Marchand de peaux de lapins
  METIERS D' AUTREFOIS ILLUSTRES                 -3/10
  LE MARCHANDS DE PEAUX DE LAPIN
         
 

D'antan dans les campagnes, dans les bourgades, on voyait passer des "Marchands de peaux de lapin", qui achetaient les fameuses peaux de lapin aux campagnards, ces derniers les élevaient pour leur consommation personnelle et celle de leur famille. Les lapins, étaient tués et mangés, on gardait précieusement leur pelage que l'on faisait séché.

 

Dans les années 1950-1955, il n'y avait pas de supermarchés pour acheter les volailles, on élevait soi-même, les animaux dans la basse-cour, tels les pigeons, les poules, les coqs, les canards, les oies, les cailles, les pintades, les dindons, les lapins. C'était souvent une volaille ou un lapin qui faisait, le repas du dimanche. Quand on tuait un lapin, il était dépeçait et on faisait sécher sa peau.

 

Pour se faire la peau du lapin était retournée, poils au dedans, et on la suspendait à l'abri, dans une grange ou un atelier, afin que la peau, soit bien sèche, pour bien la détendre et pour qu'elle soit plus grande, elle était mise sur une fourche réalisée avec des branches de noisetier. Quand le marchand de peaux de lapin faisait sa tournée, on lui vendait les peaux, pour quelques francs de l'époque, le marchand de peaux de lapins, payait en fonction de la beauté du poil, et du nombre de peaux.

 

CPA collection LPM 1900

 
         
 

C'est un souvenir d'enfance, mais je me rappelle que les peaux de lapins blancs étaient achetées plus chères, car elles étaient plus rares et plus belles.. Le marchand de peaux de lapins achetait aussi la peau d'autres animaux, telles les peaux de chèvres, de moutons, de taupes, etc...Ces marchands, annonçaient leur arrivée, en criant dans les rues, "Peaux d'lapins Peaux"... peau de lapins ...cela d' une voie forte et tonitruante. Ce dont, je me souviens aussi, c'est que ce marchand, avait une charrette tirée par un petit cheval, les peaux de lapins étaient suspendues, après achat, tout au long de cette carriole, à la vue de tous. Les marchands de peaux de lapins faisaient aussi le négoce de vieux papier, notamment les vieux journaux les vieux chiffons et la ferraille.

 

Mais le marchand de peau de lapin, qui était un marchand ambulant, en faisait lui-même commerce, il allait ensuite revendre ces peaux ramassées à droite et à gauche, à des tanneurs, afin que ces derniers les travaillent et en fassent de belles vestes, de beaux manteaux ou des bonnets pour l'hiver. Dans le département du Nord-Pas de Calais, c'était souvent les femmes qui ne travaillaient pas qui attendaient avec impatience, "el marchand d'piaux d'lapin", pour se faire quelques sous de plus. A cette époque, il y avait déjà le recyclage !!! quoique les jeunes puissent penser.

 
         
   

Métiers d'autrefois illustres