Lansquenets
  MILITAIRE DE JADIS
   
  LANSQUENETS
         
 

Les lansquenets étaient des mercenaires, le plus souvent « allemands », opérant du XVe à la fin du XVIe siècle. Ils ont servi dans la plupart des armées européennes de l'époque et ont acquis une réputation remarquable dans la première moitié du XVIe siècle pour leur efficacité mais aussi leur brutalité

 

Une unité de lansquenets de Maximilien Ier comportait dans l’idéal 300 piquiers et 100 Doppelsöldner, dont 50 arquebusiers et 50 hallebardiers, mais avec le temps, cette proportion évolua en faveur des arquebusiers. La solde de base du lansquenet était de 4 florins par mois, les officiers étaient des « double soldes », les capitaines gagnaient 20 florins.

Le déploiement de piquiers en formation serrée avait l'avantage considérable de cacher les soldats inexpérimentés. Tant que les premiers rangs avançaient audacieusement au combat, et que les derniers étaient composés de personnages décidés qui ne risquaient pas de prendre la fuite, ceux du milieu n'avaient pas le choix : ils devaient suivre le mouvement. Les guerriers les plus audacieux et féroces étaient récompensés par une double paie - d'où leur nom de doppelsöldner, qui signifie « homme à double paie » - et étaient déployés indépendamment pour attaquer avec une épée large à deux mains ou une hallebarde. Les Landksnechts formaient aussi des Blutfahnen (bannières de sang) d'élite, des unités menant des attaques quasi suicide contre des positions ennemies particulièrement bien défendues.

Les lansquenets se conduisirent souvent en soudards, en pillards avides de rapines et vécurent plus proches de la misère que de la gloire car seuls les officiers et les plus célèbres des lansquenets pouvaient se payer les extravagances en question.

 
 
       
     
     
 

La plupart étaient mal vus par la population et pour cause : massacres, mises à sac, vols et viols, incendies, prostitution, rien de réjouissant n’était à attendre de leur passage. Même les couches sociales dont ils étaient issus (journaliers, petits artisans ou compagnons, paysans voire repris de justice) et dont ils espéraient s’extraire grâce à la solde, avaient une mauvaise image des lansquenets.

La moindre blessure était synonyme d’infection, de gangrène entraînant la mort ou l’amputation ; les maladies vénériennes ou autres étaient leur lot quotidien : l’espérance de vie était donc particulièrement réduite. Le sort des survivants n’était guère plus enviable et des cohortes d’estropiés ou d’asociaux vivant de vols et de mendicité firent partie du paysage européen jusqu’au milieu du XVIIe siècle au moins.

 

Une recrue potentielle devait se présenter équipée, avec au moins une pique de cinq ou six mètres de long. Puisqu'une telle arme pouvait être achetée pour un florin (Gulden) - ce prix bon marché expliquait en grande partie la popularité de la pique dans les armées de fantassins - la plupart des hommes étaient capables de remplir cette obligation. Les plus riches venaient peut-être avec une épée, une armure, voire une arquebuse. Un candidat était généralement soumis à un test physique, où il devait sauter par-dessus un obstacle fait de trois piques ou hallebardes. Cela réglé, il était considéré bon pour le service et son nom était inscrit dans le rôle. Vu ces critères assez laxistes, les lansquenets étaient certainement d'une qualité inégale. Un capitaine de mercenaires compétent devait se pencher sur les qualités individuelles de ses hommes.

 

Une longue pique de six mètres ou plus était leur arme principale mais la hallebarde, plus courte (deux mètres environ) et divers types d’épées à une ou deux mains équipaient également leurs troupes. Les lansquenets d’élite, les Doppelsöldner (double solde), utilisaient par exemple l'espadon, longue épée pouvant abattre aisément un cheval, mais aussi l’arquebuseetc.

 

À leur époque de gloire, les lansquenets marquèrent non seulement la tactique, l’armement et le harnachement (armures, cottes, casques, harnais, etc.) militaires mais même la mode vestimentaire : partant du constat qu’il fallait être à l’aise dans ses vêtements sur les champs de bataille, les lansquenets se permirent de plus en plus de libertés, y compris dans le « civil », influençant la mode européenne.
   
       
     
         
  Nobles et clergé s’indisposèrent de leurs extravagances qui outrepassaient en quelque sorte leur statut social : les ecclésiastiques voyaient en particulier d’un mauvais œil leurs atours suggérant des parties génitales volumineuses, mais Maximilien Ier leur fit accorder par le Reichstag d’Augsbourg (1503) le droit de s’habiller selon leur bon vouloir.

 

Habillés d'un style flamboyant typique de la Renaissance, les lansquenets représentaient la réponse allemande aux soldats suisses de l'époque. La majorité était des piquiers, mais les Doppelsöldner d'élite semaient le carnage avec leurs hallebardes et leurs épées larges à deux mains.

 

On ne sait pas exactement comment les lansquenets en vinrent à adopter une tenue si voyante mais ils semblent avoir été inspirés de manière très exagérée par le costume de leurs plus grands rivaux, les confédérés suisses.

     
         
  Outre les larges chapeaux bas couronnés de grandes plumes et des doublets aux manches bouffantes, les lansquenets adoptèrent des collants aux couleurs différentes, et développèrent la coutume de découper leur doublet pour tirer des « plis » de chemise au travers. Cette tenue exprimant l'arrogance et la non-conformité eut une influence majeure sur la mode de la Renaissance.

 

Selon Huizinga, ce sont les lansquenets qui introduisirent l’usage du tambour, d’origine orientale, sur les champs de bataille. « Avec son effet hypnotique et inharmonieux, le tambour symbolise la transition entre l'époque de la chevalerie et celle de l'art militaire moderne ; il est un élément dans la mécanisation de la guerre. Mais, vers l'an 1400 encore, les cimiers et les blasons, les bannières et les cris de guerre conservent aux combats un caractère individuel et l'apparence d'un noble sport.»

   
         
   

Militaire de jadis