Le Maître
  CINQ CONTES EN PATOIS NORMAND
   
  LE MAITRE
         
 

Cinq contes en patois normand

 par

François Enault

LE MAITRE

 

 Piton la Chopaine a offert un sou de café au gros Pierre Loustalot, dans l'auberge de la mère Laverdure ; Pierre a rendu la politesse ; la Chopaine n'a point voulu rester là-dessus, si bien que de sous de café en petits pots, l'après-midi s'est trouvée passée et l'ivresse à peu près venue. L'heure de la fermeture approche ; Pierre, maintenant inquiet de l'accueil que lui fera Catherine, s'abandonne à la sentimentalité conjugale d'un pochard qui ne porte pas les culottes dans le ménage et Pitou dépense, à s'en amuser, son esprit naturel et celui que les fioles consommées ont pu lui prêter.

 

 Pierre — A ta santé, la Chopaine... mais qui l'heure qu'il est ?

 Pitou — Ma fé, il est l'heure d'en r'prendre pour eun sous avaint d'nos faire balyer pa' la r'traite... Adèle r'mettez l'potain à caoffer !

 La mère Laverdure — N'y a pus l'temps : si les gendarmes passaient, j'serions déjà de bouonne prinse !

 
 
 

 Pierre — Vain nom de nom, est-y si tard que cha ? Catherine va être gênée !

 Pitou — Eh bi, man vieux, j'te vai pas frais !

 Pierre — Et pour qui don ?...

 Pitou — Tu va être mal ercheu !... Ch'est là que Catherine n'va pé tmainqui !

 Pierre — Dis donc, la chopaine, pourrais-tu m'indiqui qui qu'est maître t'chu mé ?

 Pitou — Pardi, ch'est té qu'es maître d'ta soupe quaind tu l'as dans l'corps ; mai puor l'reste, ch'est Catheraine !

 Pierre — Ch'est Catheraine, ch'est Catheraine ; eh bi, cha n'est ni Catheraine, ni té, ni personne, car sac-mon pi d'bougre, j'voudrais bi vaîs l'sien qui viendrait m'donner d's'ordres quaind j'sis t'chu mé !

 Pitou — Oh là là, en v'la d's'embarras pasqué ta fème n'est pé la... Mais j'parie que j'vas te r'condire et qu'tu n'oses pé seument m'offri un pot d'ton foubas d'l'année passée !

 Pierre — Tu n'serais pé capable, dans l'état qu't'es, d'en porter eune Chopaine, tout la Chopaine que tu sais.

 Pitou — Ch'est pas de m'vais trop sâs qui te r'tient ! A la tienne Pierre !

 Pierre — Et qui qu'ch'est don, sacré mâtin ?

 Pitou — Ch'est la poux de Catheraine.

 Pierre (conciliant). — Viyons, la Chopaine, qui que tu veux qu'une pouorre petite cryateure comme lî peuve no faire, pis que j'serions nos deux !

 Pitou — Lî, o nos refuserait à baire !

 Pierre — Hélos, j'voudrais qu'o t'entenrait !... ch'est lî qui SI âcherait la pouorre fème !...

 Pitou (impitoyable) — Vère, bi seûr qu'o nos r'fuserait d'haller un pot au fausset, si o n'avait pus seu lî ! ...

 Pierre (attendri) — Ah ! dème, ch'est vrai, c'te pouorre Catheraine, je n'lai jamais veue bère qu'à sa sen !... Pour seûr qu'a n'a pas tréjous comme té, la Chopaine, eun trou sous l'nez pour sûpper ! (Mélancolique) Si t'avais son pouorre petit estouma, tu n'érais pé la goule en pente coumme eune gouttyre !... Y li faut trois gobiés de chucre pour corrompre deux lermots d'iau-de-vie dans san café !... Ah ch'n'est pé li qui pourrait baire c'que j'avons ben c't'erlevée !... et qui qu'j'avons prins, la Chopaine, la moindre des choses!...

