Société des Forces Motrices de la Sélune
  C'EST PARU L'ANNEE 1926
   
 

SOCIÉTÉ DES FORCES MOTRICES

DE LA SÉLUNE

         
 

Usine hydraulique et thermique de La Roche-qui-boit, à Ducey. CPA collection LPM 1950

 
         
 

La Manche Numéro spécial

Supplément au numéro du 28 août 1926

de l'Illustration économique et financière

Publication : Paris 1926

     
 
   
 

Usine hydraulique et thermique de La Roche-qui-boit, à Ducey

AL

 
     
 

      On est surpris d'apprendre qu'il existe dans la Manche, à dix kilomètres à peine de la mer, une usine utilisant une chute importante, tout comme en Savoie et en Dauphiné.

 

     C'est cependant une chose réalisée depuis six ans à Ducey, près Avranches, par la Société des Forces Motrices de la Sélune. Malgré sa faible altitude, cette région est fortement arrosée, car la hauteur de la pluie annuelle atteint 107 centimètres, ce qui dépasse de beaucoup la hauteur pluviométrique moyenne de toute la France.

 

     Le bassin versant de la Sélune, à la hauteur de Ducey, mesure environ 750 kilomètres carrés. L'étendue de ce bassin, jointe à des conditions météorologiques exceptionnelles, assure à la rivière un débit annuel moyen d'environ 12 mètres cubes par seconde et supérieur à 20 mètres cubes pendant une grande partie de l'année.

 

     M. Turquet, ingénieur des Arts et Manufactures, s'étant rendu compte de tout le parti qu'il était possible de tirer de cette situation naturelle, consacra deux années à faire les études nécessaires et les démarches laborieuses près de 127 propriétaires riverains des terrains à immerger.

 

     En 1913, il fonda la Société avec le concours de MM. Gilbert et Cie et de quelques capitalistes de la région. L'objet principal de la Société était l'aménagement d'une chute de 2.800 CV sur la Sélune, à « La Roche-qui-Boit », en Ducey.

 

     La Sélune prend sa source à Saint-Cyr-du-Bailleul, au pied de cette pittoresque chaîne de collines boisées qui s'étend des environs de Bagnoles et Domfront jusqu'à Mortain et Avranches. Cette jolie rivière, après un parcours de 90 kilomètres, se jette dans la baie du Mont-Saint-Michel, auprès d'Avranches.

 
     
 
 
   
 

     L'autorisation d'établir un barrage a été accordée par arrêté préfectoral d'août 1914.

 

     Les travaux d'aménagement de l'usine, d'ailleurs considérables, ont été commencés en 1916. Poursuivis malgré les difficultés causées par la guerre, la rareté des matériaux, de la main-d'oeuvre et des transports, le gros oeuvre en était achevé à la fin de 1919.

 

     La chute est créée par la construction d'un barrage en ciment armé, établi à un étranglement de la vallée, dans des conditions très favorables.

 

     Cet ouvrage a une longueur en crête de 129 mètres et une hauteur maxima de 16 mètres.

 

     La nappe d'eau créée par la retenue du barrage a une superficie de 40 hectares et constitue une réserve de 4 millions de mètres cubes d'eau, qui joue le rôle important de régulateur et d'accumulateur.

     Le barrage est établi d'après les plans et calculs de MM. Pelnard, Considère et Caquot, adoptés par le Service de l'Hydraulique Agricole du Ministère de l'Agriculture.

 

     L'usine, construite immédiatement à l'aval du barrage et à flanc de coteau, est assise, comme cet ouvrage, sur le granit bleu. Sa base est constituée par un bloc de béton de 2.000 mètres cubes, dans lequel ont été réservés les canaux de fuite des turbines.

 

     Les bâtiments de l'usine et du tableau de distribution occupent une surface de près de 1.000 mètres carrés.

 

     La production hydraulique annuelle atteint 5 millions de kilowatts-heure.

 
     
 
 
     
 

     L'usine comprend trois turbines de 850 C.V. chacune, provenant de la Maison Bouvier, Paul & C°, avec trois alternateurs accouplés directement, construits par la Société Alsacienne de Constructions mécaniques de Belfort et une turbine de 400 C. V. provenant du même constructeur.

 

     Tout le matériel d'usine, commandé en 1916, a été acquis à des conditions avantageuses, avant la grande majoration des prix. Il sort de maisons spécialistes, a été étudié et déterminé pour utiliser la puissance moyenne de la Sélune qui est connue.

 

     L'eau est amenée du réservoir aux turbines par un canal en béton armé de 25 mètres carrés de section. Un raccord métallique de 1 m. 80 de diamètre et de 4 m. de long seulement relie le canal à chaque turbine.

