Le Blanc de l’Ouest
  LE COCHON
  LE BLANC DE L'OUEST
         
 
 
     
 

Rose avec de grandes oreilles Le Blanc de l’Ouest est une race locale dont le berceau se situe sur la façade ouest du pays, sur trois régions : Bretagne, Normandie et Pays de la Loire. Son élevage date du Moyen-Âge et, des Flandres à la Bretagne, ce porc est alors connu sous le nom des races Flamande, Boulonnaise, Normande et Craonnaise. Ce n’est qu’en 1958, suite à la fusion des livres généalogiques des quatre races précédentes que naquit le porc Blanc de l’Ouest. Dix ans plus tard, l’infusion de Veredelte Landschwein (porc de pays originaire d’Allemagne) pour améliorer la prolificité des truies, contribue à la disparition d’une grande partie de la race d’origine. Au premier janvier 2003, les effectifs du porc Blanc de l’Ouest s’élèvent à 33 verrats et 141 truies.

 

Un cochon de plein air

 

Le Blanc de l’Ouest est le type même du porc fermier de plein air. Les truies pâturent en liberté une grande partie de l’année, aux environs de la ferme. C’est un animal parfait pour valoriser sous-produits ou herbages, puisque son alimentation se compose principalement de céréales produites à la ferme, complétées (éventuellement) de sous-produits laitiers et de fourrages grossiers. L’élevage du Blanc de l’Ouest se pratique donc souvent en petite unité, dans le cadre d’une diversification de l’exploitation, à la recherche d’une meilleure valorisation des produits et par la vente à la ferme.

 

Le Blanc de l’Ouest fait partie des grands porcs. Il peur atteindre 1 mètre au garrot. Son corps est long, régulier, sa poitrine profonde. Les jambons épais et descendus. Sa tête est très particulière : un front large, un profil concave et des oreilles, attachées haut, qui se rejoignent au niveau du groin, couvrant le plus souvent les yeux.

 

La peau et les soies sont blanches, sans pigmentation, et le cochon présente souvent un ou deux épis sur le dos. Les verrats peuvent dépasser 400 kilos et les truies atteindre 300 kilos. Douces et bonnes mères, mais peu prolifiques, les truies ont une portée et demi par an composée de huit porcelets en moyenne.

 
         
 

Porc charcutier

 

La viande du Blanc de l’Ouest est réputée pour son aptitude à la transformation en charcuterie cuite.

 

Notre cochon fait en effet d’excellents jambons de Paris. Sa saveur et sa texture originales sont facilement reconnues par les gourmets.

   
         
 
   Standard du porc Blanc de l'ouest
     

Taille

 

 au garrot  verrat : 1,10 m ± 0,15 m ; truie : 1,05 m ± 0,15 m

Poids adulte

 

 verrat : supérieur à 400 kg ; truie : 350 kg.

Corps

 

 long et régulier : 1,70 m à 1,90 m.

Tête

 

 bien proportionnée, de longueur moyenne, assez courte chez les jeunes mais s’allonge avec l’âge.

Face

 

 Crâne  ouvert  et court

Oreilles

 

 attachées haut, couvrant les yeux, larges, écartées au départ, elles se rapprochent sensiblement vers  leurs   extrémités, lesquelles arrivent au niveau du groin.

Poitrine

 

 descendue et relativement profonde.

Dos

 

 large et droit.

Queue

 

 longue, attachée haut, plutôt forte à la naissance.

Membres

 

 assez forts et longs, jarrets droits et aplombs verticaux. Démarche facile.

Peau

 

 non plissée, légèrement rosée sans tache noire ou ardoisée.

Soies

 

 blanches avec un épi le plus près possible de la croisée des reins.

 
         
   

Le Cochon