La saison du varech
  VARECH EN MANCHE
   
  LA SAISON DU VARECH
     
 

 La pêche au varech. Collection CPA LPM 1900

 
   

     DIDEROT & d’ALEMBERT

     Dictionnaire raisonné des sciences,

     des arts et des métiers 1751-1770

 
     
 

LA SAISON DU VARECH

 

Elle commençait sérieusement après les tempêtes d’avril. Elle ne demandait pas de matériel spécialisé ; le varech était remonté sur le rivage et puis étalé pour qu'il sèche.

 

Une fois sec, il était brûlé à haute température, jeté par petites poignées pendant plusieurs journées. Une sorte de lave minérale se déposait alors au fond de la fosse.

 

Des hommes armés du pifon remuaient la couche de goémon pour mieux la faire brûler. Avec la chaleur, l’iode contenu dans les algues s’évaporait. Ils laissaient refroidir et à l’aide du pifon, ils dégageaient les « pains de la mer ».

 

Coupe et ramassage du goémon

 

La réglementation générale en matière de ramassage ou de coupe de goémon est compliquée, car elle a beaucoup évolué dans le temps et de plus, elle a varié selon les usages locaux...

 

« Goémon vif » ou « goémon jet » ?

 

Le «goémon vif » ou goémon de roches, adhérent aux rochers, et le « goémon jet », mort, épave ou échouage. L'ordonnance de la Marine de 1681 prévoyait que les habitants des paroisses devaient se réunir le premier dimanche de janvier de chaque année afin d'arrêter l'époque et la durée de la coupe du varech. On ne pouvait en cueillir que sur les côtes de sa propre paroisse, et il était interdit d'en vendre aux « forains » ou de le transporter sur une autre paroisse. En 1731, Louis XV fixait lui-même les époques d'ouverture et de clôture des coupes (entre le 15 janvier et le troisième jour suivant la pleine lune d'avril).

 
     
 

Granville, La pêche au varech. Collection CPA LPM 1900

 
     
 

Coupe ou arrachage du goémon vif ?

 

Le Roi décidait qu'il fallait couper le goémon à la faucille ou au couteau et non l'arracher. Suite à quelques réclamations, l'Académie des Sciences dépêcha plusieurs savants sur les côtes du royaume pour vérifier les conséquences de la coupe ou de l'arrachage

 

Les hommes de l'art constatèrent alors qu'après coupe, le goémon ne se reproduisait que lorsque la racine, en pourrissant, s'était détachée du rocher. Au contraire, après arrachement, il restait des filaments suffisants à la reproduction de l'algue dès l'année suivante. Sur ce rapport, approuvé par l'Académie et mis sous les yeux du Prince, intervint la déclaration du 30 octobre 1772 qui permit d'arracher le goémon avec les mains ou avec un râteau dans les mois de janvier, février, mars, juillet, août et septembre.

 

Cette loi de 1772 exigeait qu'avant tout on laisse les riverains faire leurs provisions d'engrais de mer: il s'agissait déjà de ménager les intérêts de l'agriculture et de l'industrie. En l'an X, une loi du Consulat confiait aux préfets le soin de réglementer la récolte et la pêche du goémon


Ordonnance de 1681 de la Police des Ports,

Costes, Rades & Rivages de la Mer

       
 

 Titre X - De la Coupe du Varecq ou Vraicq, Sar, ou Goüemont.

 

 Article Premier

 

  - Le habitants des paroisses situées sur les côtes de la mer s’assembleront le premier dimanche de Janvier, à l’issue de la Messe Paroissiale, pour décider du jour auquel ils arrêteront de commencer la coupe du varech ou goémon croissant, ou venu à l’endroit de leur territoire.

 

 Article II

 

 - L'Assemblée sera convoquée par les Syndics, Marguilliers ou Trésoriers de la Paroisse ; & le Résultat en sera publié & affiché à la principale porte de l'Église à leur diligence, à peine de dix livres d'amende

 

 Article III

 

 - Faisons défense aux Habitans de couper les Vraicqs de nuit ou hors les temps réglés par la Délibération de leur Communauté, de les cueillir ailleur que dans l'étendue des costes de leur Paroisse, & de les vendre aux forains, ou porter sur d'autre Territoires, à peine de cinquante livres d'amende, & de confiscation des chevaux & harnais.

 

 Article IV

 

 - Faisons aussi défense à tous Seigneurs des Fiefs voisins de la Mer de s'approprier aucune portion des Rochers où croit le Varech, d'empêcher leurs Vassaux de l'enlever dans le temps que la coupe en sera ouverte, d'exiger aucune chose pour leur en accorder la liberté, & d'en donner la permission à d'autres, à peine de concussion.

 

 Article V

 

 - Permettons néamoins à toutes Personnes de prendre indifféremment, en tout temps, & en tous lieux, les Vraichs jetez par le flot sur les Grèves, & de les transporter où bon leur semblera.

       
 
 

Retour de pêche au varech,  Collection CPA LPM 1900

 
     
   

Varech en Manche