LORIDAN DUTRIEU GARROS
  CONQUÊTE DE L’AIR
  HONNEUR A NOS OISEAUX DE FRANCE
         
 

 

 

 

 

LORIDAN

DUTRIEU

GARROS

LADOUGNE

BIELOVUCIC

LECAGNEUX

BATHIAT

KIMMERLING

FARMAN

GAGET

MARTINET

VEDRINES

CHEVILLARD

GIBERT

PREVOST


 
   
  HONNEUR A NOS OISEAUX DE FRANCE              1/5
   
         
 

 

 

LORIDAN

DUTRIEU

GARROS

 
 
 
 
 
  LORIDAN
 
     
 
 
     
 

Le 25 septembre 1910 dans le ciel : Mahieu et Loridan tentent

le grand prix de l’Automobile-Club de France et le prix du conseil municipal de Paris

Publié par Stéphanie Meyniel dans Histoire -

 

Histoire de l’aviation - 25 septembre 1910.

 

Ce dimanche 25 septembre 1910, deux aviateurs : Mahieu et Loridan prennent leur envol du terrain de manœuvres d’Issy-Les-Moulineaux, au petit matin, dans l’espoir de remporter le grand prix de l’Automobile-Club de France et le prix du conseil municipal de Paris.

 

Le premier est doté de 150 000 francs de prix offerts aux trois aviateurs qui, d’ici le 1er janvier 1911, rejoindront Bruxelles au départ de Paris le plus rapidement possible, accompagnés d’un passager. Le parcours devant être réalisé en maximum 36 heures, avec une escale obligatoire à Bruxelles. Le second de 25 000 francs sera remis au premier aviateur engagé dans l’épreuve de l’Automobile-Club de France qui rejoindra Bruxelles durant la visite des édiles français aux Belges, les 25,26 et 27 septembre 1910.

Pour réaliser sa tentative, Mahieu est accompagné de M. de Mauthé, quant à Loridan, il fera le voyage avec M. Fay. Mais malheureusement, le succès sera loin d’être au rendez-vous : Mahieu sera victime d’une panne à peine parti, puis d’une casse, et Loridan finira son vol dans les arbres en tentant d’atterrir suite à une panne moteur ! 

 

Le 8 juillet 1911 dans le ciel : Loridan recordman de hauteur

Publié  par Stéphanie Meyniel dans Histoire -

 

Histoire de l’aviation - 8 juillet 1911.

 

Ce samedi 8 juillet 1911, l’aviateur français Marcel Loridan revient à la charge, après sa tentative, avortée par la nuit, de décrocher le record de hauteur la veille au soir. Et cette fois, pour ne pas être surpris par l’obscurité, Loridan est sur les rangs dès le petit matin.

 

En effet, dès 3 h 30, Loridan, sous le contrôle des lieutenants Blard, Mouroux et Fiorellini, s’envole de l’aérodrome du camp de Châlons, installé aux commandes d’un appareil biplan de la firme Farman, avec pour seule idée en tête, celle de battre l’aviateur Georges Legagneux, recordman de la discipline avec un vol réalisé à Pau à 3 100 mètres, le 8 décembre 1910, sur un aéroplane Blériot équipé d’un moteur Gnome.

 

Mission accomplie un peu avant 8 heures. Au terme d’une ascension qui aura duré 1 heure et 23 minutes, Marcel Loridan va atteindre la hauteur maximale à ce jour : à savoir, 3 280 mètres affichés sur le cadran de son baromètre ! Performance qui n’attend plus qu’à être homologuée par la commission sportive de l’Aéro-Club.

 

  DUTRIEU
 
   
 
 
 
 
 

  Première femme au monde à avoir entrepris un vol au-dessus de la campagne

  Première aviatrice ayant emmené à son bord un passager

  Premier aller-retour sans escale de ville à ville par une femme

  Premier aller-retour sans escale de ville à ville avec passager par une aviatrice

  Record officieux d’altitude : environ 400 m

  Record officieux de durée de vol : environ 40 min

  Record officieux de distance en circuit : environ 45 km.

 

Fille d'un officier de l'armée belge, elle quitte l'école à 14 ans et commence à gagner sa vie. Devenue coureuse professionnelle, elle bat le record de l'heure sur piste en 1895. En 1897 et 1898, elle remporte le titre « officieux » de championne du monde de vitesse à Ostende, où elle acquiert le surnom de « la flèche humaine ». Elle gagne ensuite sa vie grâce à ses acrobaties (looping), dans un premier temps à vélo, puis en moto et enfin en voiture.

 

Formée par Henri Farman, c'est un premier vol à Issy-Les-Moulineaux sur le "Demoiselle" de Santos-Dumont de 30 secondes qui, selon ses dires, va décider de sa carrière d'aviatrice1.

 

En 1908, Dutrieu est approchée par Clément Bayard, pour devenir pilote d'essai d'avion en France.

 

Le 25 novembre 1910, elle devient la première aviatrice brevetée en Belgique et une des pionnières dans le monde, la première étant Élise Deroche.

 

Le 21 décembre 1910, à Étampes, Hélène Dutrieu à bord de son biplan Henry Farman remporte la Coupe Femina (record féminin du plus long vol dans l’année, d'un point de vue de la durée), couvrant plus de 167 kilomètres en 2 heures et 35 minutes.

