Le petit valet
  BONNES GENS DE NORMANDIE
  LE PETIT VALET
     
 

LEMAÎTRE, Charles Ernest (1910 ?)


Cheux nous ne fait d's éfants, j' sieus l'aîné d'eun' douzaine,
Aussin dès qu' j'ai z'eu fait ma permièr' commeunion,
Més parents m'ont bi vite env'yé en condition,
P'tit-valet dans eun' ferm' de not' contrée Bocaine.
J'ai z'eu por tout bagage, en partant d' cheux més gens,
Man fouet, man baluchon et pas grand chos' dedans ;
Quant à ma position, o n'est pas magnifique,
J' sieus l' valet du patron et dés autr's domestiques ;
Du grand-valet bruta et presque à tout propos,
Je r'çais à la tcherrue dés mott's de terr' dans l' dos.
Enfin j' sieus co victim' d'un usage arbitraire,
C'est mei, pendant l' dainner, qui va trachi à baire ;
Faut qu' j'attrap' ma goulée en couorant comme j' peux,
Et quand l's autr's quitt'nt la tabl', faut que j' parte avec eux.

 

Mais d'avec la maîtress', j'ai quiqu'fais d' bouenn's aubaines,
O m' donn' terjous quiqu' chos' quand j' fais sés commissions,
D'avec cha, lés vieull's hard's usées par ses garçons,
Et quand j' ramass' lés oeufs, j'ai un sou par douzaine.

V' la man lit d'écurie, eun' paillass' de vaut-pas,
Mais j'y dors comme un rouai, à la chaleur dès ch'vas !

 
     
 
 
     
   

Bonnes gens de normandie