La partie d'mé
  CHANSONS DU BESSIN  -8
 

 LA PARTIE D’MÉ

         
 

Port en Bessin, l'heure du bains collection CPA LPM 1900

 
         
 

 Nout’ femm’ piaillait d’pis pus d’siéx mais
Pour que no fache eun’ partie d’mé.
La vill’ de la mi-At j’em’ décide :
« Hé bi ! qu’ej’ dis, nos ira d’mouain. »
« Oh ! qu’t’es geatil, man p’tit Alcide ! »
Qu’a m’répond en tapant des mouains.

A chinq heur’ oll’ tait révillie :
Caochie, couéfie, débarboillie :
« Man p’tit Alcid’ faut s’dêpéchi,
« Faut qu’no rempliss la grand’ boutelle,
« Faut qu’nos emporte ed’ quai mougi.
« Tout est prêt ? Faut qu’nos attelle. »

V’là don qu’ej’ joins nout’ vieul’ jument,
Pis j’partons tous, ma bell’ mouman,
Nos trouais p’tiots, l’commis, la servante ;
L’orag’ no prend à mitan qu’min,
A diéx heur’ par eun’ plie battante,
J’arriviome à Port en Bessin.

La carriole a biau rêt’ bachie,
Nout’ femm’ était raid’ débaochie
D’vai l’iau li v’ni tout d’meinm’ sus l’corps

 

Yé qu’avait mins sa bell’ bounette.
Comm’ no n’pouvait pès deiner d’rhors
Fallut mougi dans nout’ quérette.

L’empreus-midi, l’temps s’raquierchit.
Bell’ mouman dit : »no va pêqui. »
O galopait comme eun’ jeunesse...
Verdas ! la v’là par terr’ dans l’iau.
« Hélas ! qu’o dit , qu’j’ai ma ès fesses,
« J’sieus timbée à piat ventr’ sus l’dos ! »

La grouss’ servante, yé, fut pinchie
En rhappant yeun’ crab’ aragie
Léonpold, el’ pus jeann’ des pétiots
Il écalit l’fond d’sa culotte,
Et mai, en engambant les pots
J’ramassis d’liau tout pien mes bottes.

I faisait nair comm’ dans un fou’
Quand nos arprit l’quemin d’tcheu nous.
J’aviome oublyi la candelle,
Les gendarm’s nous fir’ un procès ;
Tout cha d’la faote à ma fumelle
Qui voulait fair’ eune partie d’mé.

 
 
 
 
   

Chansons du Bessin