Le départ du conscrit
  CHANSONS DU BESSIN  -14
  LE DÉPART DU CONSCRIT
 
 

CPA collection LPM 1900

   

Dans la grand’ casern’ quand tu s’ras là-bas,
Je sieus raid’ sur, man fi, qu’souvent t’arpens’ras
A ta vieul’ moman qu’a-z-eu tant d’minsère
A vous élever, tai, tes sœux et tes frères.
Écris mai deux mots, l’sei quand l’ennui prend,
Cha decherge el’ cœur d’écrire à ses gens.

Saint Mihié, ch’est bi loin, nos est pas bi riche,
Si faut débourser, tan pèr’ fait la griche ;
Quiens, v’là deux pistol’, much’ les man p’tit gars ;
Si t’es dans queuqu’ mais passé capora
D’mande eun’ permission à tan capitaine,
Pour v’ni fair’ vai tes biaux galons d’laine.


Sais terjous soumis, propre et couraigeux,
Fais leu vai c’que ch’est qu’les Normands d’ileu !
Prends garde d’avai fraid, n’fais pas d’z-imprudences,
 

 

.Et n’fréquent’ pas trop l’café ni la danse.
Do ta bonn’ amie l’sei au coin du feu
Pour le p’tit soldat, no priera le Bouon Guieu.

 

La vie est comm’ cha, no s’artrouv’, no s’quitte,
Mais, vais-tu, trouais ans cha pass’ co bi vite
Quand tu r’viendras cha s’ra pour longtemps,
Ta p’tite Armandeine aura prins vingt ans,
Faudra vous marier, vous bailli nout’ ferme ;
A ta neuch’, garçon ! No s’amus’ra ferme.

Non, tu n’veux pès rire en quittant tan païs,
T’aurais putôt l’cœur à pieurer, est-ch’ pès ?
Les gens qui no guett’, faut pas qu’ej’ pleuriomes

Allons, man pétiot, fais vai qu’t’es un homme
Devant qu’d monter dans c’maodit tramway
Ah ! Dis mai boujou, boujou cor eun’ fais !

 
   

Chansons du Bessin