Varech, de la fabrique de la soude
  VARECH EN MANCHE
   
  VARECH DE LA FABRIQUE DE SOUDE
     
 

 Agon la pêche au varech. Collection CPA LPM 1900

 
   

     DIDEROT & d’ALEMBERT

     Dictionnaire raisonné des sciences,

     des arts et des métiers 1751-1770

 
     
 

VARECH DE LA FABRIQUE DE SOUDE

 

Pour faire la soude, les pêcheurs ramassent tout le varech de flot & de rapport qui vient à la côte ; quand ils ont amassé une quantité de ces herbes, ils les sechent & les brûlent ensuite dans des trous ou especes de fourneaux qu'ils font au pié des falaises.

Voici la maniere de brûler le varech, telle qu'elle se pratique dans le ressort de l'amirauté de Cherbourg.

On construit une fosse longue de 7 à 8 piés, large de 3 à 4, & profonde au-dessus de l'atre de 18 à 20 pouces ; on sépare cette fosse en trois ou quatre au moyen de deux pierres plates, qui en traversent la largeur ; au fond sont des pierres brutes & plates, comme des gros carreaux, & que les riverains trouvent aisément le long de cette côte. Quand les fosses sont faites, on les remplit de varech sec ; on y met le feu, & l'on fournit des plantes toujours jusqu'à-ce que les cendres aient rempli une partie des fosses dont on casse la soude qui s'y est formée pour l'en retirer : ce petit commerce est de conséquence pour les riverains de cette amirauté.

On ne doit brûler les varechs que lorsque le vent chasse à la mer, à cause que la fumée de ces herbes fait du tort aux arbres. Voyez la figure 2. Pl. XVII. de Pêche.

 
 

 

 
 
 
 

 

 
 

Le commerce de la soude est très-avantageux aux marchands ; car les pêcheurs la leur vendent 30 livres le cent, & ils la revendent au-moins le double.

 

Le varech sert aussi à fumer les terres

Dans certains lieux on halle le varech au haut de la côte, par le moyen d'un cheval qui tire une corde passée sur une poulie.

 
     
 

 Ramasseurs de varech dans le Cotentin,  Collection CPA LPM 1900

 
     
   

Varech en Manche