La petite servante
  LES "CHANSONS DU BESSIN" 
         
 

24 Chansons du Bessin par Joseph Mague

Editées par Fertard à Balleroy en 1912.

  

Joseph Mague (1875-1940) Né en Bretagne de parents normands mais a grandi et vécu à Bayeux et dans la Manche. Il est mort à Saint-Pair/Mer en 1940 où il a demeuré pendant plusieurs années. Il était fonctionnaire des Contributions Indirectes. Les "Chansons du Bessin", publiées en 1912, regroupent 24 textes illustranté des cartes postales.

 
         
 

 

 

 

 

 



 



 

 

1 - la p'tite servante

2 - les trachous d' bouais

3 - la Saint-Foutin

4 - les sous d' café

5 - la cache

6 - l' bon Guieu d' tcheu nous

7 - l' marchand d' peisson

8 - la partie d' mé

9 - les chabotyis

10 - la dentellière

11 - les potyis

12 - vive el' bouon baire !

13 - la canchon du bouilloux

14 - le départ du conscrit

15 - la cathédrale de Bayeux

16 - la vieule moaison

17 - l' quiocher d' Caumont

18 - la fête à Caumont

19 - la fère ès ougnons

20 - un biau coup d' fusil

21 - preus du quiocher

22 - ma grousse Angélina

23 - à vot' santé Moussieu La Feulle

24 - à Vaubadon

 
     
 
   
  CHANSONS DU BESSIN  -1
 

LA PETITE SERVANTE

         
 
 
 

CPA collection LPM 1900

     
         
 

V’là pus de vingt coups qu’ma mère a m’crie :
« A Bayeux, d’mouain, ch’est la louerie ;
Ma paur’ éfant, l’pouain est si chi,
Faut t’dégoter pour êt’ piéchie. »
A la mouaison, j’sieus bin heureuse,
A part des feis qu’ j’ons la fall’ creuse,
Cha s’ra du d’em’n’ aller raid’ loin
D’aveuc des mouaît’s qu’ej connais point.
En pièch’ faut travailli d’attaque
Souégni les couchons, trair’ les vaques,
Pou les fair’ beir’ app’ler les viax :
« Vi-t’a, tieu, vi-t’a, tieu, vi-t’a ! »


Ch’est terjous la servant’ qu’enhanne
Pou rétchurer les gatt ’s, les cann’s,
Donner l’grain ès poul’s, ès picots,
Et fair’ la minchie ès bourots.
A la tabl’ faut verchi à beire,
Guèr’ s’assir’, se l’ver la première
Et s’n’aller do sa crout’ de pouain
Trachi d’la mougeaille ès lapins.
V’là pus d’vingt coups qu’ma mère a m’ crie :
« A Bayeux, d’mouain, ch’est la louerie ! »
Mais no z-a biau s’faire eun’ raison,
Cha m’f’ra deu d’quitter la mouaison.

 
         
   

Chansons du Bessin