Moussieu L'Maire
  BONNES GENS DE NORMANDIE
 

MOUSSIEU L'MAIRE

     
  LEMAÎTRE, Charles Ernest (1910 ?)  
     
 

Sav' ous bi qu' eune commeun' qui possède un bon maire,
Sans craint' de vo mentir, c'est un trésor qu'olle a,
Et tel que vo l' vaiyez, l' gros moustachu que v'la,
C'est comm' mair' de cheux nous un précieux fonctionnaire.
Por bi'n administrer, comptez qu' c'est un malin,
Mais personne n' connaît s'n opinion politique,
I n' crie ni viv' l'Emp'reur ni viv' la République.
Et no n' sait pas s'il est impie ou calotin.

Au milieu d' san consel, por fair' voter quiqu' chose,
Il est d' l'avis dés autr's et mêm'... du sien itou,
Et sans en aver l'air c'est de c'ti là surtout ;
L' rusé gas, tout douc'ment sait bi gagni sa cause.
Il est deux fouais Normand, car c'est un mair' Bocain ;
Por lés drouaits d' sa commeune, habile en procédure,
Il a terjous gain d' cause à la Sous-Préfecture,
Eiou qu'i pass' por êtr' fervent républicain.

N'y a co pas bi longtemps, cheux nous n' y'avait pas d' gare,
Mais not' mair' s'est enfin dém'né si adrait'ment,
Qu' j'avons eun' halte avec un quai d'embarquement,
Aussi la terr' s'y loue chinquant' francs d' plus l'hectare.

Quand i fait un mariag', cha l' rajeunit d' vingt ans ;
L' ventr' ceint d' sa belle écharp' qu'est d' la Louai l'accessouaire,
I lit ès jeun's conjoints san Cod' conjugatouaire
Et embrach' la mariée... quiqu' fais un brin longtemps !

 
 
 
 
     
   

Bonnes gens de normandie