La fête à Caumont
  CHANSONS DU BESSIN  -18
 

LA FÊTE  À  CAUMONT

         
 

CPA collection LPM 1900

 
       
 

No l’appell’ terjous Caumont l’Éventé
Mais j’crais qu’ ch’est itou Caumont la Coquette,
Quand ses habitants li font la toilette
Y en a pas biau fair’ pour les dégoter.

Eun’ fête à Caumont ! Véyons les affiches,
Y a Moussieu l’Préfet, y a Moussieu Chéron,
Grand feu d’artifice, illumination,
Faut qu’no aill’ vai cha, les pauv’ comm’ les riches.

L’dinmanche au matin v’là don arrivant
Tout’ les gens d’cheu nous dans leux grand’ quérettes,
Les femm’s o sont fièr’ do leux bell’ bounettes
Et leux caracos en viours par devant.

Nos est pas d’scendus qu’no ouver’ la goule,
Hélas ! Ch’est-y biau, guett’ don par ichin
Et pis par illeu, tcheu chose ? Tcheu machin !
Ch’est si tell’ment biau qu’nos en perd la boule.

D’aveuc des guirland’ et pis des drapiax.

 

Les arch’ ed trioph’ sont montés bi hâs,
No vait dans l’ feuillag’ des bell’ lettr’ dorées,
Y a pas eun’ maison qui n’sait décorée

 

En faut du travail, en faut d’la patience
Pour que des bonn’ gens fass’ ed quai comm’ cha,
T tout’ les lantern’, les lampions qu’ v’là,
No va l’z’ allumerà c’sei pour la danse.

No n’peut pas trouver d’quai d’mux équiairi
Comme en piein médi no vait dans la rue,
L’électricité cha vous ébélue
Faut avai vu d’vant qu’d’ mouori.

V’la l’feu d’artifice ! Hélas, les fizées !
Guett’ les biax soleis qui sant tout en feu
Et les biax jeux d’iau comm ed’l’or qui pieut.
Hélas ! qu’nout pétiot’ en est amusée.

Dans eun’ grand’ auberge iou qu’el bair’ est bouon
Faut bi qu’j’entrions pour fini la fête
Caumont l’ýventé, Caumont la Coquette,
Pus tôt tu r’s’ras bell’ pus tôt j’arviendrons.

 
         
   

Chansons du Bessin