 

     Le courant fut lancé pour la première fois sur la ligne Ducey-Granville, le 9 juillet 1920, puis sur les lignes de Fougères et de Mortain-Couterne, le 21 août 1921.

 

     Au début de janvier 1922, la distribution commença à prendre un remarquable et rapide essor. L'ensemble des concessions appartenant à la Société (Ducey, Poilley, Avranches, Pontaubault, Carolles, Saint-Jean-le-Thomas, Angey) alimente 1.900 abonnés.

 

     Mais ce n'est là qu'une faible partie de la clientèle de la Société. Celle-ci alimente un certain nombre de distributeurs, parmi lesquels les concessionnaires de Granville, Pontorson, Saint-Hilaire-du-Harcouët, Sartilly, Brecey, Cuves, Saint-Laurent-de-Cuves, Saint-Pois, Sourdeval, Juvigny, Brouains, Montjoie (Manche), et de Fougères, Laignelet, Louvigné-du-Désert (Ille-et-Vilaine), etc. ; des industries telles que les Usines Dior, à Granville ; les Mines de fer, à Mortain ; les Verreries de Laignelet ; les Distilleries de Brecey et Pontaubault ; la Minoterie Béguin ; la Brasserie Alsacienne au Val-Saint-Père ; la Scierie de Botray, à Granville, et quantité d'autres industries de toute importance.

 

     Enfin, la Société des Forces Motrices de la Sélune fait des échanges de courant avec la Société de Distribution d'Electricité de l'Ouest par son usine de Couterne. La Société de la Sélune vend à Couterne ses excédents d'énergie, l'hiver, et lui achète, par contre, l'énergie qui lui manque pendant l'étiage de la rivière.

 

     Le nombre des kilowatts-heure distribués suit une progression rapide et passe de 912.000 pour l'exercice 1920-1921 à 5.659.000 pour l'année 1925 et probablement à environ 7.000.000 pour l'année 1926.

 

     Prévoyant cette augmentation rapide des ventes d'énergie, le Conseil d'administration de la Société des Forces Motrices de la Sélune s'occupa, dès l'été de 1923, des mesures à prendre pour assurer à sa clientèle les disponibilités nécessaires.

 

     En mars 1925, il conclut un accord avec l'Omnium Lyonnais qui lui assurait son concours pour l'achat et l'installation d'un moteur thermique de 2.200 CV.

 

     Ce moteur, du type 4 temps, 10 cylindres, 300 tours, est accouplé directement à un alternateur donnant du courant alternatif triphasé 3.000 volts, 50 périodes. Ce groupe donne toute satisfaction tant au point de vue du rendement que de la marche en parallèle avec les autres groupes hydrauliques.

 

     Le réseau existant est complété par une ligne de transport Ducey-Pontorson-Antrain-Saint-Brice-en-Cogles et Fougères, qui permettra l'électrification rurale des riches cantons de la Manche et de l'Ille-et-Vilaine qu'elle traverse en même temps qu'elle doublera la ligne de transport qui alimente la ville de Fougères par Saint-Hilaire-du-Harcouët.

 

     Il reste encore quelques disponibilités sur la puissance de l'usine de « La Roche-qui-Boit », mais elles seront rapidement absorbées.

 

     L'entente avec l'Omnium Lyonnais prévoit la construction d'un second ensemble, barrage et usine hydro-électrique sur la Sélune, à Vezins sous une chute de 33 mètres. La puissance équipée de cette nouvelle centrale sera de 16.500 CV. environ. Elle permettra de répondre, pendant quelques années au moins, aux besoins sans cesse croissants de la clientèle.

 

     La Société des Forces Motrices de la Sélune, en utilisant une force naturelle de la région, aura distribué à une importante population la force, la lumière, la chaleur, apportant ainsi plus de confort dans la vie de chaque jour et plus de facilités d'exploitation dans de nombreuses industries. Et elle sera parvenue à ce résultat sans demander à l'étranger la houille nécessaire. L'énergie que distribuera la Société, quand elle aura atteint son complet développement, atteindra environ 30 millions de kilowatts-heure, qui nécessiteraient pour leur production dans la clientèle abonnée environ 60.000 tonnes de charbon, évitant ainsi une exportation de capitaux d'environ 10 millions de francs.

 

     Le capital nécessaire à l'élaboration du programme de la Société des Forces Motrices de la Sélune a été groupé par MM. Gilbert & C°. Le capital-actions est de 3 millions de francs et le capital-obligations de 6 millions de francs.

 
 
 
 

Usine hydraulique et thermique de La Roche-qui-boit, à Ducey. CPA collection LPM 1950

 
     
   

C'est paru l'année 1926