L’essangeage
  LES GRANDES LESSIVES D'AUTREFOIS...
   
  2 - L'essangeage
         
 

Réville, lavoir du vieux moulin CPA collection LPM 1900

 
   
 

L’essangeage (ou échangeage) correspondait au prélavage. Le linge était sommairement décrassé à l’eau au lavoir, à la fontaine ou à la rivière. Les saletés les plus tenaces étaient frottées à la brosse sur une planche à laver striée ; les pièces délicates, les cols et poignets de chemises, étaient lavées à l’eau tiède avec du savon de Marseille.

 

Pour les taches les plus rebelles, chaque femme avait ses secrets. John Seymour raconte dans Arts et traditions à la maison : « Il y avait toute une variété de procédés, dont certains passablement curieux, pour ôter les taches. Pour enlever la graisse et l’huile, on utilisait surtout la smectite, mais la craie et la terre de pipe étaient aussi réputées efficaces. Le jus de citron, le jus d’oignon, ou même l’urine, éliminaient l’encre, et l’on faisait partir les taches de cire en appliquant dessus un fer chaud enveloppé d’un linge. »

 

Avec le coulage commençait réellement la grande lessive. Le cuvier était sorti ou loué chez le tonnelier : il était en bois cerclé de fer, pouvant atteindre jusqu’à 1,20m de diamètre et contenir jusqu’à 400 litres d’eau. Il était posé sur un trépied

 

Le linge était empilé dans le cuvier. On posait par dessus une grosse toile de chanvre (charrier ou cendrier), sur laquelle était étalée une couche de 5 à 10 centimètres de cendre de bois, mélangée avec des colliers d’iris pour parfumer le linge. Les coins de la toile étaient ramenés sur les cendres et on versait sur le tout une soixantaine de litres d’eau bouillante.

 

Les sels de potasse contenus dans les cendres se dissolvaient et l’eau de lessive, solution alcaline, était recueillie au bout d’une heure au vide-lessive (trou à la base du cuvier).

 
         
 

Le cuvier était relié par un tuyau d’environ 1,50 m de long à la casse, sorte de poêlon en cuivre à longue queue (en fonte à la fin du XIXè siècle), où l’on chauffait de l’eau. On reversait la lessive sur le charrier à l’aide du coule-lessive, un godet pourvu d’un long manche. On recommençait l’opération pendant des heures.

 

On laissait macérer toute la nuit.

 
 
         
 

Le linge était dépoté le lendemain avec une pince en bois à longues branches et mis dans des sacs de grosse toile ou des paniers d’osier.

 

Le jour suivant, il était transporté à la rivière ou au lavoir. Les laveuses procédaient alors au savonnage, au dégorgeage et au rinçage. Elles prenaient leur battoir, leur pain de savon, leur brosse de chiendent et leur boîte ou selle à laver (carrosse) pleine de paille, munie d’une planche ou non, dans laquelle elles s’agenouillaient. Elles tendaient le linge à bout de bras, le laissaient flotter dans l’eau froide, le frottaient et le pressaient sur la selle avec la brosse. Elles le rinçaient en le tordant et en le frappant avec le battoir pour le débarrasser de l’eau de lessive. Elles pouvaient aussi travailler debout, la selle posée sur des tréteaux.

 
     
 
Bréville Sur Mer, lavoir de la fontaine Saint Hélier CPA collection LPM 1900
 
         
   

Les grandes lessives d'autrefois...