La feire es ougnon
  CHANSONS DU BESSIN  -19
 

LA FEIRE ES OUGNON

         
 

CPA collection LPM 1900

 
       
 

Ah’ oui, vous parlez d’la feire ès ougnons !
V’là s’ment vingt chinq ans,

ch’était eun’ bell’ feire.
En vous respectant, y avait dé cochons,
Dé vaqu’ et dé viax et dé gens biaufaire.

L’ougnon n’tait pas chi comme au jour d’agnieut.
D’abord lé marchands étaient pus d’chinquante,
Il en arrivait durant tout’ la nieut ;
Y en avait dé sâs d’ougnon et d’la piante !

A ch’t’hur’ qui qu’y a ?

Quinz’ vingt-z-amouillants,
Deus trouais bourricots

et eun’ vieull’ tchièv’ bianche
Et quant ès ougnons, sept, huit, dix marchands,
Dé vux habitués qui vienn’ de Créianches.

Cha qu’est dé bouonn’ gens,

mais qui sant filous !
Comptez ben lé bott’ en t’nant vot’ vigette :
Trent’chinq, quarant’six, chinquant’

sept… méfious !


Faut lé guetti d’preux quand nos leus achète.

 

Y en a des bailloux, qu’attend’ jusqu’au sei
Qu’l’ougnon diminue. Hé ben, ch’est d’la briche !
En attendis cha, nos est prins d’la sei,
En rentrant tcheu sei, nos est pas pus riche.

L’pus débaôchant d’tout ch’est

qu’presqu’tous l’s ans 
A c’te feire ileu, l’Bouon Guieu nos asperge,
Mais cha fait tout d’même un p’tit brin d’mouv’ment
Cha fait sorti l’monde et gangni l’s aôberges.

L’lend’main ou matin, tcheu pus d’un bistrot
Si les piâts sant nets, guettiz sous la tâble.
Y a dés os d’canard, y a dés os d’gigot,
D’la paill’ des papis, ch’est abominâble !

Dé taqu’sus la nappe en veux-tu n’en v’là,
Du cid, du café ; que geatil ménâge !
Ah’ oui no peut core en veyant ç’carnage
Dir’ que lé Normands sant pachis pa’ là.

 
         
   

Chansons du Bessin