Le Temple de l’Amour
 

CONTES NORMANDS

  LES JOYEUX BOCAINS
  LE TEMPLE DE L'AMOUR
         
 

Les Joyeux Bocains

Contes drolatiques

en patois bas-normand

Le Temple de l’Amour


Par

Charles Lemaître,

Le Chansonnier du Bocage

 

A Monsieur Camille Desbans.


Vraiment, la langu’ française est eun’ langu’ bi féconde,
    Olle est bi riche en expressions ;
Rin qu’ por nommer la port’ par où qu’ no vient au monde
    Cha s’dit d’ peut’ êtr’ plus d’ chent fachons.
    Ya d’s’ espèc’s d’écriveux d’ sornettes,
    Qui dénomm’nt cha l’ Temple d’ l’Amour ;
    Aut’s fais, c’était dé troubadours,
    A c’t’ heu’, no les appell’ dé pouëtes ;
Por cé bailleux d’ goul’ là, qui n’ vo caus’nt qu’en rébus,
Cha s’appell’ core itou la chapell’ de Vénus ;
Y’en a co d’autr’s qui dis’nt que c’est l’îl’ de Cythère,
Et qu’ faut qu’ celui qu’y va s’embarque avec mystère.

 
 
         
 

    Pacifiqu’ Lamendé,
    Du bourg de Campandré,
Causait d’ ces objets-là, en langu’ bi moins fleurie ;
    Car çu paur’ vieux bêtias
    Allait disant tout hât
Qu’il ‘tait sûr que cha n’tait qu’eun’ vieull’ goule enragie.

Faut dir’ que Pacifique avait certain’s raisons
Por traiter pareill’ment des objets si mignons.
    Malgré qu’ cha n’ sé pas à sa glouère,
    J’ vas vo conter tout d’ même l’histouère,
        Et porqui qu’ Lamendé
        Avait la cruauté
    D’ traiter comm’ cha en bêt’s féroces
    C’ qui fait l’attrait d’un jour de noces.

L’ paur’ garçon était v’nu jusqu’à sé vingt-chinq ans,
Sans connaîtr’ rin dé fill’s, ni d’ leux p’tits agréments.
    Et y r’fusait terjous sa mère,
    Qu’airait si bi voulu qu’ san gas
    Epouse eun’ gentill’ ménagère,
    Por l’y’aindi à fair’ tout san cas.

    Por décider san Nicodème,
    O s’avisit d’un stratagème.

Y’avait leux p’tit’ servant’, qu’avait dû, plus d’un coup,
Comm’ c’est qu’ no dit quiqu’fais, d’bi preux vaie péter l’loup ;
    En plus d’cha, la pétiote
    Etait guérie d’êtr’ sotte ;
La bouenn’ femm’ l’y l’mandit d’ déniaiser san garçon,
Et o promint d’y mettr’ toute s’n érudition.
Oui mais, la p’tit’ servant’, qu’était farceuse en diable
Et voulait s’amuser ès dépens du bégas,
Trouvit l’ moyen d’ l’y jouer un tour abominable,
Qui l’ dégoutit d’ Vénus et mêm’ de san p’tit gas.

    Nos avait j’té sû la mâlière,
    Un jeune agné qu’était quervé ;
    Olle en ramassit la mâchouère,
    Qu’olle eut grand soin d’ bi nettoyer ;
    Vos allé vaie comm’ la mâtine,
        A la persécution
        De s’n’ innocent patron,
    Empél’yit c’te cruelle machine.

