Les fiches de l'été Coquilles St Jacques 
     
 

 

 

 
     
 


La coquille Saint-Jacques fait partie de la famille des pectinidés. C'est un mollusque bivalve à coquilles inégales, aisément reconnaissable par une valve supérieure totalement plate et pourvue de côtes. Elle est de couleur rouge à brun, quelque fois rose ou tachetée.

 

Espèce hermaphrodite, la coquille Saint-Jacques ne possède qu'une glande génitale, appelée corail en gastronomie. Celui-ci est constitué de deux parties : l'une mâle, blanche ivoire (à ne pas confondre avec le pied); l'autre femelle, rouge orangée.

 

Coquilles saint Jacques

Nom usuel 
Coquilles

saint Jacques

Noms régionaux

Grand peigne, Vanne,

Gofiche, Krogen, Vieras

Nom en anglais

Scallop, Frill

Taille commune 10,2 à 13 cm
Taille maximale 17 voire 20 cm
Maturité sexuelle 2 ans
Durée de vie 15 à 20 ans
Profondeur De -20 à -50 m
Sédentaire  oui
Pêche autorisée Du 15 octobre au 15 mai au sud de Carteret, et du 1 décembre au 15 mars pour le reste du département.
Tailles mini 11 cm

Quantités

Limité à 30 individus

(par jour et par pêcheur).

Moyens et outils autorisés

A la main (recommandé), couteaux, épuisette, bouquetout.

 

 
 

 

Pourquoi  s'appelle t-elle Saint Jacques?


C'est une belle légende qui va naître au Moyen-Age. D'après ce que raconte Jacques de Voragine dans "La Légende Dorée", Saint Jacques Le Majeur, après l'Ascension du Seigneur, prêcha en Judée-Samarie, puis vint en Espagne. Il ne gagna dans ce pays que neuf disciples. Désapointé, il regagna la Judée, ne laissant que deux disciples pour continuer son apostolat. Après sa mort, ses disciples mirent son corps dans une barque qu'ils confièrent à la mer. Cette barque accosta en Galice, au royaune de la reine Louve qui finit par devenir chrétienne et offrit aux disciples son palais pour en faire une église. Et puis plus rien. Mais en 830, une étoile mystérieuse indiqua à un berger l'emplacement de la tombe de Saint Jacques sur les ruines du palais de Louve, recouvert par une friche.On exhuma les reliques du corps du saint et on nomma cet endroit "campos stella", le champ des étoiles. Des miracles commencèrent à se produire et des pélerins à affluer. Le roi Alphonse II décida donc la construction d'un sanctuaire qui devint l'un des quatre grands lieux de la chrétienté au Moyen-Age avec Jérusalem, Rome et le Mont Saint Michel ce qui incita les moines de Cluny à organiser dès le XIème siècle des pélerinages qui suivaient des chemins très précis ponctués d'hospices et d'asiles tenus par des monastères. Les pélerins placèrent leurs voyages sous le signes d'un symbole. Au début, les pélerins se contentèrent de coquillages qu'ils trouvaient sur la plage et qu'ils ramenaient chez eux comme souvenir.Car depuis l'Antiquité on portait des coquillages pour se préserver de la sorcellerie, du mauvais sort et de toutes sortes de maladies. L'iconographie chrétienne de la coquille n'apparait qu'avec le culte de Saint Jacques. Sans doute pour des raisons symboliques, la coquille s'est imposée comme attribut de l'apôtre et prit le nom de Saint Jacques. Petit à petit, cousue sur le chapeau, sur le sac ou sur le manteau, elle va devenir l'emblème, non seulement des pélerins de Saint Jacques de Compostelle, mais de tous les pélerins.


Saint Jacques Le Majeur, tiré du livre "Compostelle le grand chemin" de Xavier Barral I Altet, Découvertes Gallimard

En plus de son pouvoir protecteur, elle permettait de se distinguer des autres voyageurs, de boire dans les fontaines ou de demander l'aumone car à la vue de la coquille, la charité devient devoir.

 

Les anciens qui ne connaissaient que peu de variétés de coquillages - les huîtres et les coquilles Saint Jacques - en faisaient des symboles de la conception et de la fécondité. Il était l'attribut de Vénus, la déesse de l'Amour, que de nombreux tableaux montrent sortant de l'onde dans une coquille qui ressemblent à une coquille Saint Jacques géante. Les chrétiens en faisaient, eux, le symbole de la tombe qui enveloppe les corps avant leurs résurrections. Ces deux concepts renvoient à l'image de la barque où l'on expose les nouveaux-nés marqués par le destin qui doivent naître une seconde fois (tel Moïse) et à laquelle l'on confie les morts pour leur voyage vers l'au-delà. Et nous revenons à la légende de Saint Jacques de Compostelle. Tout était en place pour la coquille prit le nom de Saint Jacques.

 
     
   

Les fiches de l'été 2011