nom, Fanchon Pitrou,
Qu’était bi sottisièr’, comme c’est qu’ no dit t’chu nous.
Et tout l’ monde avait poue d’ sa mauvais’ goul’ d’empeigne.
    Ollé avait, por sa punition,
    Récolté par procuration,
    Y’avait d’ cha eun’ quinzain’ d’années,
    Eun’ fill’ ma fé raid’ bi touernée ;
No l’app’lait, dans l’ pays, Locadie à Fanchon,
Por n’ pas qu’ no s’trompît avec d’autr’s du mêm’ nom ;
    Or, v’là qu’ not’ Locadie
    S’ trouvit bi’n affligie,
Y l’y’était v’nu un clou qu’était si mal plachi,
Qu’la malheureuse éfant n’ pouvait pas s’assiessi ;
Véyant cha, la Fanchon s’en fut au presbytère,
    Por que l’ t’churé savant
    L’i guérisse s’n éfant.
Et dès en arrivant, o l’i contit l’affaire,
Comment qu’cha l’avait prinse et où qu’ c’est qu’était l’clou,
D’qui qu’ sa fill’ souffrait tant, bref, o l’l contit tout ;


Quand y l’eut entendue, l’ t’churé dit : « - Ma bonn’ mère,
D’ordinair’ ces clous-là, ça fait beaucoup souffrir,
Mais, avec un p’tit peu de mon onguent, j’espère
Qu’avant quarant’ huit heur’s, nous le f’rons aboutir. »    

 

La bouenn’ femm’ partit rassurée,
    En emportant l’ précieux onguent.
    Et dame, aussitôt rarrivée,
    Olle en beurrit l’ clou copieusement.

Paraît qu’ dans c’t’ onguent-là, y’avait dé drogu’s maleignes,
    Car, quand la p’tiot’, por san malheur,
    Fut dans san lit à la chaleur,
Cha c’mmenchit, comm’ no dit, à l’y haler la couenne,
    Et tout pendant la nut
    O n’ put pas fermer l’u.

 

El’ lend’main au matin, quand sa mèr’ fut la vaie,
    O l’i dit en pleurant,
    Tout comme un p’tit éfant :
« - Hélas ! ma paur’ maman, j’ souffre comme eun’ damnée,
    Moussieu l’ t’churé s’est p’têt’ trompé
    Sû l’onguent qu’ tu m’as rapporté,
Cha dait rêt’ por un ch’val, l’ sien qu’ t’as mins su ma fesse ;
Plus qu’ c’est agneu dinmanch’, va l’ va e apreux la messe,
    Qu’il arrive à t’ bailli
    D’qué por em’ soulagi. »

Quand Fanchon arrivit, l’église était tout’ pleine,
Et, monté dans la chair’, l’ bon t’churé d’Ond’fontaine,
    Por fair’ poue à sé parouaissiens,
    Disait comm’ cha d’un ton funèbre :
    « Vous irez tous, mauvais chrétiens,
    Chez Belzébuth, princ’ des ténèbres ! »

    Il allait continuer l’ sermon,
    Oui mais, quiqu’un troublit la fête,
    C’était la sottisièr’ Fanchon,
    Qu’i l’i criait tout l’hât d’ la tête :
    « Eh ! qui qu’ je m’ fous d’ vot’ Belzébuth !
All’ous-en bi plutôt vaie ma paur’ Locadie,
D’avec vot’ gueux d’onguent, comme olle est arrangie,

    C’est eun’ pitié que d’ l’i vaie l’ t’chu ! »
    A c’t’heu, por teni ma promesse,
    Faut que j’ vo raconte, en latin,
    Comment qu’opérit su la fesse,
    L’onguent du bon t’churé méd’cin.

 

    Tantum ergo, clouaboutit,
    Soulagibi Locadii.      

 
     
   

Contes Normands Charles Lemaître