C’est tout d’ mêm’ malheureux, qu’ por amuser lé gens,
    Faut leux conter l’ malheur des autres ;
    Tout en faisant lé bons apôtres,
Y z’ont l’air de lé plaindre et rient à leux dépens.
    Qui qu’ vo voulé qu’ j’y fache,
    C’est l’éternell’ grimache ;
    No rit d’un homm’ qui tumb’ sû l’ t’chu,
    No pleur’ d’un qui trouve un écu.
Et à c’t’ heu’, si j’étais un conteur impudique,
    Comm’ c’est, hélas ! malheureus’ment,
    Qu’y s’en rencontr’ bi trop souvent,
J’vo racontr’rais comment qu’ l’innocent Pacifique,
    Qu’avait co sa candeur,
    S’ trouvit, por san malheur,
Happé dans lé filets d’ la gentill’ chambérière,
Qui, por l’ déniaiser, y mint tell’ment d’action,
Qu’y s’ trouvit dans san lit, por la dernièr’ leçon ;
Mais l’ paur’ gas, dans s’n ardeur por aller à Cythère,
    S’embarquit bi trop hardiment,
    Car, tout d’un coup, v’là qu’eun’ morsure
    L’y fit pousser un hurlement :

    C’était la perfid’ cairiature
Qu’avait, dans la mâchouèr’, happé l’ malheureux gas,
Qui s’écappit bi vit’, faisant des ta la las !

Apreux s’êtr’ vu traiter, avec tant d’ barbarie,
    Par el’ fameux Temple d’ l’Amour,
    Lamendé nommait cha tout court,
Comm’ c’est que j’ vo l’ disais : eun’ vieull’ goule enragie ;
Et depuis c’t’ affair’ là, l’ paur’ garçon s’ promit bien
    D’ s’écapper dé fumelles,
    Qu’o saient vilain’s ou belles,
Mais, sieuvant l’ vieux proverbe : y n’faut jurer de rien.

    Tout s’oublie,
    Dans la vie ;
Deux ou trouais ans apreux, v’là qu’ not’ paure innocent,
    Par eun’ jeun’ veuv’ du voisinage,
    Fut presque d’mandé en mariage.
La femme, y n’y t’nait pas, mais il ainmait l’argent,
Et comm’ la gentill’ veuve était bi fortunée,
Notre amateur d’écus acceptit l’hyménée.

    Por célébrer çu mariag’ là,
    La neuche s’ fit en grand gala,
    La bell’ mariée, chaud’ comm’ la braise,
        Avec dé z’yeux bien doux,
        Guettait san triste époux,
    Qu’était plutôt mal à san aise ;
    C’est qu’il avait l’ souv’nir cuisant
        D’ la mâchouèr’ malfaisante,
        Avec qui qu’ sa servante
    Vo l’avait mordu jusqu’au sang.

    « Enfin, que s’ dit not’ Nicodème,
    J’ m’en vas bi tout examiner,
    Mais si s’n affaire est fait’ de d’même,
    J’vas bi sûr pas m’y fair’ happer. »

    Quand donc arrivit l’heur’ fatale,
    Il entrit dans la chambr’ nuptiale,
Mais au lieu, do sa femm’, d’aller prompt’ment s’ couchi,
Y restit planté là, n’osant s’en aperchi.

La mariée, por l’amour, n’avait guèr’ de patience,
        Et quand o vit l’ paur’ gas
        Rester dans l’embarras,
O s’ doutit qu’y manquait total’ment d’expérience.

    Por arriver au résultat,
    Qu’o n’ voulait pas manqui por cha,
O vit bi qu’y fallait qu’o commench’ la permière.
    Et por cha, dans tous ses atours,
    O l’y fit vée l’ Temple d’ l’Amour,
L’invitant à y entrer, por y fair’ sa périère.

    Comme y la guettait du coin d’ l’œil,
    Olle espérait un tendre accueil,
Il airait bi voulu, l’offre était si tentante,
    Mais, quand, à san grand r’gret,
    Il eut bi constaté
Que l’ Temple était pareil au sien d’ la p’tit’ servante.

« - Hélas ! qu’y dit, qu’ j’airais d’ chagrin,
Ma fé ! qu’un autr’ que mé s’y coule ;
Le v’là déjà qu’ouvre la goule,
Por sûr que lé dents n’ sont pas loin ! »   

 
     
   

Contes Normands Charles Lemaître