 

En 1913, elle devient la première femme aviatrice à recevoir la Légion d'honneur.

 
     
 
  GARROS
 
     
 
 
     
 

Roland GARROS : 6 octobre 1888 - 5 octobre 1918.

Texte issu du site http://fr.viadeo.com/fr/

 

Il est né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis au 17, rue de l'Arsenal, aujourd'hui la rue se nomme Roland GARROS.

 

En 1892, toute la famille Garros quitte La Réunion pour l'extrême-Orient. Roland Garros est alors âgé de 4 ans, dès l'age de neuf ans il parle aussi bien l'annamite que le français.

 

A onze ans, son père l'envoie seul en métropole.

 

Il crée la première équipe scolaire de football du lycée de Nice et mène comme capitaine son groupe à la victoire au championnat universitaire. Il fait aussi du cyclisme et devient en 1906 champion de France. C'est au meeting aéronautique de Reims, du 22 au 29 août, qu'il prend la décision de devenir aviateur.

 

En 1910, avec ses économies, il achète une "Demoiselle" au prix de 7500 Francs. C'est un petit appareil conçu par Santos-Dumont, fabriqué et vendu par Clément-Bayard avec lequel Roland Garros apprend à piloter seul, aucune école n'existant alors. Les premières tentatives de vol ne sont pas des succès : A Issy les Moulineaux, il tente une première expérience et percute un biplan qui atterrit. Par chance, l'autre pilote Maurice-Clèment, est justement le constructeur de la "Demoiselle" qui reconnaît ses torts. Très rapidement il aura un autre appareil. Le 19 juillet, il obtient son brevet de pilote à l'Aéro-Club de France et part pour une tournée d'exhibition en France et en Amérique.

 

En 1911, et le 19 juin, il prend part à des courses sur des circuits européens. Il termine aux places d'honneur, mais il est toujours second ! "l'éternel second" écrivent les journalistes.

 

Le 6 septembre à Dinard, près de Cancale, Roland Garros bat le record de hauteur de vol de 3 910 mètres aux commandes d'un Blériot 50 HP.

 

Le 2 décembre, il repart avec Audemars, Barrier, Voisin pour l'Amérique du Sud. De nouvelles tournées de démonstrations au Brésil et en Argentine le font connaître davantage. Sa témérité, et son adresse forcent l'admiration de tous. Il profite de ses sorties pour faire les premières prises de vues aériennes de l'histoire de la photographie.

 

En juillet, il s'aligne au départ du "circuit d'Anjou", malgré de très mauvaises conditions climatiques. Ces dernières obligent les concurrents à renoncer à la course. Roland Garros prend seul le départ et rejoint la ligne d'arrivée avec son modeste "Blériot". Il remporte ainsi le Grand Prix de l'Aéro-Club de France et prouve que l'on peut voler même avec des données météorologiques défavorables. Pour les journalismes, il devient le "champion des champions".

 

Le 6 septembre à Houlgate, avec une hauteur de 5 000 mètres il reprend le record de hauteur en battant le lieutenant Blashke (4 250 m).

 

Le 11 décembre à Tunis, après trois essais, il bat de nouveau le record de hauteur de vol avec 5 610 mètres.

 

En 1913, il se lance dans une grande aventure, la traversée de la Méditerranée. Il décolle de Fréjus, le 23 septembre, aux commandes d'un " Morane-Saulnier" monoplan de 60 chevaux. Il quitte Fréjus avec 250 litres d'essence. Roland Garros se pose à Bizerte en Tunisie après 7 h 53 mn de vol, il a parcouru 760 km.

 

En 1914 : Il remporte le rallye de Monaco au mois d'avril.

 

Quand éclate la guerre de 1914, GARROS constate avec amertume qu'il n'est pas appelé, n'étant pas Français métropolitain. Il s'engage alors et effectue sa première sortie dans l'Armée de l'Air le 19 août. Ses combats passionneront le monde entier, il lui vient l'idée d'équiper son appareil, d'un système de tir à la mitrailleuse à travers l'hélice.

 

Statue de Roland GARROS à Saint-Denis île de la Réunion. Oeuvre du sculpteur Etienne Forestier. La Réunion offre une statue à son héros en 1925. D'abord inaugurée à Paris, sur les Champs-Élysées, elle a été ensuite installée sur le front de mer de Saint-Denis le 24 avril 1926.

 

Touché par les forces allemandes, le 18 avril, il doit faire un atterrissage forcé et il est fait prisonnier, il s'évade après trois ans pour reprendre les airs.

 

Le 5 octobre 1918, lors d'un combat acharné, son avion explose en plein vol, à la veille de ses 30 ans . C'est ainsi que Roland Garros disparut" en plein ciel" ... ! ... Fin tragique d'un héros ... !

 

Il fut inhumé au cimetière de Vouziers, petite ville des Ardennes, bien loin de sa Réunion natale ... !

 

En 1927, parmi les hommages rendus à son souvenir celui qui est le plus présent à la mémoire de tous est le célèbre stade de Roland Garros où près de la porte d'Auteuil, se jouent les grands tournois de tennis. C'est Émile Lesieur, son parrain au "Stade Français" qui décide de donner le nom de Roland Garros au Stade de tennis.

 
 
 
   

Nos oiseaux de France