La vieule moaison
  CHANSONS DU BESSIN  -16
  LA VIEULE MOAISON
 
 

CPA collection LPM 1900

     

Quant el’ gleu est pouorri, quant’ el’ gâble chancelle,
Quant’ la poutre du faîte en deux morciax s’abat,
L’malheureux prend san lièt, sa c’mode, sa vaisselle,
Laisse la porte ouverte et, résigné, s’en va.

Y s’en va, conduisant la quérette empruntée
Qui porte tout san bien dans queuqu’ nouvei taôdis,
Abandonne ès câts-huants la moaison désertée
La triste cage eiou qu’les p’tiots piaillaient jâdis.

Et l’vent, li, paille à paille, emporte la touaiture
Y défonche la f’nêtre, entre yans et bris’tout,
La nieut, pierre par pierre, y mougeut la mâsure,
Y ronge l’esquelette en gueulant comme un loup.

Mais du lierru qui pousse étreint l’abandonnée,
Au pid des murs branlants batit des contreforts,
Et d’un bras vigoureux tient la vieul’ qu’minée
Tandis que la tempête ardouble ses efforts.

Quand l’amour, la junesse ont prins leu vol, ej’sommes
Des vux logis déserts, assaillis pa’ l’vent, murs
Pour être fichus bas, mais , avant not’ dernier somme
Ah ! qu’un pid d’lierru vienne acouter nos vus murs

 
 
   

Chansons du Bessin