Races chèvres en France & Suisse

 LES CHEVRES

 

 Les races de chèvres en France et en Suisse 1/2

         
 

Le Chasseur Français

N°666 Août 1952

Ch. KRAFFT DE BOERIO

 

Images Nestlé - races de chèvres


S'il est vrai que la vérité n'a pas de patrie, il est encore plus exact, en ce qui nous concerne, de dire que les animaux ne se soumettent pas aux contingences des frontières. Telle race ou variété caprine peut demeurer identique (plus ou moins du reste) et porter quand même, dans des régions géographiquement analogues mais séparées politiquement, des noms souvent très différents et peu évocateurs si l'on n'est pas informé.

 
 
         
 
 
     
 

Depuis 1945, un engouement, excessif sans doute, mais de bon aloi, ayant incité beaucoup d'éleveurs français à partir à l'étranger chercher de bons géniteurs, surtout en Suisse (tout comme l'on va y faire du ski), il nous paraît utile de tenter une mise au point, sans vouloir, bien entendu, épuiser le problème. Le travail se ramène donc à parler de l'Alpine, ou Chèvre autochtone des Alpes.

 
     
 
 
 

 

 
 

Les associations françaises (Club de la Chèvre de Race pure, et l'École de Joseph Crépin notamment) admettent dans leurs statuts une race alpine définie dans un texte précis appelé « Standard », et s'expriment ainsi à propos des couleurs — donc au sujet d'un caractère important qui permet souvent de préciser l'existence de variétés ou sous-races :

 

« La couleur du pelage dans la race Alpine n'est pas plus à envisager pour le bouc que pour la chèvre, et il faut bien se convaincre qu'il n'y a rien à attendre pour l'amélioration de la qualité économique de la race Alpine en faisant, ou en continuant à faire de la sélection au point de vue de la couleur de la robe. »

 
 

 

 
 
 
 

 

 
 

Le texte suivant, extrait du même document (établi sous la direction du célèbre zootechnicien Dechambre), précise la question de la couleur :

 

« La robe est polychrome et emprunte les couleurs les plus variées : aussi ne peut-elle être envisagée comme caractéristique de race. Les nuances, souvent multiples sur le même sujet, sont fortement lavées et striées dans tous les tons du noir, du gris, du marron, du fauve et même du brun mauve. Cependant le noir et le blanc, en teintes très franches, dominent dans l'aspect d'ensemble d'un troupeau de chèvres alpines ; il y a même une notable proportion de chèvres toutes blanches ou noires avec pattes blanches et ventre blanc. » (Ces indications, il faut le noter, valent essentiellement pour les chèvres françaises sur lesquelles la sélection a fort peu joué, surtout dans leur habitat original.)

 
         
 
 
         
 

Ces textes juridiques, qui servent encore maintenant à fournir une ligne de conduite aux juges fédéraux lorsqu'ils ont à décerner des récompenses, sont assez précis, mais n'entravent pas l'esprit critique, l'exclusive n'étant pas jetée sur telle ou telle couleur, sur telle ou telle tache excentrique. Cette largeur de vue admise, on constate pourtant que l'on a utilisé, à tort ou à raison, quelques mots géographiques pour donner plus de couleur, et surtout plus de précision, à la terminologie courante.

 
         
 
 
     
 

Voici donc les distinctions qui se font habituellement en France. On suit, du reste, en certains cas la terminologie helvétique, ce qui ne veut pas dire qu'il soit nécessaire de la généraliser dans notre pays. Les amateurs de chèvres Alpines qui aiment le blanc choisissent des sujets de Saanen, ou de Gessenay, nom allemand et français d'un village de basse montagne situé en Suisse, à la frontière linguistique des cantons de Vaud et de Berne. De tels animaux doivent, bien entendu, être à poil ras, ce qui semble caractériser l'Alpine de façon très générale, avec les exceptions naturellement inévitables.

 
 

 

 
 
 
         
   
Races chèvres en France & Suisse

 LES CHEVRES

 

 Les races de chèvres en France et en Suisse 2/2

         
 

Ils doivent encore être sans cornes (mottes) pour satisfaire à un désir des milieux zootechniques qui s'applique à la plupart des races suisses. Les experts français seraient moins exigeants ; sans admettre des Saanen à cornes, ils accepteraient de juger comme Alpines blanches des chèvres de race pure ayant des cornes. Il est vrai que les Saanen, pour ceux qui ont pu les voir en Suisse et en France, ont une tête caractéristique, forte et triangulaire, qu'il est difficile de décrire ; d'autre part, les Alpines blanches et cornues nous ont toujours semblé avoir d'autres absences de traits caractéristiques, en mettant à part ces appendices cornus sur lesquels on peut, il est vrai, discuter.

