l' grand-valet
  BONNES GENS DE NORMANDIE
  LE GRAND VALET
     
  LEMAÎTRE, Charles Ernest (1910 ?)  
     
 

D'eun' ferme l' grand-valet, c'est la ch'ville ouvrière,
Et c'est d' li qu'en dépend la réussite entière ;
Dam' faut dans sés fonctions, qu'i s' donn' bi du tracas
Qu'i fach' tous les charrouais d' fourrag's ou d' tonniâx d' baire,
Por rentrer lés moissons, c'est core à li de l' faire,
Enfin, c'est li partout qui s'occup' de sés ch'vas.

Guettez mei dont c't'i là, qu'est sec comme un coup d' trique,
D'avec sa goul' tannée, quasi couleur de brique,
V'la bitôt quarante ans, là qu'il est grand-valet,
Et c'est un gas malin, question du labourage,
Apreux cha bi'n adrait por cond'ire un att'lage,
En faisant lés quatr' fouets d'avec san gros teurquet,

Il est fier de sés ch'vas, faudrait pas qu' no méprise
Sa j'ment d' limon Rosette ou san vieux ch'va Taupin,
I hauch'rait lés épaul's et rirait d' vot bêtise,
En disant carrément qu'vo n'y connaissez rin.

C'est pas un ambitieux, i n' se plaît qu' dans sa ferme,
Sés bieaux appartements c'est l'écurie que v'la,
Il y'a passé sa vie, c'est là qu'i la perdra,
L' jour que la destinée en aira marqui l' terme.

 
     
 
 
     
   

Bonnes gens de normandie