La Highland
  LES VACHES ANGLAISES
  LA HIGHLAND
         
         
 
 
         
 

ORIGINE

 

Elle est originaire du nord de l'Écosse (région des Highlands que l'on peut traduire en "hautes terres"). Elle aurait une parenté avec les ancestrales races britanniques blanches, comme la chillingham ou la white park[1]. AU XVIIIe siècle, il existait des vaches blanches nommées highlander et du bétail noir peuplait l'écosse. À l'origine, il existait deux races distinctes, l'une plus petite, à la robe noire vivait dans les îles de la côte nord-ouest de l'Écosse, l'autre un peu plus grande, à la robe brun rouge vivant dans les Highlands, qui furent ensuite fusionnées. Son livre généalogique unique date de 1884.


La race a été exportée dès la fin du XIXe siècle aux États-Unis et au Canada, où elle contribua à améliorer le bétail sous l'angle de la rusticité. On la retrouve dans de nombreux pays, notamment en Alaska et en Scandinavie.

 
         
 

MORPHOLOGIE

 

La robe est en général uniformément rouge brun ; d'autres couleurs sont admises : noir, bringé (poils noirs et rouges mélangés), gris louvet, crème, blanc argenté. Les poils très longs, jusqu'à 35 cm de long, forment un manteau fourni et épais, doublé de poils courts formant le duvet. Une frange de longs poils recouvre la tête et protège les yeux. Les cornes, longues, sont dressées en l'air chez la vache, orientées vers l'avant et légèrement vers le bas chez le taureau. Malgré ces cornes impressionnantes, ce sont des animaux tranquilles et très dociles.

C'est une race de petit format, les femelles ont une hauteur au garrot de 1,10 m et les mâles de 1,30 m ; le poids moyen est respectivement de 450 et 650 kg.

 

APTITUDES

 

La Highland, comme d'autres races rustiques sait se protéger des chaleurs en se mettant à l'ombre ou en se baignant.

 

C'est une race classée bouchère aujourd'hui, mais des textes évoquent des fromages confectionnés l'été avec un lait très riche en matière grasse. Sa saveur devait aussi beaucoup aux herbages des "hautes terres". La highland est très appréciée pour sa viande persillée, dont la saveur est remarquable et qui est riche en protéines avec un très faible taux de cholestérol. Elle amasse du gras sous la peau, moyen de lutte contre le froid, ce qui rend le dégraissage de la viande aisé. Cette race est souvent élevée en croisement avec la shorthorn pour améliorer sa conformation bouchère et sa précocité.

 
 
       
   
 
         
 

Autrefois, les animaux étaient élevés l'hiver à l'étable,

au foin, puis mis l'été au pâturages dans les zones de montagne ou les iles. Des textes anciens évoquent la traversée des bras de mer pour y conduire les vaches. Les bêtes destinées à la consommation étaient engraissées avec les résidus des distilleries de whisky.


Cette race très ancienne s'est façonnée dans une région de climat très rude. Elle est très rustique, demandant peu de soins, capable de vivre dans les conditions les plus dures : froid, neige, marais... qui s'adapte aussi aux climats plus chauds. Elle est capable d'exploiter des pâturages pauvres dans des paysages de landes. Elle peut consommer une grande variété de végétaux de type arbustifs, ce qui en fait une excellente débroussailleuse. Elle est la seule vache capable de vivre dans cette région où la seule concurrence vient des moutons.

À ce titre la CNR (compagnie nationale du Rhône) l'emploie pour entretenir les berges du fleuve. La highland est également utilisée comme "outil écologique" pour maintenir ouvert les fonds de vallée dans les Vosges du Nord, en Alsace-Moselle. Elle a une remarquable longévité, les vaches pouvant vêler jusqu'à 20 ans et plus

 
         
   

 

Les vaches Anglaises