La maîtresse
  BONNES GENS DE NORMANDIE
 

LA MAITRESSE

     
  LEMAÎTRE, Charles Ernest (1910 ?)  
     
 

Où dont qu'o va comm' cha ? la maîtresse Adélie,
Pardier vo vaiyez bi l' panni qu'olle a au bras,
O s'en va vendr' san beurre au marchi d' Cach'-lés-Viâx ;
No l'i amèn' sa carriole, olle a hât' d'êt' partie.
Maîtr' Jul's de bon matin, y'est parti vendr' deux boeufs,
Mais l' marchi est plus tard por el' beurre et lés oeufs.
O va p'têt' co y'emm'ner eun' couple ou deux d' volailles,
Comm' cell's qui sont aupreus, là en train d' picorer ;
Y'a parmi, dés jeun's côqs qu'i faut vit' démarrer,
Car cès bêt's là, sans pondr' dépensent d' la mangeaille.

La maîtresse Adélie est terjous en action,
Por dirigi s'n ouvrage, olle est infatigable ;
D' la cuisine au grenier, du grenier à l'étable,
Bref, olle a l'oeil à tout por bi t'nir sa maison.
Mais, malgré san courag' comme o n' peut pas tout faire,
Olle a eun' jeun' servant' qu'est forte comme un ch'va,
Et n'a qu'un seul souci do c'te bouenn' gross' fill' là,
C'est d'empêchi maît' Jul's d'aller l'i aindi à traire !

 
     
 
 
     
   

Bonnes gens de normandie