Le Beurre malpropre
 

CONTES NORMANDS

  LES JOYEUX BOCAINS
  LE BEURRE MALPROPRE
         
 

Les Joyeux Bocains

Contes drolatiques

en patois bas-normand

Le Beurre malpropre

 

Par

Charles Lemaître,

Le Chansonnier du Bocage

 

A Monsieur Auguste Fortin.


La maîtress’ Barrassin, fermière à Ond’fontaine,   
    Qui n’était pas pu c’mod’ que cha,
    Disputait maleign’ment c’ jou-là,
La traitant d’ tous lé noms, sa p’tit’ servant’ Mad’leine ;
    « - T’es qu’eun’ malpropr’, qu’o l’i disait,
    Tantôt, en plein marchi d’Aunay,
    J’ai core r’çu eune avanie,
    Qu’ tan beurre était plein d ‘ salop’rie ;
    Mêm’ que Pitard, qu’était m’n ach’teux,
    M’a dit y’avé trouvé dé ch’veux.
    N’ya qu’ té qui vas dans la lait’rie,
    Arrang’ té dont comm’ tu voudras,
    Prends l’ temps qu’i t’ faut, no n’ te court pas,
    Seul’ment te v’là bi’n avertie,
    Sam’di dans l’ beurr’, si n’y’a co d’ qué,
    Tu n’airas qu’à fair’ tan paquet. »

 
 
     
 

    « - Hélas ! que s’ dit la malheureuse,
    Mon Dieu, qui qu’ c’est que j’ vas d’veni,
    Si man beurr’ n’est pas propr’ sam’di. »
    Mais tout d’un coup, o d’vint joyeuse,
    Cairyant avai trouvé l’moyen
    De l’ fair’ sans qu’il y tumbe rien.

L’ jou qu’o fut por barr’ter, Mad’lein’, bi matinale,
    Dans sa lait’rie s’ déshabillit,
    Comm’ notr’ mère Ev’ dans l’ paradis.
« Comm’ cha, qu’o dit, d’ssus mé y n’ va tumber rin d’ sale. »
Olle en avait tant peux qu’o print la précaution
D’ bi coueffi tous sé ch’veux d’un grand bounnet d’ coton
    D’eun’ fermeture impénétrable.
    Y l’i tumbait jusque dans l’cou.
    « Comm’ cha, qu’o s’dit, cha s’ra bi l’ diable
    Si l’ beurr’ n’est pas propr’ comme un sou. »

La crèm’ dans la barrette, o s’ mint d’avec couérage
A touerner la chouainoll’, qu’o n’n’était tout en nage ;
    Quand c’est qu’olle eut fini d’ barr’ter,
    O r’tirit l’beurr’ por el’ laver,
    Et quand la chos’ fut terminée,
    O l’arrondit en bell’ fachon.
    Por qui qu’i faut qu’ la destinée
    Ait fait manqui l’opération ?
    Et qui qu’en fut la cause ?
Cha fut, dans l’occasion, un mauvais p’tit valet,
    Pas bi propre à grand-chose,
Qui vint preux d’ la lait’rie et, comme un indiscret,
    Guettit par el’ trou d’ la serrure ;
Caiyant faire eun’ bouenn’ farc’, çu mauvais p’tit coquin,
Dans la porte fermée fichit un grand coup d’ poing,
    Qui fit sauter not’ cairiature.

    J’ cré bi qu’ san beurre était maudit,
    Car, en sautant, l’ pied l’i manquit.
Et, comme un fait exprès, la malheureus’ pétiote
S’en fut tumber su l’ t’chu, au biau mitan d’ la motte.

« - Ah ! qu’o dit se r’levant, d’ çu coup là, c’est l’ bouquet,
    Man beurr’ va core êtr’ pière,
    Qu’i n’tait la s’main’ dernière,
Et j’en ai bi deux livr’s de collées au fouerquet. »

Eun’ pouégnie par devant, eun’ pouégnie par derrière,
        O s’ débeurrait
        Comme o pouvait ;
Olle y mettait d’ l’action, mais v’là qu’ dans la dernière,
Olle y vit d’ qué d’ frisé, qu’olle arrachit viv’ment
Et qu’o r’jetit comm’ si qu’ c’eût été un serpent.

    « - Eun’ chanc’ que j’ m’en sieus aperçue,
    Que s’ dit la pétiot’ tout émue ;
Si jamais la maîtresse y trouvait d’ qué comm’ cha,
O m’ fich’rait à la porte et sans certificat.

Mais, qu’o dit, faut qu’ j’ajout’ quiqu’ chose à ma méthode :
Por que l’ beurr’ sé bi propr’, quand je l’ f’rai l’ prochain coup,
Malgré qu’à c’t’ endrait là, cha n’ sait p’têt’ pas bi c’mmode,
Por qu’i n’en tumbe rien, faudra qu’ je l’ coueffe itou ! »

 
     
   

Contes Normands Charles Lemaître