Variétés sur les marais

 A PROPOS DES OISEAUX

 

 Variétés sur les marais

         

Le Chasseur Français

N°641 Juillet 1950

Jean DE WITT.

 

Le tir au marais est un tir très spécial. Et pour quelles raisons ? La variété très nombreuse d'oiseaux et leur comportement à l'approche ou à la passée : bécassines, colverts, sarcelles, judelles, milouins, siffleurs, vanneaux, râles d'eau et tant d'autres. À chaque oiseau sa vitesse et les pratiques de son vol.

 

Au départ, le colvert monte, en opposition avec le vol du milouin, qui bat l'eau en la brassant bruyamment ; la maligne sarcelle monte au départ ; la bécassine, oiseau original, part en zigzaguant, éprouvant les jeunes tireurs, voire même parfois les vieux bien avertis. Toutes les variétés si spéciales du tir au marais sont doublées d'une difficulté particulière : l'appréciation des distances au milieu des grands espaces démunis de point de repère. Il en est de même pour le tir en mer ...

 

La marche au marais, bien souvent, est incertaine et dérègle le tir. Ne vous est-il pas arrivé de voir une bécassine se lever à l'instant même où votre pied confiant s'enfonce dans une profonde tourbière, augmentant de beaucoup les difficultés du tir ?

Tout cela fait partie des conditions de l'envol et de l'adresse de chaque tireur. Suivant vos yeux, vous tirerez bien par temps clair, alors qu'un autre chasseur tirera bien par temps brumeux.

 

En bateau, un chasseur à l'écoute est alerté par l'envol, même léger, d'un oiseau. Son oreille perçoit le moindre bruit : il tire là où il faut tirer. Un autre tireur dont l'oreille est plus dure portera trop tard son attention sur l'envol ... Dix ou vingt mètres de retard sont bien souvent, dans le tir, un sérieux handicap.

 

Le rôle des réflexes est essentiel.

 

Pour viser, agir rapidement, prendre l'oiseau en arrière, avancer avec souplesse le bras gauche, plus ou moins suivant la vitesse de l'oiseau et son éloignement, lâcher le coup de feu en évitant le coup de doigt. Tout cela est coordonné, le réflexe doit jouer son rôle sans énervement, quoique avec prestesse.

 
 

Je pense, depuis bien longtemps que, pour arriver à l'automatisme dans le tir, il est une condition essentielle : le fusil doit être à la conformation du tireur, il doit tomber automatiquement sur le gibier et avec l'avance nécessaire. Faites vérifier vos mesures tous les ans à l'aide du fusil conformateur : avantage, pente, crosse. Le bois surtout au marais peut jouer. Quand l'harmonie entre le fusil et le tireur est obtenue, soyez heureux.

 

Baissez-vous bien, voici une bande de sarcelles qui, à grande allure, arrive du fond de la mare. Attaquez-les à 60 ou 70 mètres. Leur vol est brisé, elles se cabrent et montent ; choisissez une pièce, tirez à 10 centimètres au-dessus : elle tombe ; du deuxième coup, sans vous presser, tirez la dernière sarcelle, qui complète votre doublé ...

 

Une belle bande de siffleurs va se poser : elle se présente bien rasante et groupée sur les appelants à 1m,50 de haut; tirez sur le premier oiseau, doublez vite.

 
 
         
 

Voici les colverts qui sont au marais parmi les plus beaux oiseaux. Ils arrivent, tirez-les en leur début avec du 6 et, lorsqu'ils ont pris leur duvet de gelée, n'hésitez pas à tirer avec du 4. La chute du colvert est une belle émotion, même renouvelée bien des fois.

 

Je pense qu'au-dessus de tout il faut beaucoup tirer. L'entraînement est, comme dans tous les sports, générateur de grands succès.

 

S'il ne vous est pas possible de brûler des cartouches, entraînez-vous dans votre chambre, où vous viserez un point donné très vite. Recommencez vingt fois l'essai : c'est un excellent exercice de vitesse et de précision qui fera de vous un bon tireur.

 

Voici quelques conseils qui pourront être utiles au jeune chasseur.

 

Votre fusil est maintenant à votre couche, vous aurez acquis cet automatisme qui vous permettra de viser avec calme et confiance en vous, ce qui est, à mon avis, la qualité indispensable du grand tireur.

 
 
 
 
   

A propos des oiseaux