La servant'
  BONNES GENS DE NORMANDIE
  LA SERVANTE
     
  LEMAÎTRE, Charles Ernest (1910 ?)  
     
 

La servant' dans eun' ferme a bi d' l'ouvrage à faire,
Faut l' matin au p'tit jou qu'o s' lève por aller traire
Et comm' lés vach's sont loin, tout à l'autr' bout du clos,
Por rapporter san lait, o s' met l' carcan su l' dos ;
C'est d' quei qu'est bi commod' por porter deux timbales.
A preus cha, faut qu'olle aille, un grand sieau à chaq' bras,
Por souaigni lés cochons et ab'erver lés viâx ;
Suivant l' goût d' cés bêt's là, faut des sieautées spéciales.
Enfin, c'est la servant' qu'a tous lés soins du lait,
Qui l' porte à la lait'rie et l' passe à l'écrèmeuse,
C'est core ell' qui fait l' beurre et qu'en est orgueilleuse ;
Por la têt' du marchi, faut que l' beurr' sait parfait ;

V'la celle à maître Amand, un gros fermi d' Sept-Vents,
Eun' fumell' bi dodue et qu'a tous lés talents.
Portant j' sais bi qu' no dit- : (Y'a dés langu's si méchantes,)
Qu'o n' s'rait p'têt' pas l'enn'mie d' baichons réconfortantes ;
Paraîtrait core itou, j' vo dis cha en secret,
Qu'o fait souvent causette avec l' grand-valet.

Laissons dir' cés gens là, c'est dés langu's de vipère
Qu' ainm'raient certain'ment mieux dir' du ma d'eux qu' de s' taire ;
Mais Mélanie Bairot, la bouenn' servant' que v'la,
Dans lés plein's années d' pomm's, s' fich' pas mal de tout cha !

 
     
 
 
     
   

Bonnes gens de normandie