 Pitou (revenant à son idée) — Eh bi, raison de pus pour m'offri un pot si j'vais t'ercondire !

 Pierre (offensé) — M'ercondire, m'ercondire !... Ah ! cha, je n'sis pé sâs pour être ercondit, et ma fé d'dû, Catheraine l'crairit ri qu'à te vais do mé.

 Pitou (vexé) — Je n' m'en sens pé, pus qu'té, et dans tous les cas, quaind j'en prends ma cherge, j'rentre t'chu mé quaind j'veux et j'nai pé d'fème à m'l'erprochi ni à l'raconter ès vaisins !

 Pierre — Pour qui qu'tu dis cha ?... Ch'est-y por mé ?

 Pitou (s'animant) — Bi seûr que c'n'est pé pou l'Pape. Qui qu'y pousse des ébrais à révilli l'village quaind tu rentres un miot prins d'baisson ? Ch'est-y

 mé ou ta fème ?

 Pierre (conciliant) — La Chopaine, j'avons tréjous été anmins.

 Pitou (exhalté) — Bi seûr, sains cha, je n'te dirais pé toutes ces vérités-là ! Mais tout d'même, nom de nom, tout l'monde sait bi que dans tan ménage, si tu portes les braies, ch'est ta fème qui porte les t'chulottes !...

 Pierre (ennuyé) — Ecoute, la Chopaine, j'avons tréjous été anmins !...

 Pitoît (tenace) — Vère, et, je l'serions enco bi pus si tu n'avais pé, eune cryature ainsi inc'mode que Catheraine, qui n'te laisse pé d'liberté ni dlaisi plus qu'à eun quenaille !

 Pierre (congestionné et donnant un grand coup de poing sur la table) — Ah ! nom de la vie, coumme qui qu'tu peux dire des inventions coumme cha !.. Veyons !... j'avons tréjous été aninins !

 Piton (têtu) — Je l'sommes enco, mais ch'est justement pour cha que j'souffre de t'vais condit par l'bout du nez, sains plus souffli mot que si t'avais des mouchettes coumme eun tauret beauné !... Vère dès qu'ta Catheraine quemainde, t'obéis, et tu n'es bouon qu'à cha !

 Pierre (piqué) - Et quaind qui tu m'as veu si niot que cha ?

 Piton (enragé) - Touos les jouors, enco tout d'suite là !

 Pierre — Tout d'suite !... Tout d'suite !

 Piton, (goguenard) — Bi seûr, tout de suite... J'vais ti pé bi que si tu n'offres ri, ch'est parce que t'as poux de ta fème !

 Pierre (solennel) — Adèle, rapportez-nous à chacun eun café et un petit pot !... (majestueux) et j'allons l'baire, tout à not'laisi, la Chopaine, car j'entends et j'prétends être maître t'chu mé et que ma fème n'a mot à dire sus c'que j'fais et c'que j'dépense ?... Et pis nom de d'la, j'voudrais bi vais qu'o ferait seureument maine d'ouvri la goule pour m'en prêchi !... Ah vengeance de punition, ch'est mé qui l'archèverais !...

 

 La porte s'ouvre brusquement et Catherine furieuse entre dans le cabaret.

 

 Catherine — Allons, graind feignant, graind gourmaind, qui que tu randouilles enco dans l's aoberges à l'heure qu'il est pour mouégi tan fait aveu des ivrognes ! Vite, vite, vite, file devaint mé, te couchi, et tache de marchi drait, ou sains cha, ch'est mé qui vais te ramasser !

 Pierre penaud et craintif, se lève et sort sans dire un mot, tandis que la Chopaine, moitié goguenard, moitié respectueux, répète :

 

— Sacrée Catheraine, va ! Sacrée Catheraine, va !... O l'a duit !... O l'a ma fé raide bi duit.

 
         
   

contes en patois normand Francois Esnaut