"Le Droit de Cuissage"
  ORIGINES DE NOS EXPRESSIONS
 

"Le droit de cuissage"...

         
 

"Le Droit de Cuissage" serait une 'possibilité' (un dû) demandée par une personne (souvent un homme, un patron, un hiérarchique) envers une autre personne (souvent une femme, une employée, une stagiaire). Ce "droit" est souvent associé à une demande sexuelle.

 

Origine de l'expression :

Au 12ème ou 13ème siècle (?)

 

Le "Droit de Cuissage" n'a jamais existé au moyen  âge. Surement que les seigneurs s'accordaient  quelques "prérogatives", mais sans rapport avec ce "Droit". L'expression est fausse et aurait été déformée au 19ème siècle.

 

Il est convenu d'admettre que l'expression a 3 origines possibles :

 

 

1 - Il semblerait qu'il existait une tradition nommée : "Droit de Jambage". Le seigneur posait la jambe sur le lit des futurs époux, autorisant ainsi l'union, et marquant aussi son "territoire". Le jeune couple devenait vassal, et devait l'impôt au seigneur.

 

2 - Le "Droit de Cuissage" serait une déformation de l'expression "Droit de Formariage". Si un serf (habitant un territoire X) trouve une épouse en dehors de la seigneurie (habitant un territoire Y), il est contraint de payer un droit au seigneur ( Y ) de la serve (la femme) qu'il souhaite épouser. Cet impôt est un dédommagement puisque le seigneur "Y" perd une force de travail ainsi que les droits sur les enfants à naître.

   
 
 
 
 
 

3 - Le "Droit de Cuissage" serait en fait "Droit de Cuisage"  (avec un seul S). C'était le droit accordé par le seigneur pour faire cuire son pain dans le four du château en échange d'impôt (nourriture, bois, etc...). Mais cette explication semble contestée par certains linguistes et historiens.

 
         
   

Origines de nos expressions