Roger Sommer 1909
 CONQUÊTE DE L’AIR
 
 ROGER SOMMER 1909

 


Article issu du site Champagne : Berceau de l'aviation du Monde

CPA collection LPM 1900

 

Roger Sommer (1877-1965)

France

Pilote sur biplans Farman n°31 et Sommer n° 6 au 1er meeting d’avions du Monde : Champagne 1909
Pilote à la 2ème semaine aéronautique de Champagne 1910

 

Né à Pierrepont ( Meurthe & Moselle) le 4 août 1877, Roger Sommer grandit à Mouzon (Ardennes) où son père, Alfred Sommer dirigeait une manufacture de feutre. Après de études d'ingénieur aux Arts et Métiers de Châlons en Champagne, il est animé d'un esprit entreprenant et constructeur. Roger Sommer invente en 1897 à 20 ans une voiture automobile à traction avant et se lance dans l'aviation, avec le brevet de pilote n° 29.

 

Dans un atelier voisin de l'entreprise familiale, il commença à travailler sur "sa machine volante" qui vola en 1909 au camp de Châlons sur Marne. Puis il acheta un aéroplane "Henri FARMAN n° III" avec lequel il compte parmi les lauréats du 1er meeting mondial d’Avions.

 
   

Neuf avions Sommer sont en compétition au 2ème meeting mondial de Champagne à Reims en 1910. Le 3 juillet, aux mains de Sommer (qui présente deux machines), Verstraeten, Bouvier, Crochon, Legagneux, Lindpaintner, Daillens (qui se casse une côte), de Petrowski et Paul de Lesseps.

 

Les constructions de prototypes se succèdent; on les amenait par la route à bout de bras et les essais s'effectuaient sur le terrain de Douzy.

 
     

Chaque année des aéroplanes Sommer battirent des records :

 

    - De poids transporté : 210 kg en 1910, puis 454 kg en 1911 (5 adultes pendant 1 h 30 mn 3 s)

    - De passagers emmenés : 8 personnes en 1911.

    - De vitesse : 144,612 km/h (avec un tour à 150 km/h) en 1912.

 

Roger Sommer installa des écoles de pilotage à Châlons-Mourmelon en Champagne et à Sedan-Douzy.

 
     

C'est alors qu'il devint constructeur, Roger Sommer construisit de nouveaux ateliers près de la gare de Mouzon. Au printemps 1910, le journal "l'Intransigeant" rapporte que les ateliers de Mouzon ont 58 aéroplanes en commande ou en cours de fabrication. Pour le mois de juin 1910, il est fait état de 60 ouvriers et 4 biplans en construction.

 

 
     

L'armée passe commande de biplans et monoplans. Un nouveau biplan destiné aux militaires et muni des derniers perfectionnements techniques, est mis en chantier. Des ouvriers provenant des usines d'armement et spécialistes de la mécanique de précision sont spécialement embauchés. Malheureusement, les intrigues d'autres constructeurs bien placés auprès des ministères vont faire cesser les commandes de l'armée, vitales pour Sommer.

 
     

Avec la sagesse qui sied au père de famille (il est marié et père de 3 enfants, François, Raymond et Pierre), "frappé" par la disparition en vol de 2 de ses collaborateurs, Roger Sommer décide d'abandonner en 1912 l'aviation pour se consacrer à l'entreprise familiale de feutre.

 

 
     

" Sommer vient de nous faire part de sa brusque décision : il quitte définitivement l'aviation ……"
" Je rentre dans mes affaires de feutre " dit-il. ....."
" Nous apprenons que, déjà, il vient de reprendre la direction de Sommer à Mouzon...." Revue "L'Aéro" du 30 décembre 1912

 

Au cours de sa vie de constructeur, Roger Sommer aura construit 182 aéroplanes.

 
     

Le 28 juin 1909, à Mouzon en Champagne-Ardenne, Roger Sommer emmène son fils de cinq ans sur un appareil de sa fabrication.

 

Le 5 juillet 1909, Roger Sommer, réalise son premier vol de sur biplan Farman à moteur Vivinius. Il effectue des vols de 2 à 3 km sur le circuit s’élevant à 10 m.

 
     

Le 7 juillet 1909, au camp de Châlons-en-Champagne, Roger Sommer teste le biplan Henri Farman et réussit un vol de 30 mn.

 

Le 15 juillet 1909, au Camp de Châlons-en-Champagne, Roger Sommer poursuit ses vols d’essai du biplan Farman , deux vols de 15 et 19 mn à 10 m d’altitude, puis un vol de 27 mn à 20 m de hauteur, puis un second à travers la campagne jusqu’à Valdenay à 6 km et revient à son hangar, soit 12 km en 12mn.

 

 

   

Le 18 juillet 1909, au camp de Châlons-en-Champagne, Roger Sommer vole 30 mn avec douze litres d’essence (c’est un record de sobriété, les moteurs avalant 40 à 50 litres à l’heure. Il tient l’air pendant 1 h 4 mn, approchant de 3 mn le record de Latham.

 

 
   

Le 20 juillet 1909, au camp de Châlons-en-Champagne, Roger Sommer, effectue trois vols de 10 mn, 18 mn et 6 mn puis un autre long vol de 45 mn. Le lendemain, il tient l’air 38 mn.

 

 
     

Le 22 juillet 1909, au Camp de Châlons-en-champagne, Sommer bat son propre record, il vole 1 h 05 mn. Il s’est inscrit pour le 1er meeting mondial d avions organisé par de Grandes marques de champagne à Reims-Bétheny en août 1909.

 

 

 

 

 

   

Le 22 juillet 1909, au Camp de Châlons-en-Champagne, Sommer sur biplan Farman tient l’air pendant 1 h 23 mn 30 s, en évoluant autour de l’aérodrome. Encore un sérieux candidat pour Bétheny. A deux reprises, au cours d’un vol ultérieur, il vire à 1 km au-delà de la commune de Vadenay (vol de 6 à 40 m de hauteur). C’est le record français de distance, non homologué.

 

 

Ses records

 

Grand PRIX de CHAMPAGNE de la distance : 7ème lauréat 60 km

PRIX HEIDSIECK et Louis ROEDERER de la VITESSE 9ème lauréat (30 km à 22,6 km/h)

PRIX POMMERY du TOUR de PISTE 11ème Lauréat (10 km à 52,2 km/h)

 
 
     

Conquête de l'air