Spahis Marocains
  ET SI ON EN PARLAIT...
   
  REGIMENT DE SPAHIS MAROCAINS
         
 

Les Spahis existaient en 1830. Les textes qui les concernent ne sont venus qu’après. Les Spahis étaient des troupes montées, Turques en majorité, qui servaient le Dey d’Alger.

 

Après la prise d’Alger en 1830, ces troupes se trouvant licenciées, des Spahis se rangèrent sous le commandement d’un brillant cavalier arrivé de Tunisie le 15 Juin, brûlant de se distinguer dans les rangs de l’Armée Française : Yusuf

 

Le 1er régiment de spahis marocains (1er RSM) était une unité appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée française.

 
     
 

Dissous en 1945, son nom et ses traditions sont alors repris par le 1er régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM) de la France libre.

 

Il s'illustre particulièrement au cours de la Première Guerre mondiale, au sein de l'Armée française d'Orient, en Macédoine, en Albanie et en Serbie, où il obtient cinq citations à l’ordre de l’Armée, deux ordres serbes, un ordre roumain et un ordre marocain ainsi que la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire, puis pendant la campagne du Levant (1920-1927) où il reçoit la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre des Théâtres d'opérations e

Il est le régiment de cavalerie le plus décoré de l’armée française. Son étendard est le seul des emblèmes des unités de cavalerie à être décoré de la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire.

 

Le Chant des Spahis

" Les Mousquetaires "

 

Humble troupier à la capote grise,

Et toi lancier au casque étincelant,

Hussard fringant dont la moustache frise,

Inclinez-vous devant ces régiments,

Et quand la poudre, comme la foudre,

Eclate et tombe au milieu du combat,

Tout est carnage, sur leur passage,

L'ennemi fuit et ne résiste pas.

 

Les Mousquetaires, sur cette terre,

Sont les Spahis aux burnous bleus et blancs,

Arrière !  Arrière ! troupes guerrières,

Vous ne vaincrez jamais ces Régiments.

xtérieurs.

 

Et vous verrez, sur leurs faces brunies,

De longs sillons, que le fer y creusa,

Et à leurs pieds, les têtes ennemies,

Qu'en moissonnant, leur yatagan faucha,

Jeunes et frivoles, à notre école,

Si vous voulez gagner vos éperons,

C'est dans la plaine, nord-africaine,

Qu'il faut venir, et nous vous dresserons.

 

Les Mousquetaires, sur cette terre,

Sont les Spahis aux burnous bleus et blancs,

Arrière !  Arrière ! troupes guerrières,

Vous ne vaincrez jamais ces Régiments.

 

Vous y verrez sous un plafond d'étoiles,

A la lueur d'un feu de bivouac,

Qu'un Spahi peut sous sa guitoune de toile,

Dormir en paix ou fumer son tabac,

Et dès l'aurore, qu'il peut encore,

Marcher gaiement, sous un soleil de feu,

Sans une goutte, d'eau sur sa route,

Ni un biscuit, en guise de pot-au feu. 

 

Les Mousquetaires, sur cette terre,

Sont les Spahis aux burnous bleus et blancs,

Arrière !  Arrière ! troupes guerrières,

Vous ne vaincrez jamais ces Régiments.


Peut-être un jour, lirez-vous dans l'Histoire,

Nos noms gravés, auprès de noms glorieux

Car si on meurt, par un soir de Victoire,

Le nom lui reste, et l'âme monte aux cieux.

Le Mousquetaire, sur cette terre,

Eut-il jamais de sort plus émouvant,

Car s'il succombe, il a pour tombe,

Le sol d'Afrique, arrosé de son sang.

 

Les Mousquetaires, sur cette terre,

Sont les Spahis aux burnous bleus et blancs,

Arrière !  Arrière ! troupes guerrières,

Vous ne vaincrez jamais ces Régiments.

 
 
 
 
 
 
 
 
         
   

Et si on en parlait...