 
 

 

 
 
 
     
 

La chèvre dite actuellement Chamoisée de Gruyère ressemble beaucoup au chamois. Sa livrée est d'un brun roux uniforme ; l'épine dorsale est parcourue par une ligne noire dite « raie de mulet». La face est barrée par deux lignes noires ; le ventre et la partie interne des cuisses sont de même couleur ; il en est de même pour les oreilles et le pourtour de la queue. Ce genre de robe est assez courant dans le monde animal et se retrouve, avec une tonalité « café au lait», chez la chèvre naine du Sénégal. Il y a cinquante ans environ, la Chamoisée était cornue, mais maintenant on donne une prime aux éleveurs du canton de Fribourg (où se trouve la région dite de Gruyère) pour abattre les sujets écornés. La nuance de la couleur a également changé, et l'on peut encore rencontrer l'ancienne et la nouvelle. Autrefois elle tirait sur le gris-argent ou plutôt sur le café relativement foncé. Maintenant on approche le chocolat ou le brun roux foncé. Dans la vallée d'Aoste, bien connue pour des raisons historiques, on rencontre une forte chèvre Chamoisée, largement encornée, et qui ressemble davantage au bouquetin. (L'illustration de cet article représente une Alpine d'Aoste, récemment importée en France par un excellent éleveur de la région parisienne.)

 
         
 
 
         
 

En revanche, les caprins dits de Toggenburg se rencontrent assez peu en France. Cette race, assez curieuse, semble issue d'un croisement chamoisée X chèvre blanche d'Appenzell. (La chèvre d'Appenzell est plus « montagnarde », plus petite et plus trapue que la Saanen ; son poil est long, ce qui pose encore un autre problème.) Dans cette liste d'animaux économiquement rentables, la célèbre chèvre Schwartzhals (cou noir) du Haut Valais fait un peu figure d'originale. Son poil est très long et ses qualités laitières peu prononcées ; c'est la chèvre rustique des glaciers, sobre et nomade. Son autre particularité consiste à être franchement bicolore : la moitié avant du corps est noire, l'autre blanche.

On fait remarquer, en général, que la délimitation de ces couleurs est très nette. Ce qui, du reste, n'est pas toujours vérifié.

 
         
 
 
 

 

 
 

Les autres variétés d'Alpines sont plus spécifiquement françaises, encore qu'il soit difficile d'être catégorique en la matière. La Cou clair des Alpes est, en quelque sorte, le contraire de la Cou noir, mais les teintes sont moins franchement délimitées et plus discrètes. La partie antérieure du corps est donc claire, blanche, crème (Cou jaune) ou légèrement rosée. Le reste du corps va du brun cendré au gris foncé. Pattes postérieures et épine dorsale sont noires. Deux raies sombres barrent la face. La Pie des Alpes ressemble en gros, toutes choses égales d'ailleurs, à une petite vache bretonne pie noire. La chèvre du Sundgau se rencontre dans la haute Alsace ; elle porte robe noire à marques blanches, le dessin étant analogue à celui de la Chamoisée, mais d'une façon inversée.

 

Ces indications paraissent assez simples et pourtant, en pratique, et en théorie tout aussi bien, on aboutit à un véritable maquis !

 
 

 

 
 
 
 

 

 
 

En 1896, Julmy publie à Lausanne une monographie concernant les Races de chèvres de la Suisse et en compte principalement quatre. Suivons l'ordre qu'il adopte. C'est d'abord la race valaisanne, à col noir (Schwarzhalsige Walliser Rasse). Vient ensuite la race chamoisée des Alpes (Gemsfarbige Alpenziege), suivie par la race blanche suisse (Gessenay) [Weisse Schweizerziege (Saanen)]. Cette brève énumération se termine par la « race » du Toggenburg (Toggenburger Rasse).

 
         
 
 
 

 

 
 

On est frappé par l'emploi continu du mot « race » ; l'ouvrage a beau avoir dans la pensée de l'auteur un caractère « populaire », les détails compliqués ne manquent pas et nous entraîneraient trop loin. Mais l'ensemble reste assez simple. L'étude approfondie de ce document a l'intérêt de montrer rapidement que les points de vue ont changé : la Chamoisée normale était alors cornue, la chèvre d'Appenzell était considérée comme identique à la Saanen, alors qu'elle est représentée maintenant avec des poils longs.

 
         
 
 
         
 

Les ouvrages plus récents mettent à part la chèvre d'Appenzell et divisent la Chamoisée en cinq variétés, de robes différentes, cornues ou non, mais les détails complémentaires manquent, ce qui n'est pas pour arranger les choses. Un excellent petit traité, publié récemment à Berne, complique nettement ces classifications antérieures et ne semble pas toujours satisfaisant. Une carte admirablement bien faite, et publiée par le Département fédéral de l'Économie publique, n'ajoute aux races précédentes que la chèvre des Grisons et celle de Verzasca, dont nous parlerons dans un article ultérieur.

 
         
 
 
         
   

Les chévres